CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

José Ngoïta: "La musique a beaucoup de difficultés à partir du moment où on n’a aucune structure de formation"

Par Sebastien Lamba - 06/01/2011

Il est le Président de l’Union des Musiciens de Centrafrique (UMC)

 

Président José Ngoïta, un avis après le décès de l’artiste et chanteur Jude Bondéze?
C’est un sentiment de remord, puisque à chaque perte de vie humaine et surtout dans le cadre artistique, nous le ressentons. Vous savez que les artistes sont des gens très solidaire, même quand on est éloigné. On a toujours l’impression que nous sommes proches des uns et des autres à travers nos œuvres.

Que savez-vous de l’artiste et chanteur Jude Bondéze?
Pas grand-chose, à vrai dire, je l’ai connu quand j’étais encore plus jeune et pour la première fois en France, à travers ses œuvres. Lorsqu’il était arrivé à Bangui, on a échangé spécifiquement de la musique. Mais dans le domaine de sa vie, je ne connais pas de très grand-chose. Vous savez que la musique centrafricaine a beaucoup de difficultés pour son épanouissement à partir du moment où on n’a aucune structure de formation musicale. Les gens s’y jettent comme ils peuvent. Chacun y va avec son instinct.

 


© journaldebangui.com
José Ngoïta, Président de l’Union des Musiciens de Centrafrique
Qu’est ce qui fait que la musique centrafricaine régresse par rapport à la sous région?
Toute évolution mérite investissement. A partir du moment où nous déplorons le manque de moyen de formation et de structure de formation, ce n’est pas le hasard qui forme le bon musicien et en plus de cela, il y a des studios performants que nous trouvons dans les autres pays, et que nous ici on a n’en pas. Les droits d’auteurs qui ne sont pas payés aux artistes depuis 30 ans.

Que comptez-vous faire pour la promotion de la musique centrafricaine?
C’est faire adopter un statut des artistes en général et des musiciens en particuliers. Il faudrait que le problème des droits d’auteurs des musiciens soit vu par les autorités de notre pays. Nous sommes logés dans un même ministère avec les sportifs, le gouvernement prend en compte le plus souvent le déplacement des sportifs à l’extérieur, même si les frais s’élèvent à 100 millions. Par contre, si c’était le déplacement des artistes, le gouvernement évoque les raisons de l’insuffisance de trésorerie. L’Union des Musiciens de Centrafrique (UMC) comprend plusieurs collèges de musique notamment la musique religieuse, la musique moderne, les rappeurs.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués