SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Bangui: la «pionne» de lycée devient «madame la ministre»

Par source: AFP - 03/02/2014

A 48 ans Gisèle Bedan, assistante d'éducation dans un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines) est devenue ministre de l'Education nationale du nouveau gouvernement de transition

 

L'agenda de «madame la ministre» est déjà très serré: il y a tant de choses à régler et de valises à boucler avant de s'envoler pour la Centrafrique où sa nouvelle mission l'attend. «J'ai eu des maux de tête effroyables, je suis trop émue», confiait-elle au téléphone, après la fête donnée jeudi en son honneur au lycée Jean-Rostand. Cette élégante mère de famille, recrutée en septembre par Pôle emploi pour animer une maison des lycéens, n'en revient toujours pas, depuis que la présidente centrafricaine, Catherine Samba Panza, élue le 21 janvier lui a annoncé la nouvelle dans un email. «Je n'avais rien demandé, mais c'est peut-être le bon moment d'apporter ma pierre à l'édifice», estime Mme Bedan, partagée depuis ses deux ans entre la Centrafrique et la France, où elle est résidente. Ses élèves lui manquent déjà mais elle n'a pas le choix, son pays natal, la Centrafrique, a besoin d'elle.

 


© Pierre Andrieu. AFP
Gisèle Bedan, nouvelle ministre de l'Education nationale de Centrafrique, le 1er février 2014
Inconnue en France, cette femme humble et abordable est une personnalité influente en Centrafrique. Née à Bangui d'une mère enseignante et d'un père diplomate, elle a fondé en 1996 un établissement scolaire privé «à moindre coût» accueillant 980 élèves dans la capitale, et qu'elle dirige toujours. «J'ai osé cet établissement et j'ai tenu bon, cela n'a pas été facile», raconte celle qui a fait de la lutte contre l'opacité dans l'attribution des diplômes un cheval de bataille.

«Changer le regard des jeunes sur eux-mêmes»
Lorsque la situation du pays a dégénéré l'an dernier, Gisèle Bedan a prolongé son séjour en France et s'est mise en quête d'un job dans l'éducation, pour ne pas attendre «sans bouger». «Comme beaucoup», elle a connu les refus, jusqu'à ce que son CV arrive enfin sur le bureau de la proviseur. Dès leur rencontre, les deux femmes ont été sur la même longueur d'ondes. «Aider des élèves en manque de repères, leur apprendre le respect et lever les a priori, c'était un défi pour moi», assure l'ex-assistante, qui voulait «changer le regard des jeunes sur eux-mêmes et leur établissement».

Au lycée, elle s'est d'ailleurs illustrée pour son franc-parler à l'adresse de certains élèves, pas toujours commodes, quitte à les bousculer: «elle leur disait que retirer les casquettes et les capuches, c'était déjà une façon de se former à demain», relate la proviseur, Meryem Karbiche, impressionnée par cette recrue «qui n'a pas eu peur de se retrousser les manches» dans un lycée «où tout paraît difficile». «Sa nomination comme ministre, je ne suis pas étonnée! C'est une grande dame, avec une grande classe, qui voit grand pour nos jeunes!», s'exclame-t-elle.

A l'instar de Gisèle Bedan, une conseillère municipale de Bussy-Saint-Georges (Seine-et- Marne) a été appelée à rejoindre le gouvernement de transition en tant que ministre de la Communication, alors que la Centrafrique est en proie à des violences inter-religieuses et à une crise humanitaire sans précédent. A quelques jours de son départ, la ministre, «meurtrie» par la guerre dans son pays, n'a pas encore de feuille de route ministérielle. Mais une priorité l'obsède: «il faut que la paix et la sécurité reviennent, pour que les enfants reprennent le chemin de l'école».

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Bien venue au club.

Par sorokaté

04/02/2014 21:36

La mangeocratie? oui les autres ont déjà mangé, maintenant c'est notre tour de manger? si c'est le cas détrompez vous.
les conséquences sont les meilleurs conseillères.

Depuis toujours la RCA a été gouvernée que par des club d'amis. Des amis d'enfance... des clans... sans mérites c'est pourquoi nous restés derniers de tous.
L'heure est grave, des morts par milliers des déplacés vivant des situations inhumaines, la famine nous tient fort.
Stoppe les plaisanteries. quelles sont les raisons de son choix comme ministre? en Centrafrique il n' y a pas de Technocrates?
Sorokaté Alias Domzan-Bene.

De pionne à ministre !

Par Alpha

05/02/2014 19:09

Ça montre bien le niveau intellectuel ! Des technocrates qu'elle disait Mme Le Maire !!!!
J'appelle plutôt ça des playmobiles !

NOUS AVONS BESOIN DES PATRIOTES DE BONNES VOLONTE

Par simpliste

08/02/2014 20:32

certains technocrates ont eu des actions nocives et dévastatrices pour l'économies et la cohésion sociale du pays

je préfère réserver ma réaction pour plus tard

parce que le peuple a besoin des patriotes de bonne volonté

cela n'empêche pas chaque centrafricain(e) de mener des actions utiles à son niveau.
LES PETITES ACTIONS MEME INSIGNIFIANTES CONTRIBUENT AU GRAND CHANGEMENT

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués