NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Casques bleus en Centrafrique, le Tchad revient sur sa position

Par Source: RFI - 17/02/2014

Le président Idriss Déby Itno l’a dit, vendredi 14 février à Paris, après un entretien avec son homologue François Hollande

 

Le chef de l'Etat tchadien est arrivé à l'Elysée après la tenue d'un conseil de Défense sur la Centrafrique, à l'issue duquel François Hollande a annoncé le renforcement de l'opération Sangaris en RCA, avec l'envoi de 400 hommes supplémentaires. Le Tchad était jusqu'à présent perçu comme l'un des pays les plus réticents à l'envoi de casques bleus en Centrafrique. «Il traînait fortement des pieds pour voter une résolution du Conseil de sécurité», explique ainsi une source onusienne. Ndjamena voyait en effet cette opération comme un désaveu, alors que la force africaine Misca est déployée depuis seulement début décembre en Centrafrique. Un pays souvent considéré d'ailleurs comme sa chasse gardée.

 


© elysée.fr
Autour de la table des échanges à Paris
Le Tchad et d'autres pays africains étaient également frileux dans une période où le continent essaie de construire une Afrique de la défense. Mais hier, le président Déby a montré qu'il avait assoupli sa position sur l'envoi de casques bleus. «[i C’est une bonne solution, mais les procédures aux Nations unies sont des procédures lentes, a expliqué le président tchadien. Entretemps, la Misca doit continuer à faire à son travail. Quand l’ONU aura suffisamment de troupes, il faudra mettre [le pays] sous sa coupe. Nous sommes parfaitement d’accord sur ce point.]»

Pas de renforts tchadiens pour la Misca
Idriss Déby ne s'y trompe pas. Il faudra environ six mois entre le vote d'une résolution et le déploiement réel de soldats onusiens. Or la décision du Conseil de Sécurité n'est pas attendue avant au moins fin mars. En attendant, le président tchadien a accueilli favorablement le renforcement prochain de l'opération française Sangaris. Mais il a exclu un envoi de troupes tchadiennes supplémentaires pour la Misca, expliquant que les Tchadiens avaient fait suffisamment de sacrifices au sein des autres missions à travers le monde.

[c] Le pouvoir à Ndjamena est disposé à voir une force onusienne se déployer en RCA. [/c]

[b Accusations)
Idriss Déby est aussi revenu, hier à Paris, sur les accusations de parti pris dont fait l’objet, de façon récurrente, l’armée tchadienne en RCA. Certains éléments tchadiens ont en effet été accusés de soutenir les membres de l’ex-Seleka, la rébellion qui a pris le contrôle de la Centrafrique de mars 2013 jusqu'à sa dissolution en janvier 2014. «[i On critique les soldats tchadiens mais on critique aussi les soldats français, a rétorqué le chef de l’Etat. Donc ce n’est pas ça qui va nous amener à nous désengager de nos responsabilités qui consistent à ramener la paix en République centrafricaine. […] Si l’armée tchadienne n’a pas fait de dégâts au Mali, l’armée tchadienne n’a pas fait de dégâts non plus en RCA. Elle est composée de musulmans, de chrétiens, mais aussi de gens qui n’ont pas de religion, donc ce serait un tort à faire que de dire que l’armée tchadienne a pris gain de cause pour les musulmans. Est-ce que les soldats ou les officiers chrétiens qui sont dans cette armée accepteraient cela?]»

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Une farce, le Tchad n'a pas d'autorisation à donner aux Nations Unies !

Par abou

17/02/2014 20:57

C'est une farce francaise, le Tchad n'a pas de droit de veto pour bloquer une mission des casques bleus ! Les américains veulent une mission mise sous tutelle ce qui ferait échapper la RCA à la France, c'est cela l'enjeu du débat actuel. Tout les reste de gros mensonges. Personne ne croit au plna francais des élections truquées en février 2015, alors qu'il y atant de divisions dans les coeurs. Il faut que les Nations Unies rassemblent les forces vives, redessinent la Transition avec de nouveaux acteurs, qu'un début de reconstruction suive immédiatement la sécurisation, et au bout des électiosn organisées par les Nations Unies, pas un organe illégitime aux mains des partisans tel l'ANE des Sokambi Tiangaye Ziguélé et autres traitres collabos des sélékas. De toutes les manières ils trouveront le peuple centrafricain sur leur chemin de traitres.

Les centrafricains comment a bien comprendre le plan des traitres!

Par kété

18/02/2014 00:34

Liquider les anti-balaks, masquer les sélékas chers au Tchad et autres milieux islamiques qui soutiennent l'économie francaise, faire élire un Président aux ordres de cette mafia c'est cela le vrai plan. aux patriotes de poursuivre la bagarre courageuse initiée par les anti-balakas aux mains nues. La PR Séléka M'bala Cathérine est donc aux ordres, combattons la par la rue et la désobéissance. Sans les centrafricains, tous ces traitres ne peuvent réussir! La lutte est exaltante, menons la au nom de milliers de martyrs oubanguiens qui tombent de puis plus de deux siècles sous les assaults des razzias arabisants, des colons francais et des traitres collabos qui se succèdent à la tête de la RCA, Bozizé y compris.

Les voilà entrain de chercher de nouvelles stratégies pour infliger d'avantage à la RCA des traitements dégradants et inhumains..

Par sorokaté

18/02/2014 01:21

Il s'agit de la question de la Centrafrique, amis aucun Centrafricain n'est parmi ces gens qui se disent préoccuper du sort de la Centrafrique. Est-il juste? dès son retour des USA le président Français a réuni son staff colonial de la cellule Africaine de l'Elysée pour mettre en place le plan donné par le grand chef Obama.

Ainsi il faut convoquer le mercenaire traître de l'AFRIQUE le dictateur Idriss déby afin de recevoir les ordres. C'est un complot ce qui se passe en Centrafrique. Je salue la position de l'UE et celle du ministre belges des affaires étrangères monsieur Didier Reynders qui disait je cite" On ne peut pas être partout en même temps"

Heureusement le peuple Centrafricain a compris le JEU néo colonialiste Français, les choses ne seront pas comme le colon pensait. Il a du pain sur la planche.

Nouvelles stratégies, il faut neutraliser les Ant-Balles AK qui ont déjoué le jeu sangaris avec les seleka Déby en Centrafrique. Si réellement le Sangaris voulait la paix en RCA on allait pas agir de la sorte envers les Anti-Balles AK.
En faisant ce la la France a dévoilé les raisons de sa présence en Centrafrique. nous ne sommes pas dupe.

Monsieur Idriss déby le président du Tchad est-il un démocrate? est-il vraiment fréquentable? monsieur déby est-il différent de monsieur Bachar el ASSAd en Syrie? non il ne faut pas que la France soit hypocrite de cette façon. la France un modèle de démocratie, la France pays des droits de l'homme, la France qui combat le terrorisme....mais cette France est alliée des dictateurs Africains( Idriss Déby, Bozizé, Sassou, Ali Bongo, Paul Biya...) où est donc le sérieux? où est donc l'exemplarité? comment explique-t-on la disparition de note président BOGANDA?

Il n' y 'a rien d'exemplarité en France. si quelqu'un te déclare qu'il n'a pas d'AMIS mais que d'Intérêts méfies-toi de lui., il ne sera jamais ton AMI. A quoi sert la FranceAfrique? à quoi sert la cellule Africaine de l'Elysée? le sangaris? Serval? OTAN?

La Centrafrique appartient au peuple Centrafricain.

Béafricain lawa si lé ti mî a ki ziiiiiiiii? yé ni gnèè?
Sorokaté Alias Domzan-Bene.


POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués