NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: les anti-balaka doivent cesser les hostilités

Par journaldebangui.com - 22/02/2014

La requête a été faite par le coordonnateur national du mouvement anti-balaka, Patrice Edouard Ngaissona

 

Celui qui a échappé à une traque des troupes Sangaris et Misca, il y a quelques jours dans la capitale centrafricaine refait encore parler de lui. Patrice Edouard Ngaissona vient de passer un message à tous les éléments de sa milice de cesser toutes hostilités et de rester dans leur base pour «permettre aux forces de la Misca et de Sangaris de traquer les bandits de grand chemin qui se sont déguisés en anti-bala pour commettre des bavures». Selon le coordonnateur national des anti-balaka, aujourd'hui l'objectif de ce mouvement est atteint avec la démission de l'ancien Président Djotodi. «L'objectif du mouvement anti-balaka n'est pas de se faire incorporer dans les forces armées centrafricaines. Le Mouvement des anti-balaka est un soulèvement populaire qui a mission de libérer les Centrafricains des griffes des sanguinaires séléka», a-t-il rappelé.

M. Ngaissona a fait ces précisions suite aux violences attribuées ces derniers temps aux éléments anti-balaka qui, selon leurs détracteurs, voudraient êtres enrôlés dans l'armée tandis que d'autres sont accusés d'attendre le processus Désarmement Démobilisation et Réinsertion (DDR) pour s'enrichir. A en croire le coordonnateur, certains anti-balaka menaient déjà des activités génératrices de revenus. D'autres sont propriétaires de champs et «n'attendent que des semences pour retourner s'occuper de leurs travaux champêtres». Il a par ailleurs prié le gouvernement de faire un geste envers les anti-balaka en libérant ceux d'entre eux détenus à la Maison d'arrêt central de Ngarangba, «pour qu'ils puissent regagner les leurs afin que cessent définitivement les hostilités».

 

 

 
MOTS CLES :

14 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

peureux sans kouilles

Par madji

22/02/2014 21:19

Il a revu se objectifs. Il disait quoi la semaine dernière? Les fameux antibalakas doivent remercier les sangaris. Petits peureux de bantous alcoolisés

En afrique centrale, il y a les bantous et les nomades venus du désert !

Par abou

23/02/2014 02:22

Nomades affamés, repartez chez vous. Sans les armes, pouvez-vous résister aux mains nues a un bantou ? On vous connait, toujours avec un couteau et maintenant avec des armes que les blancs vous vendent pour exterminer les bantous, courageux, cultivateurs, rompus aux durs labeurs, alors que les nomades que vous êtes ont l'habitude de vivre de trafic ! Comme les bantous ne veulent ou ne peuvent plus acheter vos marchandises corrompues, vous allez mourrir de faim. Les bantous peuvent vivre sans vous, alors que vous en plein désert la mort vous guette. Vouc ne trouverez aucun bantou au nord du tchad ou dans les pays saheliens, qu'iront-ils chercher là-bas ! Maintenant nous préférerons faire nos affaires avec nos freres bantous. Avant d'insulter les bantous, tournez 77 fois vos langues de vipères avant de cracher...VIVE LE PEUPLE BANTOU !

musclés

Par madji

23/02/2014 04:42

Hahahaha, c'est vrai que vous etes musclés et bons pour les travaux manuels. C'est le genre de negre prisé pendant l'esclavage, car facilement manipulablek docile et endurant. Chapeau bas tu as dit vrai.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués