NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Soudan, Le référendum d'autodétermination a lieu dimanche...

Par Armelle Le Goff - 07/01/2011

Cela fera un nouveau voisin pour le Tchad

 

Bientôt un 193e Etat dans le monde? Voudront-ils rester unis ou faire sécession avec le nord ? Plus de 3 millions de Sud-Soudanais devront choisir quel sera leur avenir le dimanche 9 janvier 2011, date du référendum d’autodétermination de cette région du Soudan. Ce scrutin est le fruit des accords de paix signés le 9 janvier 2005 à Naivasha, au Kenya, pour mettre un terme à une terrible guerre civile au Soudan qui a fait quelques 2 millions de morts. Un scrutin obtenu de haute lutte après plus de cinquante ans de conflit et quatre millions de déplacés. Son issue, la sécession, fait peu de doutes tant les plaies sont à vif entre le Nord, majoritairement musulman et en grande partie arabe, et le Sud, qui se définit comme africain et chrétien. Ce qui pose problème, en revanche, ce sont les modalités du divorce, qui pourrait ne pas être prononcé avant l'été prochain, et l'avenir d'un Etat, certes, déjà en grande partie autonome, mais dont les structures et les cadres sont imprégnés par des décennies de combats.

 


© Reuters
Des partisans de la sécession , mardi 4 janvier, près de l'aéroport de Juba.
El Bechir prêt à accepter la sécession
En visite à Juba, la capitale sudiste, il y a quelques jours, le président Omar al-Bachir s'est montré conciliant. Il a promis d’aider le Sud-Soudan à «bâtir un pays frère, sûr et stable» s’il choisissait la partition. «Personnellement, je serai triste en cas de de division du Soudan. Mais je célébrerai votre décision, même si vous choisissez la sécession», a-t-il affirmé. Mais l’indépendance est-elle vraiment viable? De nombreuses problématiques doivent encore trouver des réponses concrètes comme le pétrole, la citoyenneté ou encore le sort de la région d’Abyei. Bien que l'unité ait été le leitmotiv des chefs sud-soudanais lors des accords de 2005, aujourd'hui, pour l'anthropologue spécialiste du Soudan, Christian Delmet, le Sud s’oriente clairement vers l’indépendance. Néanmoins, rien ne dit que le président soudanais, visé par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) concernant le Darfour, ne tente de s'offrir ainsi quelques semaines de répit, «d'autant que les exactions contre les civils auraient repris au Darfour ces dernières semaines», souligne Jean-Marie Fardeau, directeur du bureau de Paris de Human Rights Watch. Autre motif d'inquiétude, le manque de culture démocratique des futurs dirigeants sudistes, parmi lesquels Salva Kiir.

 

 
MOTS CLES :  Soudan   Autodéterminatin   Refedendum 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués