SOCIéTé  |    

Bangui: l’insécurité bloque les enquêtes contre les auteurs de crime

Par rjdhrca - 13/02/2014

Le Procureur de la république Ghislain Grésenguet a cependant rassuré que les auteurs des crimes commis en Centrafrique seront poursuivis par la loi

 

Les auteurs des crimes commis en Centrafrique seront poursuivis par la loi. Le Procureur de la république Ghislain Grésenguet, chargé de cette affaire l’a confirmé, ce mercredi 12 février, dans un entretien. Cependant, la situation sécuritaire du pays ne permet pas aux Officiers de police judiciaires (OPJ) de faire des descentes sur le terrain afin d’apporter les preuves, a-t-il fait observer. «Depuis la prise de pouvoir par les éléments de l’ex-Séléka jusqu’aujourd’hui, des crimes graves contre l’humanité ont été commis par des milices, des civiles, et voir même par des militaire réguliers qui ont pour mission de protéger la population. Et la justice fera de son mieux, pour que chaque auteur de ces crimes puisse répondre de son acte, conformément aux résolutions 2127 et 2134, des Nations Unies» a confirmé le Procureur de la République.

 


© journaldebangui.com
Toute fois certaines difficultés entravent la bonne marche de l’enquête. «La justice est un travail à la chaine. Pour que les magistrats fassent bien leur travail, ils ont besoin des Officiers de la police judiciaire, qui ont pour mission d’aller sur le terrain pour enquêter. Mais vu la situation sécuritaire actuelle du pays, ces derniers n’ont aucune protection pour mener à bien ce travail», a-t-il relevé. Ghislain Grésenguet a mis l’accent particulier sur le lynchage d’un ex-élément de la Séléka par des FACA la semaine dernière après leur rencontre avec la nouvelle présidente de la transition centrafricaine. «Une enquête est déjà ouverte depuis la semaine dernière, concernant le crime crapuleux qui a été commis par les FACA et que les images ont fait l’objet de la Une des journaux du monde. Mais aussi pour chaque crimes commis sur le territoire depuis le début de cette crise», a-t-il déclaré.

En poursuivant, notre interlocuteur a rassuré que même les auteurs de crime qui ont quitté le pays seront poursuivis, une fois qu’ils seront identifiés et que les preuves seront rassemblées. «Pour les auteurs des crimes graves qui ont quitté le pays ou les étrangers qui ont regagné leur pays d’origine, la Cour pénale international (CPI) sera saisie de l’affaire et un mandat d’arrêt international sera lancé contre eux», a précisé le Procureur de la République. En concluant ses propos la source a mentionné que les procédures peuvent être lentes. Il a également rappelé, que le traitement judiciaire d’une affaire criminelle normale, peut durer des années.

 

 
MOTS CLES :

10 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Bangui: l’insécurité bloque les enquêtes contre les auteurs de crime

Par sorokaté

13/02/2014 22:04

Votre disque est raillé svp. cette chanson d'ouverture d'enquêtes est devenue cacophonique.
Monsieur le procureur votre travail se resume qu'aux déclarations d'intentions, mais pas à une réelle volonté de rendre la Justice. D'ailleurs comment êtes vous nommé procureur de la république? par QUI , dans quelles circonstances? vous n'avez pas les moyens juridiques ,ni le pouvoir de poursuivre ceux qui vous ont placé à cette responsabilité.

Vous n'êtes que là pour la forme, vous exister virtuellement à la tête de cette institution. Le droit ne fait plus partie de vos actions, il ne se limite qu'à des intentions. Malgré vos acquis en matière de droit vous devenez prisonnier d'un système mis en place par des voyous, des idiots armés, des analphabètes, des criminels.

Ainsi vous vous êtes humilié en vous s'accrochant à cette responsabilité virtuelle. Démissionner, c'est être contre vous, vous demander de quitter cette honte on devient ennemi de la RCA. hiiiiiiiiiii la prostitution à cause du VENTRE. honte à vous. Des intellectuels qui agissent comme les hommes d'avant l'âge de la pierre taillée.

Je suis fier de ce que je suis. La France manipule les politicards qui, à leur tour vous humilient ayooooo! yé ti mawa.
Vous même vous savez que tout ce que vous dites n'est pas VRAI. Vous n'êtes pas non plus en mesure d'aller jusqu'au bout de ce que vous dites. Le cas du nouveau premier ministre Nzapa yéké qui déclarait que" Lui et sa famille sont menacés à mort jour et nuit" par QUI? hiiiiiiiiiiiiiiiii par QUI? qui le menace? et pourquoi?

Vous êtes obligé de vivre dans les égouts comme des rats pour échapper au pire à cause de vos déclarations qui dérangent.... Premier ministre , le procureur, les ministre, les fonctionnaires et autres vivent désormais dans la clandestinité. hiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Vous les ministres, vous les conseillers, vous monsieur le procureur ,êtes vous libres? vivez vous en paix?
Le ridicule ne tue pas.

Sorokaté Alias Domzan-Bene.

Les auteurs de crime en Centrafrique

Par tities

14/02/2014 10:46

Les criminels de guerre en Centrafrique sont tous en liberté et la justice Centrafricaine ne fait rien pour les arrêter et continue à les protéger , je souhaite que la COUR PENALE INTERNATIONALE s'occupe de tous ces assassins en commençant par MICHEL DJOTODIA et ses acolytes qui ont détruit la RCA .

propositions

Par kpakata

14/02/2014 11:06

Ita ti mbi sorokaté!
Je te lis régulièrement car je pense que tout point de vue doit être entendu. Cependant, il serait temps que collectivement, nous passions à l'action en proposant du concret pour sortir notre pays de la MISERE ET DE LA PAUVRETE. Tout ce que le pays vit est le fruit de la pauvreté des populations. Que proposes-tu pour remédier à ce fléau? Tant que notre jeunesse désoeuvrée ne sera pas "insérée" dans l'économie réelle (avoir un emploi pour asseoir sa dignité dans le travail), rien ne sera possible. En réponse à notre soeur Nomzamo, j'ai fait une petite proposition dans ce sens (voir article "Samba panza se donne un mois pour pacifier le pays"). Critiquer est une première étape, la seconde doit être axée sur les actions concrètes pour trouver des solutions. Concernant la France qui tire les ficelles (encore) chez nous, j'affirme que ce sont les dirigeants successifs depuis l'indépendance qui "facilite" à l'ancien colonisateur la tâche. Nous (les élites centrafricaines) avons aussi une responsabilité dans ce néocolonialisme. La France parvient toujours à nous contrôler car les gouvernements successifs plus préoccupés par l'appât du gain n'ont jamais cherché à eduquer le peuple pour le faire accéder au savoir et à l'émancipation. En effet, un peuple qui vit dans l'ignorance est plus docile et contrôlable. Comme tu le sais l'union fait la force. Or si le pays avait parier sur l'éducation , nous aurrions aujourd'hui un peuple instruit que la France aurait eu beaucoup de mal à contrôler. Une partie du mal centrafricain vient de l'égoisme des élites qui ont reproduit (en pire parfois) les agissements des colons d'antan.Par ailleurs, nous n'avaons jaamis été décolonisés car c'est le colon qui nous a libéré et non l'inverse....un esclave qui se libère pas par lui-même est toujours l'esclave du maître. C'est cet état de fait qui contribue aujourd'hui à notre soumission vis à vis de la France. Regardons les asiatiques qui eux aussi ont été colonisés par l'occident (France, Etat-Unis...).Les entend-t-on se plaindre que leurs maux viennent d'un tel ou d'un tel??? Non car ils se sont libérés de leurs oppresseurs. Comment faudrait-il agir chez nous? Avons-nous la capacité de dire aux français "ala kiri na kodro ti ala!". Je l'aimerais bien mais nous en sommes dans l'incapacité (sauf dans les mots).La France a certes des intérêts économiques en RCA, mais elle n'est pas à l'origine de l'abandon, la pauvreté et su sous-développement de nos provinces qui ne méritent pas l'appellatiion de villes ni même de villages. il y a eu myriades de programme d'aide financières pour divers projets mais à chaque fois c'est le phénomène "tékoué" ou " Tour ti é a ga awê" qui n'ont jamais permis a ces projets d'aboutir à des résultats concrets dont auraient dû bénéficier le peuple centrafricains (route, hôpitaux, dons de matériel agricole, ...). Est-ce la France qui nous a empêché d'agir dans ces secteurs???Est-ce normal qu'en 2014, des enfants transportent sur des pousses-pousses des lourds fageots de bois sur des kilomètres au lieu d'être scolarisés???? Est-ce normal qu'en 2014, le pays ne soit pas dans sa quasi totalité électrifié avec un accès à l'eau courante? A qui la faute?
Le peuple a faim et est déconsidéré par les dirigeants qui ont toujours voulu rester à Bangui au détriment des provinces. Si la situation perdure sur le chemin du néant et de la misère sociale et morale, les populations ne pourront jamais se reparler et les massacres continueront: "a hungry man is an angry man"
Kpakata

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués