NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Sibut repris par la force africaine

Par journaldebangui.com - 03/02/2014

Le commandant de la Misca annonce que ses troupes ont repris pacifiquement aux rebelles de l'ex Séléka le contrôle de la ville, un verrou situé à 180 km au nord de Bangui

 

Selon le général Tumenta Chomu, la Misca dont il est le commandant de la force de l'Union africaine a pris le contrôle de la ville de Sibut. Le contingent gabonais de la Misca s'est installé et se répartit dans la ville. Pour lui, il est évident que les ex Séléka seront cantonnés, «ils vont être désarmés et sécurisés», a-t-il déclaré à la radio nationale. Ces derniers «seront également pris en charge pour leur alimentation, tout comme ceux qui sont cantonnés à Bangui», a ajouté le général. C’est à la suite de cette prise de contrôle de la ville située sur l'axe reliant Bangui au nord de la Centrafrique, que la Misca avait lancé vendredi une opération sur Sibut avec un appui aérien des forces françaises présentes en Centrafrique.

 


© binuca
La misca reprend ses droits
Pourparlers à Sibut entre ex-Séléka et force africaine
Selon un habitant, les ex-Séléka ont quitté l'une de leurs positions au profit de troupes de la Misca, entrées sans affrontement dans la ville, et sont désormais installés dans la mairie. Des pourparlers étaient en cours samedi matin entre Misca et combattants, selon cette source. Ces contacts entre ex rebelles et soldats africains ont été confirmés par un notable de Sibut «Nous voulons la paix, nous sommes centrafricains. Le passé est le passé. Nous sommes prêts à déposer les armes, mais ça dépend des conditions», a déclaré de son côté le colonel Abdelkader Djelani, qui fait partie des combattants de l'ex Séléka positionnés à Sibut.

Débuts difficiles pour Catherine Samba-Panza
La présence des combattants de l'ex Séléka dans la ville avait inquiété la nouvelle présidente centrafricaine qui tente de remettre son pays sur pied. Catherine Samba Panza avait accusé vendredi les combattants de Sibut de vouloir la «déstabiliser», dix jours seulement après qu'elle eut succédé à Michel Djotodia. Mme Samba Panza a dénoncé «l'irruption de groupes armés appartenant à l'ex-Séléka à Sibut avec des velléités de sécession», malgré les appels à la paix et à la réconciliation du nouveau gouvernement, dans une déclaration vendredi à la radio nationale. «Je suis informée des actes nuisibles en cours pour déstabiliser mon mandat. Je mets en garde ces aventuriers connus, qui ont pourtant montré leurs limites dans la gestion du pouvoir dans un passé récent», a ajouté la nouvelle dirigeante.

Après le départ de M. Djotodia, la plupart des combattants de l'ex-Séléka ont été évacués des divers camps qu'ils occupaient dans Bangui et regroupés au camp "RDOT", situé à la sortie nord de la capitale. Toutefois nombre d'entre eux ont préféré fuir avec armes et bagages, sillonnant désormais les routes de province sans aucun contrôle.

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

LA FORCE DOIT RESTER A L ETAT

Par AMIRAL AKOUNA MATATA

03/02/2014 12:33

Je ne suis pas un SAMBA PANZISTE mais je soutiens la force de la Presidente de Transition à matter tous ses assassins de l EX SELEKA.
On ne peut pas faire des omellettes sans casser des oeufs.Donc dans les negociations avec les BARBARES de l EX SELEKA pour garantir la paix dans notre pays,l'armée francaise et africaines doivent tuer pour que cela serve d'exemple aux autres récalcitrants.Le peuple a beaucoup souffert,c'est la mesure forte qui doit s'appliquer.
"Oeil pour oeil dent pour dent" A cause d' eux ce pays est en ruine parce que ces messieurs voulaient le pouvoir vaille que vaille sans un projet politique.

Je profite de la meme occasion ici pour demander à Madame la Presidente de Transition d'ester en justice devant la CPI MICHEL DJOTODIA,GAZAMBETI,NOURDINE et tous les autres CHEFS REBELLES.On ne peut pas accepter que ses ASSASSINS vivent paisiblement dans d'autres pays sans s'inquietter vue les dégats qu'ils ont commis à la nation toute entiere.Ils ne méritent meme pas le PARDON.Soyons aveugles et finissons une fois pour toute avec eux.

AMIRAL AKOUNA MATATA

Lisez moi attentivement ......

Par sorokaté

03/02/2014 13:17

Chers(es) compatriotes, il y des signes qui ne trompes pas.
La seleka avec la lettre de son président Dondoja adressée à la conference islamique en Arabie saoudite annonçait déjà leur objectif raison de ce coup d'état.

La seleka n'a pas vocation à gouverner mais plutôt à semer la terreur empêchant le développement économique ainsi que la paix dans ce pays.
Ce qui atteste la majorité musulmane d'origine Tchadienne dans seleka juste pour jouer ce JEU que nous connaissons tous.
Ainsi pour masquer le tout, il est trop rusé de ne mettre que certains Centrafricains comme Dondoja et une poignet de ressortissants de la Vakaga afin donner une connotation Centrafricaine à cette nébuleuse(seleka expéditive).

Monsieur Idriss déby ayant aidé plusieurs fois nos régimes dictatoriaux par des coups d'état semble mieux placé pour la mise en exécution du plan seleka . La France toujours la France passe par monsieur Déby pour revenir en Centrafrique.
La seleka bien dotée en armes et en hommes par la France via le Tchad entra donc en ébullition en Centrafrique.

L'appel au secours du dictateur Centrafricain monsieur Yangouvonda à l'endroit de la France semble tomber à l'oreille d'un sourd. Conséquences ce que nous connaissons aujourd'hui en Centrafrique.

Toute la RCA est occupée par des gens qui ne parlent ni Français ni le national Sangô pillent, tuent, violent, volent, incendient des maisons et grainiers des civiles , tous les biens appartenant aux civiles sont emportés vers leur pays d'origine le Tchad. Le gouvernement Tchadien n'a pas pris des mesures pour empêches l'entrée de ces biens pillés aux paisibles civiles Centrafricains sur son territoire, au contraire ces biens sont accueillis sous l’applaudissement de la population du Tchad.

La France de son coté a refusé d'agir militairement pour éviter le massacre de la population Centrafricaine véritable stratégie néocolonialiste en fin d'intervenir en sauveur. Ce qui donna naissance au Sangaris et à la Misca sous un simulacre mandat de l'ONU. Que constatons nous? rien n'a changé malgré la présence des Forces Internationales la situation humanitaire va de pire en Mal.

Les éléments de Sangaris ne quittent JAMAIS leurs blindés, ils ne rentrent non plus dans les quartiers foyers de tentions, ils réarment par fois des milices(Anti Balaka et seleka), ils font sembler d'arriver tardivement a près les massacres, ne désarment plus les Anti Balaka ni les seleka.

Le sangaris qui avait au préalable comme mission de DÉSARMER les milices et seigneurs de GUERRE se résume en OBSERVATEUR. Le sangaris a aidé certains chefs de guerre étrangers dans seleka bien connus par la CPI, TPI, L'ONU a quitter la RCA pour retrouver refuge au Tchad dans le but de bénéficier du Statut de RÉFUGIÉ.

Cependant les seleka d'origine Centrafricaine sont abandonnés à leur triste sort, rejeté par la population Centrafricaine pour avoir mis le pays à feu et à sang, ils cherchent des voies et moyens à se réorganiser au NORD du pays demandant la scission de la RCA. La France , toujours la France sachant que la question de scission de la RCA aboutira sur une lapidaire réconciliation nationale d'où il faut ramener les seleka dans le camp RDOT situé à la sortie NORD problématique dans l'objectif de faciliter le dégroupement vers le NORD(simple piège pour la question de la scission de la RCA).

Ainsi tous les seleka sont informer du nouveau plan, ils quittent les différentes Villes sous leurs occupations pour se regrouper vers le NORD. Ceux de M'baïki, de Boda, de Bayanga, de Nola, de Berberati, de Bouar, de Carnot de Bouar de Bozoum partent tous vers les NORD par Bocaranga gaoundaye.

Cependant ceux qui sont cantonnés à la base du RDOT quittent nuitamment leur base par complicité de sangaris pour partir sur Sibut scénario de SIBUT tombé sous l'occupation de la seleka réclamant la scission de la RCA à partir de Sibut.
Des combattants de seleka bien armés sont escortés des fois par la MISCA pour traverser la barrière de PK12 destination de SIBUT lieu de leur regroupement.

Le même scénario Français en Cote d'Ivoire qui se répète en Centrafrique. La France arme les rebelles et désarme les loyalistes...(Affaire Gbagbo..)

Alors que la ville était sous le contrôle de la MISCA Gabonaise qui va volontairement abandonner Sibut aux seleka(scénario).

Les seleka vont ériger leur drapeau fictif de Musulman nordiste. En rappels les proches du n° 2 de la seleka encore au pouvoir dans ce gouvernement de transition ont été surpris les sangaris à l'Aéroport de Bangui M'poko en partance du Nord(Bria) avec des billets de banques bourrés dans un sac banco et des armes à feu, seules es armes confisquées mais les suspects ont continuer leur voyage. Cet argent était destiné à soutenir les seleka acteurs de la scission du pays.

Curieusement la ville de Sibut est reprise des mains des seleka par les troupes Gabonaises sans combats ni sans désarmement des éléments seleka. Très tôt le lendemain matin à la grande surprise de la population locale , les seleka ont à nouveau quitter la Ville en partance de Kabo et Bambari... quel jeu? que vais-je comprendre delà? de qui se moque-ton? n'ai-je pas les yeux pour voir? puis-je pas discerner cela?

Que comprend la population de SIBUT? le peuple Centrafricain la Sangaris et la Misca sont ils là pour sécuriser la population des exactions des groupes armés?
Les Anti-Balaka , les seleka , des civiles musulmans et mêmes peuhles j'adis éleveurs sont bien armés.

Où sont nos FACA, nos policiers et Gendarmes?
La réconciliation est la solution? nous qui avons perdu tout, des proches , des parents, nos biens et autres... allons nous accepter cette réconciliation, ce dialogue national?

Qu'attendons nous du DDR?
Je suis très inquiet de mon pays. Le pétrole , rien que le pétrole nous a attiré d'ennuis.
Mon pays va mal.

Le peuple vaincra... juste question de temps.
Sorokaté Alias Domzan- Bene.

La France est l'ennemi de la RCA !

Par abou

04/02/2014 03:13

Bozizé, tu es Chef d'État, demandes de l'aide aux pays d'afrique autrale, lances une lutte de libération totale de la RCA des sélékas, avec l'aide des vrais sélékas centrafricains et des anti-balaca et des Faca. C'est le seul moyen de sauve notre pays de la partition, comme l'a décidé la France, pour nous prendre notre uranium et notre pétrole. Vive la RCA une et indivisible.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués