DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

RCA: l'ONU réclame une enquête sur des incidents du 05 février 2014 à Bangui

Par journaldebangui.com et autres médias - 07/02/2014

Un homme suspecté d'être un rebelle Séléka a été battu à mort par des militaires

 

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine, Babacar Gaye, a jugé jeudi «inadmissibles» des incidents qui ont eu lieu en marge d'une cérémonie officielle marquant la renaissance de l'armée nationale la veille à Bangui. «J'ai eu, à plusieurs reprises, l'occasion d'appeler l'attention des élites et de la population sur la nécessité d'un sursaut pour éviter la violence aveugle et la violence inutile à laquelle nous assistons aujourd'hui. Et cette violence se traduit par un déchirement du tissu social, par une perte de repères sans précédent dans ce pays», a dit M. Gaye lors d'une conférence de presse à Bangui. «Je salue à cet égard le volontarisme de la Présidente. Mais les incidents qui ont suivi hier sa visite de remobilisation des forces armées centrafricaines (FACA) sont des incidents révélateurs mais également des incidents inadmissibles», a ajouté M. Gaye. «Ils doivent faire l'objet d'enquêtes et de sanctions exemplaires.»

 


© acap-cf.info
Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations unies, le général Babacar Guaye
Constituer une chaîne pénale en urgence
L’objectif de cette conférence de presse du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations unies, le général Babacar Guaye était aussi de mettre en exergue la résolution 2134 du Conseil de Sécurité demandant aux autorités de transition d’ouvrir une enquête sur l’intensification des violations du droit international humanitaire et les violations généralisées des droits de l’homme et exactions, qui sont commises par d’anciens éléments de la séléka et des milices, en particulier celles connues sous le nom d’anti-balaka, afin de rétablir la justice et la réconciliation nationale. Le diplomate onusien, a fait savoir que toutes les opérations de sécurisation qui se passent dans la ville de Bangui, souffrent de l’absence de deux chaînons dans une chaîne de sécurisation. Il s’agit tout d’abord des forces de police et de gendarmerie nationale parlant la langue du pays, connaissant la dynamique interne et connaissant bien le pays et en second point la justice. Il ne peut pas y avoir la sécurité, s’il n’y a pas de justice. Pour le Représentant spécial des Nations-Unies, «il faut que tous les centrafricains soient au chevet de leur propre pays».

Selon la presse, à l'issue de la cérémonie au cours de laquelle la Présidente Catherine Samba Panza a célébré la réformation des forces centrafricaines, un homme suspecté d'être un rebelle Séléka a été battu à mort par des militaires. Concernant ces incidents du 05 février à l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENAM), le général Babacar Guaye a souhaité qu’une chaîne pénale soit constituée en urgence en Centrafrique pour permettre à la Mission Internationale de Soutien en Centrafrique (MISCA), d’être multiplicateur de forces.

 

 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

@ Babacar Gaye, salarié de l'ONU en RCA

Par Nomzamo

07/02/2014 14:59

Oui pour des enquêtes pas seulement sur les évènements du 5 février 2014 mais surtout tous les crimes commis en RCA depuis les 17 dernières années sans oublier la responsabilité des pays déstabilisateurs.

Non, aux menaces et intimidations. Cela fait plusieurs années que vous êtes en RCA. Durant les massacres des sélékas, je ne vous ai pas entendu demandé des enquêtes sur les crimes de la séléka et surtout concernant le lâche assassinat du Magistrat BRIA par les séléka au vue et au su de tout le monde. C'est à partir de ce moment que les anti-balakas ont décidé de passer à la vitesse supérieure pour imposer l'équilibre de la terreur. La suite, nous connaissons tous.

Vous me donnez l'impression d'un petit salarié qui ferme les yeux sur les crimes des uns et ouvre sa bouche sur ceux des autres sur instructions de vos patrons (france et ban ki moon).
Honte à vous pour cette politique de deux poids deux mesures.

Qui est plus Humains que l'autre?

Par sorokaté

07/02/2014 18:15

mais depuis 2012 quand les seleka tuaient , violaient , massacraient les civiles, pillaient et brûlaient des maisons et biens des civiles que disait l'ONU? je me souviens bien pendant ces moments d'atrocités infligées au peuple Centrafricain par la seleka l'ONU se contentait qu'à Observer, à envoyer des ses experts en missions d'observations...

Des chefs de guerre et des mercenaires étrangers sont connus et répertoriés dans seleka sans être inquiétés ni par l'ONU ni par la CPI encore moins par la France de qui se moque-t-on?

Des milliers de nos soldats FACA sont abattus, massacrés, tués et jetés dans le fleuve de l'Oubangui aucune enquête n'est ouverte par la France ni par l'ONU.. pour quoi cette hypocrisie?

C'est seulement le cas du 5.02.2014 quant à un sujet seleka espion infiltré parmi les FACA le quel sera mis à mort que l'ONU va ouvrir une enquête pourquoi cette partialité?. Finalement l'ONU est de quel coté. Combien de victimes de morts en Centrafrique par les troupes Tchadiennes de MISCA? avez vous déjà ouvert une enquête?

Cette attitude incongrue de l'ONU met en exergue le mandat très controversé octroyé à la France pour intervenir tardivement en Centrafrique, je trouve cela ignoble.
Je suis tenté de qualifier l'ONU comme un instrument qui sert à valider les expéditions colonialistes. Qui a donner mandat à la France d'assassiner le président Kadhafi? que dit l'ONU vis à vis de monsieur Bachar El -ASSAD le dictateur Syrien?

Monsieur ban Ki- Moon que dites vous de monsieur Bachar El ASSAD? monsieur Babacar Guaye que dites vous de monsieur Bachar El ASSAD qui continu de décimer son peuple Syrien? il vous faut combien de morts pour en fin ouvrir une enquête contre ce dernier?

Vous n'êtes pas sérieux. Qui est plus HUMAIN que l'autre?

Sorokaté Alias Domzan-Bene.

MANIPULATION ONU - CPI - FRANCE VIA LE TCHAD

Par Nomzamo

07/02/2014 20:12

Suite au lynchage du traitre FACA le 5 février courant, l'ONU par la voie de son salarié bien nourrit en RCA demande l'ouverture d'une enquête. La CPI vient de sortir de sa léthargie pour parler d'ouverture d'enquêtes sur des crimes commis en RCA. Le tchad comme par hasard vient par la voie de son substitut du procureur parler du jugement des ex sélékas qui ont commis des crimes en RCA et qui sont rentrés peinards au tchad.

Cette sortie du tchad est une manière d'empêcher l'ONU et la CPI de mener des enquêtes dignes de ce nom sur les crimes de l'Etat tchadien via les sélékas et ses forces au sein de la FOMAC puis de la MISCA.

Ce qui me réjouis, c'est le départ massif des tchadiens qui rentrent en masse ce jour.

Demain, le tchadien, le soudanais, le nigérien, le sénégalais, le malien etc qui viendra vivre en RCA respectera le peuple centrafricain et ne pourra plus se comporter comme ils ont fait avec l'arrivée des sélékas. Ils nous montré leur vrai visage.

Nous avons été abusé de notre hospitalité. Il y aura un avant et un après en RCA suite à l'occupation de notre pays par des barbares sahéliens venus du tchad et du soudan avec la complicité des collaborateurs Centrafricains.

Tous les Collaborateurs Centrafricains (civils, militaires, politiques etc) doivent être jugés par la justice centrafricaine pour que plus jamais notre pays ne subisse une telle humiliation et une telle descente aux enfers.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués