DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Les médias centrafricains et camerounais face à la crise centrafricaine

Par Momet C.N.Mathurin-bêafrika Sango - 14/02/2014

L’objectif recherché par les professionnels des médias et les partenaires internationaux est de redynamiser les médias pour les aider à fournir des informations humanitaires de qualité

 

A l’initiative de l’Institut Panos Europe (FPPE) et des Journalistes d’Action, Femme de Cœur ‘JAFEC), les responsables des organisations professionnelles des médias de Centrafrique ceux du Cameroun ainsi que les acteurs internationaux intéressées par les questions relatives aux médias africains se sont réunis à l’Hôtel Prestige à Yaoundé.

Le Cameroun ayant développé des activités économiques intenses avec la République Centrafricaine et ayant subi les effets collatéraux des dernières crises militaro-politiques, les confrères de ce pays voisin ont été associés à cette réflexion qui devait déboucher sur un partenariat agissant en vue de restaurer et consolider la paix, la sécurité et la stabilité. Au cours de cette table-ronde, les participants ont fait l’état des lieux des médias pendant ces conflits, relevé les forces et faiblesses, prescrit des thérapeutiques destinées à accroître les qualités, combler les carences en vue d’assurer efficacement la mission d’informer et d’éduquer durant cette période sensible.

 


© journaldebangui.com
L’objectif recherché par les professionnels des médias et les partenaires internationaux est de redynamiser les médias pour les aider à fournir des informations humanitaires de qualité et dans un délai raisonnable pour permettre aux victimes d’avoir la protection nécessaire et aux humanitaires de mieux satisfaire les attentes de celles-ci. En effet, les médias centrafricains n’ont jamais fait l’objet d’une attention soutenue de la part des dirigeants. Sous François Bozizé, le Premier ministre Elie Doté avait déclaré lors de la clôture des premiers Etats Généraux des médias qu’il fera de la communication la priorité du gouvernement. Pourtant, depuis août 2007, jusqu’à ce jour, la commission d’attribution des subventions de l’Etat à la presse, qui a été instaurée n’a pas fonctionné parce qu’elle manque de moyens matériels et financiers.

Mieux les recommandations de ces assises n’ont pas été exécutées par le gouvernement pour améliorer les conditions de travail et de vie des professionnels des médias. L’Institut Panos Europe a appliqué partiellement ces recommandations et renforçant les capacités des professionnels des médias, des organisations professionnelles des médias, des organes de régulation et d’autorégulation de 2008 à 2013. Malheureusement, cette organisation non gouvernementale internationale, confrontée à des difficultés financières bat de l’aile. Avec l’arrivée de nouveaux acteurs internationaux intervenant dans le secteur des médias, une nouvelle ère s’ouvre aux professionnels des médias centrafricains. Pourvu que ceux-ci transcendent les considérations mesquines, s’organisent d’une manière rigoureuse pour capitaliser ce changement.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués