NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

L’Union européenne met sur pieds son opération militaire en Centrafrique

Par Avec Agence Tunis Afrique Presse - 12/02/2014

Les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Bruxelles ont adopté la base juridique de l’opération militaire européenne en République centrafricaine (Eufor/RCA)

 

C’est l’une des dernières étapes avant le déploiement effectif de cette mission en mars prochain. Eufor RCA aura pour but de fournir un appui temporaire à la création d’un environnement sur et sécurité dans la zone de Bangui. L’objectif étant de passer le relais aux partenaires africains, ont souligné mes chefs de la diplomatie des Etats membres de l’Union dans un communiqué. Cette force contribuera aux efforts déployés au niveau international pour protéger les populations les plus menacées, en créant les conditions propices à la fourniture d’une aide humanitaire ont-ils ajouté.

 


© rpdefense.over-blog.com
Image d'illustration
Le coût commun estimé de cette opération est de 25,9 millions d’euros pour une durée de neuf mois au maximum comprenant une phase préparatoire de trois mois et un mandat de six mois au maximum après avoir atteint la pleine capacité opérationnelle. « le déploiement d’Eufor-RCA aura lieu dès que possible afin de soutenir les efforts remarquables engagés par la France et nos partenaires africains» a déclaré la haute responsable de l’UE pour les affaires étrangère et la politique de sécurité Mme Catherine Ashton dans une déclaration à la presse.

La mission de l’UE dont l’Etat-Major opérationnel sera située à Larissa en Grèce et celui des forces et des contingents à Bangui, doit venir en appui aux plus de 4000 militaires africains et aux 1600 Français déjà déployés dans la capitale centrafricaine dans le cadre de l’opération Sangaris lancée début décembre par la France. La chef de la diplomatie de l’UE a indiqué que les 28 Etats membres de l’UE ont promptement réagi à la grave crise qui touche la Centrafrique en utilisant les instruments dont-ils disposent, qu’il s’agisse de l’aide humanitaire, d’un appui politique à la transition ou de la coopération au développement à long terme. Mais pour elle, la priorité absolue est de protéger la population civile contre de nouveaux actes de violence, de faire en sorte que les citoyens de la République Centrafricaine puissent vivre sans crainte et commencer à rebâtir leur pays.

Voici les Conclusions du Conseil sur la République centrafricaine
Le Conseil a adopté les conclusions suivantes:

1. "Rappelant les conclusions du Conseil du 20 janvier 2014, l'Union européenne (l'UE) reste fortement préoccupée par la crise sécuritaire et humanitaire en République centrafricaine. Elle condamne vivement la poursuite des violences et des actes de représailles qui ont des conséquences dramatiques pour les populations civiles et des implications sérieuses pour la région de l'Afrique centrale. Dans ce contexte, elle salue les efforts conjugués de la force africaine MISCA et de l'opération française Sangaris, qui ont permis d'éviter l'effondrement du pays.

2. L'UE se félicite de la mise en place de nouvelles autorités de transition en République centrafricaine sur la base de larges consultations et du respect des dispositions de la Charte
Constitutionnelle. Elle salue l'élection de la nouvelle Chef d'Etat de la transition, Mme
Catherine Samba-Panza, et la nomination d'un nouveau gouvernement de transition sous la direction de M. André Nzapayeke qui doivent permettre de relancer le processus de transition.
L'UE les invite également à travailler de concert pour s'attaquer à la situation sécuritaire qui reste alarmante et pour relever les défis complexes auxquels le pays est confronté. Dans ce contexte, elle réitère en particulier la responsabilité primaire des autorités nationales de transition à assurer la protection des populations civiles. L'UE appelle toutes les parties prenantes à s'impliquer de manière constructive et pacifique dans le processus de transition en vue d'aboutir à des élections au plus tard en février 2015.

3. L'UE exhorte toutes les parties à cesser immédiatement les violations des droits de l'Homme et du droit international humanitaire. Elle rappelle que les auteurs de violations doivent répondre de leurs actes devant la justice. A cet égard, l'UE salue la nomination des membres de la Commission internationale chargée d'enquêter sur les violations du droit international humanitaire et des droits de l'Homme en République centrafricaine commises depuis le 1er janvier 2013 et l'engagement de la nouvelle présidente de la transition à lutter contre l'impunité. L'UE encourage les leaders religieux à poursuivre leurs initiatives visant à la réconciliation et la cohabitation interconfessionnelle.

4. L'UE réitère son engagement à accompagner les nouvelles autorités dans leurs efforts à mettre en œuvre l'accord de transition, rétablir l'ordre public, œuvrer à la réconciliation nationale et à répondre aux besoins de la population. Elle salue la médiation effectuée par la
Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC) et l'invite à poursuivre, avec l'Union Africaine (UA), sa facilitation du processus de transition politique.

5. L'UE salue l'action déterminée des Nations unies, y compris celle du Représentant Spécial du Secrétaire General des Nations unies, et l'adoption unanime par le Conseil de sécurité de
Nations unies (CSNU) de la résolution 2134(2014) qui prolonge et renforce le mandat du
Bureau intégré des Nations unies en République Centrafricaine (BINUCA). La résolution autorise également le déploiement d'une opération militaire européenne en République centrafricaine. L'UE se félicite de la décision du CSNU de prévoir la mise en place des mesures restrictives du régime de sanctions à des individus qui portent entrave à la paix, la stabilité ou la sécurité de la République centrafricaine ou sont impliqués dans des violations des droits de l'Homme ou dans la violation de l'embargo sur les armes, conformément à ladite résolution.

6. A la suite de l'adoption de cette résolution du CSNU, et convaincu de l'importance de soutenir les efforts africains en RCA et d'y renforcer l'engagement européen dans le cadre de son approche globale par une contribution active de l'UE à la stabilisation de la RCA dans le domaine de la PSDC, le Conseil a décidé d'établir une opération militaire PSDC-EUFOR
RCA. Conformément à la décision d'établissement, cette opération militaire de transition contribuera par un appui temporaire, pour une période pouvant aller jusqu'à six mois, à fournir un environnement sécurisé, dans la région de Bangui, en vue de passer le relais à l'opération de l'Union Africaine - MISCA. Cet objectif prend entièrement en compte les résolutions du
Conseil de Sécurité, et notamment une possible transformation de la MISCA en une opération de maintien de la paix de l'ONU. La force militaire EUFOR RCA contribuera ainsi, dans sa zone d'opération, aux efforts internationaux et régionaux de protection des populations les plus menacées et contribuera à la liberté de mouvements des civils. L'ensemble de ces efforts créera les conditions propices à la fourniture d'une aide humanitaire à ceux qui en ont besoin.

7. Le Conseil a désigné l'OHQ UE de Larissa et agréé la nomination du général de division
Philippe Pontiès comme commandant de l'opération EUFOR RCA, qui a été invité à poursuivre la planification opérationnelle, selon des procédures accélérées, en vue de permettre le déploiement dès que possible de l'opération.

8. Le Conseil souligne enfin l'importance d'une coordination étroite avec les partenaires, notamment les autorités centrafricaines, l'UA, l'ONU et la France, afin d'assurer une bonne coopération et complémentarité des efforts en cours en vue de restaurer la stabilité de la RCA.
Dans ce contexte, l'UE salue les annonces faites à l'occasion de la conférence de donateurs pour soutenir la MISCA organisée par l'Union africaine le 1er février 2014.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

madame samba panza l,alliee de la france

Par famoundjou

13/02/2014 01:25

nous savons que les masques tomberons tot ou tard,la presse francaise tv5 afrique du 12-02-2014 vient de lever le voile,MADAME SAMBA L,ALLIEE DE LA FRANCE car elle s,etait deplacer avec monsieur le ministre de la defence francaise en province,les francais madame SAMBA ne peuvent changer les aspirations du peuple centrafricain ca fait 18 ans qu,ils craient la guerre en rca.la majorite des centrafricains savent que la france a creer les selekas,vous ne faite que passer madame MBALA,l,accident de l,histoire,les francais ne vont pas tuer tous les centrafricains nous resteronssur la terre de nos ancetres.quand les selekas tuaent les centrafricains le ministre de la defence francaise ne s,etait jamais deplacer a bangui,et la presse audiovisuelle francaise ,les cameras ont disparuent,les voila revenir pour defendrent leurs creatures les selekas et l,allie tchadien.une campagne massive contre les heros de la nation les antibalakas.avez vous madame SAMBA CONDAMNER LES ACTES BARBARES DES SELEKAS?l,HISTOIRE VOUS RATTRAPE,DEUX POIDS DEUX MESURES,nous sommes pas idiots madame MBALA.

vous commencer a faire de votre tete madame.les centrafricains ne sont pas les instigateurs de cette guerre,mais cette tragedie est imposer par des forces obscures,c,est eux qui vous ont donner le pouvoir mais pas le peuple.c,est bien d,avoir un pere camerounais etre nee au tchad et devenir maire de bangui par la volonte de NDOTODIA et des selekas parceque vous parlez l,arabe et vous devenez presidente de transition quel parcourt?votre etoile a vraiment briller madame,chercher la paix entre les centrafricains et non faire appliquer la volonte de la france.vous etes illegitime dans cette histoire sombre de la republique.nous esperons votre depart chez vos maitres francais et tchadiens.a bon attendeur salut .CIAO.

@ Famoudjou bravo, madame Mbala dit la SaMba nous prends pour des cons!!!

Par sorokaté

13/02/2014 04:08

Madame Mbala, faites seulement une petite rétrospective de votre passé vous serez contrainte de décevoir vos maîtres coloniaux pour aider vraiment la RCA qui vous a fait ce que vous êtes aujourd'hui.

Cette Terre qui a accueilli des milliers de réfugiés Tchadiens lors d'une sauvage et chronique guerre civile dans leur pays d'origine. Des Camerounais ont aussi eu la vie sauve à cause de l'hospitalité de ce pays jadis la suisse Africaine(Centrafrique). Comment êtes vous devenue Centrafricaine? et comment étiez vous nommé comme maire de la VILLE de BANGUI? suite logique de votre présence à la tête de notre pays la RCA. Oui par les élections présidentielles... les quelles? par quel électorat?, où et dans quelle circonstance? est-ce la volonté du peuple souverain?

Chère madame MBALA dit Samba- Panza voici cet lot de questions qui doivent vous conscientiser afin de réussir cette transition. Lors de la soit disant votre élection et votre investiture vous avez manipulé les femmes Centrafricaines à vous chanter des louanges alors qu'il ya en ce moment là des milliers de corps en décomposition aux alentours de l'hémicycle de l'Assemblée Nationale (CNT), en ce moment de joie et de jouissance pour vous des milliers des déplacés se sont entassés sur le tarmac de l'aéroport de Bangui afin d'échapper à la sauvagerie de vos amis seleka.

Quand vous étiez encore maire de la ville de Bangui sous le règne de Dondoja pourquoi n'aviez vous pas dénoncé les animalités des seleka? vous avez retrouvé votre voix perdue il y a plus de 9 mois. Votre gouvernement est-il technocrate comme vous nous aviez promis? quelle qualification méritez vous!!! dites moi.

Pour ma part je ne compte pas sur vous, d'ailleurs votre parcours n'est pas du tout un exemple à inspirer de confiance.
Si l'UE pouvait peser de son poids dans la recherche de la paix en Centrafrique ce serait une bonne chose, mais la présence seule de la France en RCA amplifie le chaos dans ce pays, car l'expérience du passé atteste de ce que je dis. partout où passe la France il n'y a jamais eu la PAIX.

Un Centrafricain pourrait prétendre devenir Député, ministre en core moins président au Tchad? au Soudan? au Cameroun? mais le contraire en Centrafrique l'est déjà. Centrafrique terre de paix , terre d'asile, refuge des persécutés, des métissage...

Oui, vous êtes Centrafricaine depuis vos 18 ans, oui votre maman serait une Centrafricaine ce qui fait de vous une " Centrafricaine" chère madame Mbala dit Samba aidez vos compatriotes Centrafricaines(s) ils ont trop souffert. désobéissez à la FranceAfrique, dites non aux colons , exigez- leur une coopération fiable et démocratique. associez - a vos discours la voix du peuple. Chère madame Vous êtes déjà mal entourée, vos conseillers, certains de vos ministres nous rappel les sombres périodes. Donc on ne peut plus vous faire confiance madame Mbala.

D'où nous viendra le secours? avons nous encore en RCA des patriotes? quand-est-ce que serions nous indépendant politiquement et économiquement?

Toute CHOSE a un DÉBUT et une FIN.

Que le soleil s’élève vite en Centrafrique pour que les ténèbres s'enfuient!!!

Sorokaté Alias Domzan-Bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués