SOCIéTé  |    

Centrafrique: un pont aérien face au manque de nourriture

Par AFP - 05/02/2014

Un avion-cargo va assurer une rotation quotidienne depuis Douala, au Cameroun, pour acheminer 100 tonnes de vivres par jour

 

Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU a annoncé mardi le lancement d'un pont aérien sur Bangui, face au manque de nourriture en Centrafrique pour les centaines de milliers de déplacés des violences interreligieuses. La date du pont aérien n'a pas été fixée, mais c'est imminent, a expliqué à Genève une porte-parole du PAM, Elisabeth Byrs. Un avion-cargo va assurer une rotation quotidienne depuis Douala, au Cameroun, pour acheminer 100 tonnes de vivres par jour, a-t-elle indiqué. Car les réserves du PAM à Bangui sont actuellement très, très bas, a-t-elle ajouté. Le 30 janvier, il ne restait plus que 120 tonnes de céréales de stock dans la capitale. Cette pénurie tient au fait que depuis début janvier, les camions transportant la nourriture du PAM s'arrêtent à la frontière de la RCA avec le Cameroun. Les chauffeurs des camions refusent de traverser la frontière sans escorte en raison de l'insécurité.

 


© news.yahoo.com
avion-cargo pour pont aérien
Crise alimentaire et récits d'horreurs
Fin janvier, une première escorte des forces internationales a protégé 10 camions jusque Bangui. 43 autres camions chargés de nourriture du PAM sont actuellement en attente à la frontière. Le PAM est d'autant plus inquiet qu'une crise de la sécurité alimentaire est en train de commencer, a expliqué Mme Byrs, citant une combinaison de facteurs: manque d'assainissement dans les camps de déplacés, manque de nourriture pré positionnée, augmentation du prix de la nourriture, et arrivée de la saison des pluies. Mardi, 04 février, le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) a lancé un nouvel appel à la générosité des donateurs, en déplorant que les Nations unies n'aient reçu pour l'instant que 11% des 551 millions de dollars (408 millions d'euros) demandés pour le pays.

Règlements de comptes quotidiens à Bangui
Les violences continuent en effet en Centrafrique, deux mois jour pour jour après le déclenchement de l'opération française Sangaris. En visite lundi à Bangui, le chef d'état-major des armées françaises, l'amiral Edouard Guillaud, a assuré que les 1.600 soldats français et les 5.500 hommes de la force de l'Union africaine (Misca) ont su juguler en partie la violence. De son côté, l'Assemblée nationale française se prononcera par un vote le 26 février sur une prolongation de l'intervention militaire Sangaris, lancée le 5 décembre, et qui n'a pu mettre fin en deux mois aux violences entre chrétiens et musulmans qui apportent leur lot quotidien d'horreurs.

Et la haine engendrée menace d'empêcher tout futur commun dans un pays où les deux communautés vivaient côte à côte depuis des générations, d'autant qu'elle est alimentée par des horreurs régulières. Comme en témoigne sur son blog Peter Bouckaert, directeur des urgences de l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW). Ainsi, le récit de la fin tragique le 14 janvier de Fatimatu Yamsa, mère de famille musulmane qui a su que sa tentative désespérée de fuir le massacre autour d'elle avait échoué dès qu'elle a aperçu des membres de la milice chrétienne anti-balaka à un barrage routier, à Boali (90 km au nord-ouest de Bangui). Sachant qu'elle était sur le point de mourir, Fatimatu a supplié la femme chrétienne à côté d'elle de prendre son bébé de sept mois et de dire que c'était le sien, a-t-il raconté.

Le bébé a été sauvé, mais pas Fatimatu. Alors que le camion redémarrait, les combattants anti-balaka lui ont ordonné, ainsi qu'à deux autres femmes musulmanes et à leurs quatre enfants, d'aller à la mosquée. Un garçon de onze ans a pris la fuite dans un élan désespéré pour la liberté et a réussi à s'échapper. Fatimatu et les autres ont été tués à coups de machette, écrit-il.

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Et oui !

Par Alpha

05/02/2014 19:42

Chassez le musulman tchadien, et vous n'aurez plus rien ! Seuls les musulmans travaillaient dans ce pays, les autres sont des oisifs, feignants, incapables !
Et voilà, plus de musulmans, plus de nourriture, plus de viande, plus de poisson...

Qu'on les laisse mourir de faim ! Ils se mettront peut être au travail du coup !

Mr l'aigri

Par Kodoro

05/02/2014 23:18

Eh ben vous voyez le mal partout. Par ce qu'avant que les musulmans ne viennent en RCA les centrafricains ne se nourrissaient pas ? Malheureux que vous soyez. C.est plutôt à vous de vous inquiéter, car là ou vous allez, vous n'aurez plus jamais autant d'argent comme vous l'avez gagné en RCA. Laissez les centros se plaindre de leurs sort pour quoi vous vous inquiétez pour eux? N'oubliez jamais ça, les mauvaises choses ont toujours une fin et il arrivera un jour ou les centros vont se réconcilier et se tenir main dans la main pour faire développer leurs pays. Vous et nos hommes politiques bêtes de naissance seront enterrés dans la honte et la haine d'être démasqué . Malheureux personnage, il faut nous oublier pauvre de toi.

@alpha

Par famoundjou

06/02/2014 00:43

la frontiere sera d,ici peu fermee pour toujours,il n,ya jamais eu la famine en rca,tout pousse,les tchadiens sentirons l,effet pervers de leur agression,la rca est bien L,EL D,ORADO,malgre le petrole chez vous.les centrafricains sont des travailleurs,mais vous allez regreter amerement.les tchadiens ce sont chasser eux meme,car leur hypocrisie voilee est sortie au grand jour.fermer les frontieres NORD-EST sera la priorite de tout les priorites apres les reformes totales des FACA par une puissance de notre choix,5 ans suffirons pour remettre les pendules a l,heure,nous verrons comment vous allez rentrer.

nous devrions avec la nouvelle assemblee voter des lois permettant aux jeunes centrafricains de faire les services militaires obligatoires,des reservistes,car nous voulons plus de cette humiliation supreme de notre peuple,les plus grandes armees du monde ont des reservistes,il nous faut obligatoirement des hommes pour preter main forte aux FACA en cas d,agression exterieure qui me semble toujours prendre sources a DJAMENA,la lesson est prise.j,espere que vos BOVINS si maigre comme votre morphologie de sahelien ne traverserons plus les frontieres pour la transumence dans notre paradis,ils brouterons le sable,nous souhaitons de tout coeurs que le sable du desert vous engloutisse pour toujours,votre president veux,NOTRE PETROLE,NOS BOIS ET L,OUBANGUI mais le projet sera irrealisable tant que nous sommes en vie,gardez vos oignons s,il vous plait on cultivera nous meme.see you in hell alpha....ton vraie pseudo est BIRAO cesse de jouer aux singeries,tu sais que ce que je dis est la verite...

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués