SOCIéTé  |    

Violences: des corps carbonisés retrouvés à Bangui

Par journaldebangui.com et autres médias - 23/01/2014

Ces derniers jours, la Croix-Rouge Centrafricaine a trouvé 87 corps à travers le pays

 

Selon une information publiée par Reuters, la Croix-Rouge a annoncé hier mercredi avoir trouvé cette semaine onze corps, la plupart carbonisés, à Bangui, la capitale centrafricaine, victimes des affrontements entre les ex-rebelles de la Séléka, en majorité musulmans, et les miliciens chrétiens "anti-balaka". De source militaire française, on dit par ailleurs que des soldats de la mission "Sangaris" ont été engagés dans des affrontements à Bangui dans la nuit de mardi à mercredi, après avoir été attaqués par des hommes non identifiés. Le président de la Croix-Rouge centrafricaine, Antoine Mbao Bogo, a précisé que neuf des onze corps découverts dans le quartier PK11, surtout habité par des musulmans dans le nord de la capitale, avaient été brûlés. «Ils n'ont pas été enterrés, ils ont été jetés à la rue derrière le camp militaire», a-t-il expliqué. Ces cinq derniers jours, la Croix-Rouge a trouvé 87 corps à travers le pays, a-t-il ajouté.

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
La Croix rouge à l'oeuvre dans les environs de Bangui
Selon un témoin, une foule de chrétiens armés de machettes et de bâtons s'est rassemblée mercredi dans le quartier de Ngaragba, près de l'ambassade de France, pour dénoncer la poursuite des attaques de la Séléka. Les manifestants ont mis le feu à des pneus alors que les soldats français tentaient de les contenir. Profitant de ces désordres, trois détenus se sont évadés de la prison centrale de Bangui. La nouvelle présidente par intérim, Catherine Samba-Panza, a annoncé mardi qu'elle allait ouvrir le dialogue avec les représentants des groupes armés pour tenter de ramener le calme dans le pays, où les violences ont fait plus de 2.000 morts et un million de déplacés depuis début décembre.

Contingent Européen
Environ 100.000 civils fuyant les combats ont trouvé refuge dans un camp proche de l'aéroport international de Bangui. Eux aussi ont bien accueilli l'élection à la présidence de Catherine Samba-Panza, maire de la capitale depuis mai 2013, mais craignent toujours des attaques s'ils cherchent à rentrer chez eux. Un sentiment qui s’accroît di faite que le ravitaillement de ces réfugiés est perturbé par une grève des conducteurs des camions de l'Onu. Lundi, l'Union européenne a décidé d'envoyer sur place un contingent d'environ 500 hommes, sa première opération militaire d'importance depuis six ans. Les dirigeants européens espèrent obtenir jeudi un mandat du Conseil de sécurité des Nations unies afin de pouvoir déployer les premiers soldats d'ici la fin février. La force européenne sera basée dans les environs de Bangui et devrait rester sur place pendant six mois avant de passer le relais à la force de l'Union africaine.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués