SOCIéTé  |    

Centrafrique: de violents affrontements se poursuivent entre civils à Boda

Par source: AFP - 03/02/2014

Au moins 75 personnes tuées ont été recensées parmi les chrétiens et musulmans de la localité, située à une centaine de km à l'ouest de Bangui

 

Alors que l'abbé Cassien Kamatari, curé de la paroisse Saint Michel à Boda, joint par téléphone par l'AFP, précise que les violences sont toujours en cours dans cette ville, le bilan des victimes des affrontements entre milices fait état d’au moins 60 personnes ont été tuées, et plusieurs autres blessées parmi lesquelles 15 ont (ensuite) succombé à leurs blessures à l'hôpital de Boda. Les musulmans, bien armés ont érigé des barricades à l'entrée et à la sortie de la ville et s'attaquent depuis aux chrétiens, obligés de fuir pour se réfugier à la paroisse où on dénombre 1.500 personnes actuellement a précisé le religieux. Outre les victimes chrétiennes, il y a eu également des victimes côté musulmans, mais le bilan n'est pas disponible, car les corps sont enterrés automatiquement, a ajouté le religieux.

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Image d'illustration
D'après lui, les ex-rebelles Séléka des villes de M'baïki, Boda et Ngoto (ouest), informés de la présence de la force française Sangaris à M'baïki, ont appelé tous les musulmans de la région à se regrouper, pour pouvoir se défendre en cas d'attaque des chrétiens, alors que les Séléka s'apprêtaient à quitter la région. Une fois les ex-Séléka partis, les violences ont démarré mardi à cause d'une rixe entre deux musulmans (...) entraînant la mort de l'un d'eux, selon le curé. La population a lynché le second. Ensuite, des tirs ont été entendus dans la ville et les musulmans bien armés s'en sont pris aux autochtones.

Les musulmans continuent de traquer les chrétiens, qui n'ont en tout pour leur défense que des armes de chasse, et quelques armes de fabrication locale, a affirmé l'abbé Kamatari. Ceux qui sont réfugiés dans la paroisse n'ont rien pour s'alimenter, et manquent de tout. Tandis que ceux qui sont encore bloqués dans leurs maisons sont traqués, a-t-il expliqué, affirmant avoir appelé à l'aide Sangaris et la force africaine Misca, qui ne sont pas encore intervenues.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués