NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: une délégation de députés français est arrivée à Bangui

Par avec AFP - 17/02/2014

Les parlementaires, emmenés par Elisabeth Guigou, doivent notamment rencontrer la présidente Catherine Samba-Panza

 

Une délégation d'une dizaine de députés, conduite par Elisabeth Guigou, arrivera ce lundi à Bangui, où elle s'entretiendra avec les responsables de l'opération Sangaris et les autorités de transition centrafricaines. Une dizaine de députés français va se rendre lundi à Bangui. Les parlementaires, emmenés par Elisabeth Guigou, doivent notamment rencontrer la présidente Catherine Samba-Panza, et les principales autorités centrafricaines. Ils auront plusieurs entretiens avec les commandants de la force française en RCA et des forces militaires centrafricaines et internationales, indique-t-on de même source. Des échanges avec des parlementaires centrafricains, des responsables religieux, des ONG, des membres du Programme alimentaire mondial (PAM) et des représentants de la communauté française sont également au programme. La délégation sera composée de membres des commissions des Affaires étrangères et de la Défense de l'Assemblée nationale. Avec, outre Mme Guigou (PS), les députés Jean-Paul Bacquet et Gwendal Rouillard (SRC), Philippe Meunier, Alain Marsaud et Pierre Lellouche (UMP), Gérard Charasse et Jacques Moignard (RRDP) et Philippe Folliot (UDI).

 


© lci.tf1.fr
Dimanche, le chef du gouvernement centrafricain de transition André Nzapayéké a entamé à Bangui des discussions, appelées à se poursuivre, avec des chefs militaires de la milice "anti-balaka", qui se sont dits "prêts à coopérer", a constaté une journaliste de l'AFP. Un peu plus tôt, un membre de la délégation "anti-balaka", composée exclusivement de membres des Forces armées centrafricaines (FACA), avait annoncé une scission au sein du mouvement. L'ouverture de discussions entre les autorités de transition, en fonction depuis la fin janvier, et une partie des "anti-balaka" survient au lendemain d'une démonstration de force dans leur fief de Bangui par les forces internationales.

Paris a lancé en décembre l'opération Sangaris pour aider les 5.000 hommes de l'Union africaine à mettre fin aux affrontements entre les ex-miliciens de la Séléka et les "anti-balakas" chrétiens mais les violences persistent dans le pays. Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, avait exhorté mercredi Paris à renforcer sa présence en Centrafrique, l'implication de la communauté internationale n'étant selon lui pas encore à la hauteur de la gravité de la situation.

Répondant aux demandes de François Hollande, l'UE envisage désormais de déployer un millier d'hommes. Jusqu'à présent, le chiffre le plus couramment cité pour cette opération militaire européenne était de 500 hommes. "Nous avons plus de 500 hommes", a déclaré Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne, vendredi à la presse après s'être exprimé devant le Conseil de sécurité de l'ONU, ajoutant que l'UE "envisageait le double de ce chiffre". Cette force cherchera à obtenir des résultats rapides en créant une zone de sécurité à Bangui, avait déclaré jeudi son chef, le général français Philippe Pontiès.

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Guigou, pro-séléka, vient enfin faire le constat du bilan criminel des choix de la France !

Par abou

17/02/2014 17:03

Je me souviens encore ce que Guigou avait dit parlant de la crise centrafricaine je cite de mémoire : " Si Bozizé est incapable, qu'il dégage!" en janvier 2013. Finalement la France l'a dégagé,la RCA a été livré aux Sélékas comme elle le souhaitait, et le bilan criminel historique est payé hélas par les centrafricains. Ensuite la France, pour éviter que les patriotes s'emparent du pouvoir, sont intervenus pour sauver les chefs des sélékas, et sanctuariser leurs forces dans le Nord-Est de la RCA, en installant une PR séléka bis au pouvoir. Comme un chef de gang, elle vient s'assurer de la préservation de leurs intérêts, puisque leur doctrine tant répétée est la suivante : " nous n'intervenons pas pour sauver un régime (constitution et peuple indigènes, etc), mais protégéer nos ressortissants (en fait leurs intérêts)). Centrfaricains, rien à attendre de la France. Tournons la page, que la RCA soit mise sous tutelle des Nations Unies et qu'on se rassemble et s'organise pour prendre la relève. Sinon la France va s'activer pour orgtaniser des élections trafiquées pour nous installer un Président bidon comme les autres qui se succèdent !

Abou ou le comble de l'ironie de l'Histoire

Par Alpha

17/02/2014 19:18

Abou s'en prend à la France, au Tchad à tout le monde sauf à lui même.
Il faudrait d'abord condamner les centrafs incapable d'avoir une vision pour leur pays, de construire un avenir à ses enfants, de créer des emplois et de sortir de la pauvreté.
Il en est même à avouer l'idiotie et l'inaptitude des centrafs en demandant leur mise sous tutelle, comme des enfants irresponsables incapables de se prendre en main !

C'est un aveu consternant d'immaturité. En demandant ca, la Centrafrique ou ce qu'il en reste se place inévitablement en position de sous pays, et ses habitants de sous citoyens du monde !

L'histoire permet de comprendre le passé puis d'avoir des connaissances sur une société définie.

Par sorokaté

18/02/2014 00:08

Le peuple centrafricain est-il offensif? le peuple centrafricain est-il inhumain?
Le peuple Centrafricain est-il Xénophobe, est-il Islamophobe?

Comment de fois l'état Centrafricain a agressé un autre état souverain au monde? a-t-on déjà cité une seule fois l'armée Centrafricaine violé le territoire d'un autre état faire des victimes?

Le peuple Centrafricain est-il hostile aux étrangers?
Si aujourd'hui les Chrétiens et les Musulmans Centrafricains s’entre-tuent cela est dans leurs habitudes? pourquoi en sont-ils arrivés là? avoir une petite connaissance sur la sociologie" l’anthropologie" Centrafricaine permettra de mieux comprendre ce peuple situé au centre de l'AFRIQUE.

En la différence des autres peuples de la sous région ,il y a raison de croire que la Centrafrique est manipulée, mais les conséquences de cette manipulation affecterons toute la sous régions. à Visionner ce lien pour mieux comprendre. www.youtube.com/watch?v=m7SW9MHFEbA

Sorokaté Alias Domzan-Bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués