DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Centrafrique: Navi Pillay menace les auteurs de crimes qui devront rendre des comptes

Par journaldebangui.com et autres médias - 20/02/2014

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a rappelé aux dirigeants placés en position d’autorité qu’ils ont des obligations légales et devront rendre des comptes

 

La Haut-Commissaire a bien précisé qu’ils pourraient avoir à rendre personnellement des comptes pour les graves violations des droits de l’homme commises du fait de leurs actions ou de leurs omissions, violations qui pourraient constituer des crimes contre l’humanité, rapporte le service d’information de l’ONU. «Bien que la situation générale à Bangui semble un peu plus calme, des informations indiquent que les meurtres et la violence continuent», a dit Navi Pillay. «L’assassinat récent d’un parlementaire qui avait demandé que les personnes responsables de violations des droits de l’homme soient arrêtées est un développement très inquiétant, car il sape l’effort embryonnaire visant à rétablir la sécurité et l’état de droit en République centrafricaine», a déclaré Navi Pillay dans un communiqué de presse. «Bien que quelques groupes d’ex-Séléka en tenue civile continuent à prendre pour cible des civils chrétiens à Bangui, la plupart des violations des droits de l’homme en cours sont le fait d’éléments anti-Balaka qui semblent être chaque jour plus organisés», a-t-elle poursuivi.

 


Mme Navi Pillay
Encore mercredi, 19 février 2014 à Bangui, la capitale centrafricaine, était secouée par des tirs et des explosions aux abords de l’aéroport, où des manifestants ont érigé des barricades contre les opérations des forces française et africaines visant les miliciens anti-balaka. Ces événements surviennent dans un contexte de tension croissante entre forces internationales et anti-balaka, à qui la nouvelle présidente de transition centrafricaine, Catherine Samba Panza, a d’ailleurs promis de «faire la guerre». Les éléments anti-Balaka prennent délibérément pour cible la population musulmane de la capitale. Ces attaques généralisées, qui finissent pas constituer une véritable opération de «nettoyage ethnique», incluent des meurtres, des viols, des pillages et la destruction de maisons appartenant à des musulmans. «Le degré de destruction est catastrophique. Les portes, les cadres des fenêtres, les toits des maisons sont brûlés ou enlevés. Même les murs sont réduits à l’état de ruines, avec l’intention manifeste de décourager les musulmans de revenir», a déclaré la Haut-Commissaire. «Le degré de cruauté et de mépris pour la vie et la dignité humaines est effroyable, avec des mutilations de corps en public, des amputations d’organes génitaux et d’autres parties du corps, des décapitations et au moins un fait signalé de cannibalisme, répandant encore davantage la terreur au sein de la population musulmane», a également déclaré Navi Pillay.

La Haut-Comnissaire s’est dit également très préoccupée par les discours haineux diffusés à la télévision contre les musulmans par des anti-Balaka et par les déclarations publiques faites par des membres du Conseil national de transition au Parlement incitant aux violences intercommunautaires, rapporte aussi le service d’information de l’ONU. «Les dirigeants devraient garder à l’esprit l’impact direct de leurs paroles et de leurs actions sur leurs partisans, et ils doivent comprendre qu’ils pourraient être tenus pour responsables des crimes qu’ils auraient ordonnés, sollicités ou incités», a bien souligné la Haut-Commissaire.

Les ex-Séléka en fuite restent aussi une menace
De plus, explique Navi Pillay, « la situation évolue aussi dangereusement hors de Bangui. Après leur retraite du sud et de l’ouest du pays, les forces ex-Séléka sont maintenant en train de se regrouper dans leur bastion traditionnel du nord, notamment dans les régions de Vakaga, Batafango et Kaga Bandoro. Ce mouvement est en train de provoquer un nouveau cycle de violence, alors qu’ils emploient une tactique de terre brûlée, détruisant les villages, brûlant les semences et les outils, et tuant les civils qu’ils croisent sur leur chemin ». «Étant donné le fort sentiment de rancune parmi les forces ex-Séléka et la population musulmane déplacée, l’importante communauté non-musulmane présente dans ces zones est clairement exposée à de possibles représailles. L’arrivée, dans ces régions pauvres, de nombreux musulmans démunis issus du sud risque d’aggraver les tensions entre communautés», a averti la Haut-Commissaire.

Personne ne devrait être à l’abri de la justice
«Je tiens à rappeler à tous les dirigeants occupant des positions importantes, qu’ils appartiennent aux anti-Balaka, aux ex-Séléka ou à l’ancienne armée FACA, qu’ils ont des obligations claires découlant du droit international. Ils ont l’obligation de ne pas commettre, ordonner, inciter ou être à l’origine de violations du droit international, et d’empêcher leurs subordonnés de commettre de telles violations», a encore ajouté la Haut-Commissaire. «Les personnes qui commettent des violations des droits de l’homme après en avoir reçu l’instruction ou l’ordre pourraient aussi voir leur responsabilité pénale individuelle directement engagée pour leurs actions ou omissions», a-t-elle conclu. La Haut-Commissaire a aussi indiqué que son équipe travaille avec le Ministère centrafricain de la justice pour garantir que les enquêteurs et procureurs puissent reprendre leurs activités et s’assurer que les personnes responsables de crimes et violations des droits de l’homme rendent des comptes.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

a quoi sert L,ONU?

Par famoundjou

22/02/2014 10:41

depuis le debut des hostilites,L,ONU etait au courant,et les fonctionnaires de cette organisation s,etaient renduent a plusieurs reprises a bangui et bambari dans les provinces,ils ont vuent les fausses communes et enttenduent les temoingnages mais n,ont rien fait,mais rien n,est fait pour arreter les crimes horribles contre les populations civiles,la france bloquait toute resolution africaine pour comdamner les LEADERS des selekas.au bout de 10 mois rien,maintenant vous voulez envoyer 3000 soldats pour aider a la stabilisation,parceque la france est en difficulte,la presence des troupes onnusiennes en afrique n,est jamais la solution car la france et d,autres puissance occidentales en particulier manipule cette organisation.

vous savez bien madame que la FRANCE est l,instigateur de cette guerre neocoloniale avec le TCHAD,les gens qui meurrent depuis 1 an sont les victimes de cette guerre montee de toute piece pour empecher un pays souverain pour exploiter librement ses ressources,vos menaces ressemblent a une plaisanterie,car la FRANCE a laisser filer ces mercenaires 7000 a 8000 qui sont venues organiser CETTE CROISADE ISLAMIQUE,rentrer chez eux au tchadd et au soudanet au nigeria boko aram ,L,ONU etait presente au RWANDA quand la france avait organiser le premier genocide,car c,est leur dexieme tentative genocidaire,on juge les victimes et non ceux qui ont conspirer ,la justice s,applique aux pauvres,pas aux riches.


le probleme de la rca c,est avoir son propre armee forte et capable de defendre avec les moyens et arsenals superieurs son territoire,et non vos menaces.dans certains pays africains fortes militairement on ne peux jamais assister a ces spectacles macabres,seulement la ou l,armee n,est pas forte.,RCA,COTE D,IVOIRE,MALI,et d,autres pays francophones faibles militairements,dans les pays anglophones ont n,assistent pas a ce genre de spectacle,les chars francais au 21 siecle dans les rues africaines an train de patrouiller,les francais ne s,aventurerons jamais en asie,en amerique du sud,ou au moyen-orient,seulement en afriques francophones,tous les pays qui organisent les guerres ne sont pas signitaire des traites des tribinaux internationales,car ils protegent leurs citoyens,il n,ya pas une vraie justice dans se monde,seulement les pauvres sont juges apres avoir etre agresser par les puissances qui pronent la DEMOCRATIE mais qui sont des dictatures economiques qui empechent les pays du tier monde de se develepper.nous croyons a la justice divine et non a ses instruments comme le CPI.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués