NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: un Conseiller national assassiné à Bangui

Par Source: france24.com - 10/02/2014

Jean-Emmanuel Ndjaroua, assassiné, dimanche, à Bangui avait la veille de sa mort, interpellé le gouvernement sur le climat de violences persistant

 

Jean-Emmanuel Ndjaroua, un député membre du Conseil national de transition (CNT) centrafricain, a été assassiné dimanche 9 février après midi, en pleine rue, dans le 4e arrondissement de Bangui, selon la Ligue centrafricaine des droits de l’Homme. Selon plusieurs témoins, il arrivait du centre-ville à bord d’une moto pour se rendre à son domicile, lorsque plusieurs hommes armés lui ont tiré huit balles à bout portant, selon des proches de la victime. La veille, il avait, devant le parlement provisoire, fait une intervention très remarquée en condamnant avec virulence le climat d’insécurité qui persistait dans la capitale et avait vivement interpellé le Premier ministre au sujet des violences dont sont victimes les ressortissants "cosmopolites" du pays, autrement dit les musulmans. L’homme, représentant de la préfecture de Bria en Haute-Kotto, à l'est de la Centrafrique, avait perdu, il y a deux semaines, deux de ses enfants, assassinés entre Sibut et Damara au nord de Bangui, selon un de ses collègues du CNT.

 


© afp
Image d'illustration
"Un assassinat odieux"
Les membres du CNT sont sous le choc de le meurtre de leur collègue. "C’est un assassinat odieux, ce sont des choses qu’on ne peut pas accepter, d’autant plus que c’est un représentant du peuple. Nous sommes tentés de croire que monsieur Ndjaraoua a été assassiné pour son opinion car nous avions interpellé le Premier ministre sur la question de la sécurité. Le Premier ministre nous a dit que lui-même avait peur", rapporte Sony Mpokomandji, membre du CNT, interrogé par RFI. "Nous cherchons des renseignements ici sur les circonstances de sa mort, les auteurs et les mobiles exacts qui l'ont entraînée (…). Est-ce que ce meurtre-là a un lien avec son activité parlementaire ? Je ne sais pas. Ce que je dis c'est que sa mort est intervenue dans un contexte global de violences au sein de la République Centrafricaine", a également déclaré sur RFI, Joseph Bindoumi, membre du CNT et président de la Ligue centrafricaine de défense des droits de l'Homme. Ce même jour, au moins dix autres personnes ont été assassinées à Bangui.

 

 
MOTS CLES :

8 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Centrafrique etait un havre de paix,nos politicards avides du pouvoir ont vendu le pays et font naitre un nouveau comportement

Par marco

10/02/2014 17:19

Ca ressemble à une exploitation de haut niveau commandité comme le cas de maitre BRIA . Ca fait penser à un règlement de compte pour faire accuser d’autres ou alors on l’a utilisé pour faire parler faussement d’une causse comme quoi les musulmans sont en danger ou que meme en parlant d’eux Comme hier ils ont tuer leur propre frère kalité qui les pointait.Ca ne ressemble pas au mode des anti sur qui on veut tout jeter pour rendre potable les séléka.
Depuis on entend du pouvoir à l’onu et la cpi,les menaces ou les décisions d’user des armes,mais pourquoi se réveillent-ils tous que maintenant.s’ils avaient agit ou réagit fermement ou indiqué ses menaces je crois que séléka ne serait pas permis de tirer sur des foules sans que la fomac et hier misca brancher,ni la femme de la cpi qui n’était que dans des paroles et seleka continuait,continuaoit de tuer. Comme si le permis de tuer sans sanction leur était délivré. Leurs réprésailles étaient devenues normales,les populations devaient les subir et on en parlait comme si c’était quelque chose de normal. Confronté à une résistance centrafricaine qui voit clair dans ce qui se magouille en centrafrique,les accusations se multiplient avec des histoires comme celles qui servent à la propagande. Comme si tout ce que fait ce peuple en mal devrait etre grossi mais pour les séléka les mettre en avant devient un problème pourtant ils continuent de tuer à carnot,berbérati,boda et il semble qu’on a envoyé la misca tchadienne à bossangoa,les exactions dont a souffert bossangoa du fait des memes soldats tchadiens et séléka ne siffisent-elles pas pour qu’on envoie les oldats tchadiens encore dans des villes comme bossango ,bouar,berbérati et meme yaloké et baiki où ils ont fait parler d’eux. Déby qui toujours entrain de nier et la France de faire la sourde oreille disant faire confiance au tchad avec ses 850 hommes,c’est la présence tchadienne qui fait que certains pays ne veulent fournir des hommes,ne comprenant pas cette France qui joue avec la vie des centrafricains depuis 1 an . Déby peut toujours nier mais quand les films de sattelite le confondra,il saura qu’on se fout de lui parlant de confiance. Hier ce meme déby niait qu’il ya des tchadiens Séléka et que c’était des centrafricains tous,discours repris par ziguélé,aujourd’hui le meme déby nous dit les tchadiens séléka seront poursuivis par le tchad,il devra poursuivre ses milices présidentiels qui usurpent le nom de l’armée tchadienne,quand on est idiot on finit par devenir ridicule comme le montre le président tchadien dont les propos,le rapproche un peu plus des accusations des centrafricain et des ong et comme à ses habitudes il nie tout. N’est pas qu’il disait qu’il n’ y avait pas de tchadien séléka et qu’il verra par où ils rentreront au tchad et que c’était des centrafricains ? le ridicule ne tue pas.
Bon l’usage de la force était accordée depuis par l’onu,misca ne l’a jamais utilisé contre la séléka qui se pavanait dans bangui et les provinces et faire la loi des armes,aujourd’hui pour des pillards,la misca découvre l’usage de la force. Séléka atué beaucoup de centrafricains,si vous voulez utiliser votre arme contre ce peuple,il y a des moyens professionnels de neutraliser un voyou en tirant sans atteindre une partie vitale,on espère que ces forces à utiliser ne sera pas pour tuer mais neutraliser

A mes compatriotes, Marco, Nomzamo, Famoudjou, Principe Actif, et bien d'autres patriotes faisons une large diffusion de ce document.

Par sorokaté

10/02/2014 22:32

Chers vous tous je vous invite à vous joindre à moi tous ensemble nous allons faire une large diffusion de ce document à tous les mouvements patriotiques nationalistes, pana africains et de saisir la présidence de l'UA de l'UE pour des réponses à ces questions à caractères coloniaux de la France sur certains pays Africains qui ont eu la mal chance de croiser son chemin pendant la période sombre de la colonisation.

faisons tous copie de cet document publions partout afin d'attirer attention de nos compatriotes qui militent contre l'exploitation humaine.
J'attends vos réactions pour mener des contacts allant dans ce sens. dénonçons de toute notre énergie même s'il faut en mourir.

Si la France est un pays démocratique , si cette France défend les valeurs humaines , si cette France ne se reconnait pas dans ces pratiques inhumaines qui lui sont reprochées qu'elle donne des réponses fiables et si possible se retirer dans la gestion de ces pays précités.

Chers vous tous unissons nous, tout est possible si nous avons la volonté de le faire. Multiplions ces informations par tous les moyens de communications dont nous disposons parlons -en au tour de nous.

Il des contacts que je connais qui pourrons nous aider des contacts africains( Ivoiriens, camerounais, Burkinabés, Congo démocratique...) qui militent dans ce sens. je connais des associations américaines qui soutiennent ces démarches pour la l'indépendance humaine.

Chers compatriotes , à tous ceux qui aspirent à une Afrique libre, indépendante et prospère qu'ils se joints à nous dans ce forum ensemble ayons un même langage qui est celui d'une Afrique Libre et INDÉPENDANTE.

Le colon Français monsieur F.Hollande est parti rendre compte à son patron américain concernant les opérations en Afrique. Où sont nous intellectuels? où sont nos juristes africains?; où sont nos partis politiques? libérez d'abord vos pays respectifs, avant de parler du pouvoir!!! vos peuples sont dans la servitudes coloniales c'est une honte en cette 21é siècle.

Oui nous relever ces défis!!! Oui de nos jours les nouvelles technologies peuvent nous aider tout dénoncer...

Bonne diligence.


Ce n'est plus un secret de polichinelle.

Par sorokaté

10/02/2014 23:15

Voilà que malgré que la RCA est attaquée par des mercenaires la France avec le contrat de coopération militaire qui existe entre elle et la RCA a violé cet accord pour laisser la seleka prendre le pouvoir. malgré les accords de Libre-Ville et de N'Djamena elle a laissé faire.

Monsieur Ziguélé fidèle des Socialistes Français nous sera imposé comme président aux futures élections programme par la France. SVP les Français laissez nous. Vous n'allez pas diriger deux pays à la fois , occupez vous de vos chômeurs en milliers, occupez vous de la crise qui vous ronge...laissez nous en paix.

Allez vous -en.allez vous-en. La Belgique a refusé de se mêler à vos expéditions honteuses en Centrafrique, la France a harcelé l'ONU pour bénéficier d'un mandat éhonté, la France a aussi harcelé l'UE pour la soutenir ce qui aboutira à l'octroi de quelques 500 têtes militaires. Ce qui explique que l'UE n'est pas d'avis avec la politique colonialiste de la France en Afrique.

La France est le seul pays Européen présent aux cotés des tunisiens quant à la promulgation de leur constitution. Quelle honte. le ridicule ne tue pas vraiment.

Réveillons nous car c'est notre pays. Si nous sommes indépendants la France doit nous coller la paix trop c'est trop. Nos conseillers du CNT que faites vous? interpellez l'ambassadeur de la France en RCA, interpellez le ministre de défense Française sur ces questions.

Même méthode ,pourquoi le délais des élections est fixé par la France? pourquoi? réveillons nous. Disons au moins non. NON. Disons non à la France puisque nos avons les textes de l'indépendance. Disons non et non. Pourquoi en ce moment d'atrocité la France s'est préoccupée sur les futures élections? nos politiciens engagés, nos CNT, nos dirigeants , nos leaders, où êtes vous?

Monsieur Ziguélé du PS prononcez vous!!! monsieur Ngoandjika, messieurs Ngaïssona, Démafouth, Doutigaï, Doléguélé monsieur Bozizé parlez à ce sujet !! Unissez vous pour nous libérer SVP. Madame Samba et monsieur Nzapa yéké dites au moins non aux injonctions.... SVP. libérez nous du colonialisme.

Monsieur sassou, monsieur kabilla, monsieur Alassane, monsieur Idriss déby monsieur Ali Bongo, monsieur Paul BIYA organisez vous et liberez vos pays de cette servitude. Êtes vous présidents des pauvres, des assujettis? des meurtris?

Mourrez pour vos peuple respectifs, ha oui désobéissez s'il le faut au colon(France). L'ONU n'est qu'un instrument de colonisation.
Quittons le CFA, quittez la FranceFolie, quittez la FranceAfrique.
Quittez tout, demandez les vraies indépendances. Nous Africains n'avons pas demandé aux Français de venir nous coloniser qu'ils nous montrent les lettres d'invitations que nos aïeux leurs ont adressées.

La France a assassiné Boganda, Kadhafi, la France a commis un coup d'état contre Gbagbo, sankara assassiné il y a beaucoup de preuves qui attestent . La France n'as pas D'amis mais que d'intérêts en Afrique.

Quand monsieur Bozizé criait au secours la France a refusé or la seleka est sa créature pour empêcher l'exploitation du pétrole. Monsieur le Drian multiplie les visites en Afrique centrale chez les auxiliaires du néocolonialisme(Idriss déby, sassou, Samba et Ali Bongo) ceux là qui vendent encore l'Afrique au colon.

Quelle honte!!! Vous n'êtes pas des présidents mais des traîtres de l'Afrique soyez maudits.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués