INTERVIEW  |    

Marielle Debos «La Centrafrique souffre des ingérences»

Par R. M.-humanite.fr - 22/01/2014

Marielle Debos, maître de conférences en science politique à l’université Paris Ouest-Nanterre, elle auteur de «Le métier des armes au Tchad»

 

La désignation de Catherine Samba-Panza comme présidente de transition peut-elle suffire à faire refluer les violences en Centrafrique?
Une personne ne peut, seule, dégager une issue à ce conflit. Michel Djotodia (qui avait été installé au pouvoir en mars 2013 par la rébellion Séléka –NDLR) a été accusé d’incompétence. Il a certes accumulé les erreurs politiques, mais cette crise ne peut s’expliquer par les choix d’un seul homme. La présidente de transition devra apparaître comme impartiale et capable de restaurer le dialogue entre les parties en conflit. La désignation d’une femme qui n’a pas été impliquée dans les conflits politico-militaires est un changement positif.

 


© france24.com
Mme Marielle Debos est Maître de conférences à l’université de Nanterre, chercheuse au CNRS
Pourquoi les précédents accords politiques 
de Libreville et de N’Djamena ont-ils échoué?
Le président alors en exercice, François Bozizé, n’avait pas la volonté de mettre en œuvre les dispositions prévues par ces accords. Aujourd’hui, on ne peut pas revenir en arrière. Il faudra prendre en considération tout ce qui a changé depuis un an.

La France est très impliquée dans la définition 
du calendrier et des autorités de transition. 
Quel rôle jouent les pays voisins ?
Depuis très longtemps, la Centrafrique souffre des ingérences de ses voisins. Ce sont eux qui ont imposé la démission du président par intérim, Michel Djotodia, et de son premier ministre, Nicolas Tiangaye. Ce qui est frappant, c’est que ces démissions ont été entérinées lors du dernier sommet des États d’Afrique centrale à N’Djamena, et non pas à Bangui, ce qui montre bien le poids des États de la région et celui de la France, présente à ce sommet. On ne se soucie même pas d’avoir une mise en scène laissant croire que ce sont les Centrafricains eux-mêmes qui prennent les décisions. Or, il faut que les Centrafricains puissent maîtriser les choix politiques dans leur propre pays.


 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Voilà encore un griot du néocolonialisme....

Par sorokaté

22/01/2014 23:11

"....La France est très impliquée dans la définition 
du calendrier et des autorités de transition. 
Quel rôle jouent les pays voisins ?
Depuis très longtemps, la Centrafrique souffre des ingérences de ses voisins. Ce sont eux qui ont imposé la démission du président par intérim, Michel Djotodia, et de son premier ministre, Nicolas Tiangaye. Ce qui est frappant, c’est que ces démissions ont été entérinées lors du dernier sommet des États d’Afrique centrale à N’Djamena, et non pas à Bangui, ce qui montre bien le poids des États de la région et celui de la France, présente à ce sommet. On ne se soucie même pas d’avoir une mise en scène laissant croire que ce sont les Centrafricains eux-mêmes qui prennent les décisions. Or, il faut que les Centrafricains puissent maîtriser les choix politiques dans leur propre pays...."

A l'attention de madame soit disant maître de conference à l'Université de Nanterre...

Madame, l’honnêteté intellectuelle voudrait que vous disiez la vérité rien que la vérité. En vous lisant je m'attendais à ce que vous établissez les responsabilités des uns et des autres dans cette guerre pendant 53 ans contre la République Centrafricaine. J'ai constaté que vous avez survolé des étapes capitales mobiles des crises politiques chroniques dont souffre la RCA.

Vous vous êtes appesanti sur l'ingérence des pays voisins à la Centrafrique sans parler de qui ces pays ont reçu l'ordre de déstabiliser la Centrafrique c'est purement égoïste et déplacé comme analyse éhontée de votre part.
Il n'y a pas de fumer sans FEU. La causalité qu'en dites -vous?

Le saviez vous comment les différents présidents se sont succèdés à la tête de la RCA? le savez vous pourquoi monsieur F.Bozizé le dictateur est parti du pouvoir le 24 Mars 2013?
avez vous oubliez le rôle qu'ont joué les médias Français dans la prise du pouvoir par la seleka en RCA?

dans un premier temps la France a été appelée au secours pour éviter ce coup d'état sans suite favorable avec les conséquences qu'on connait aujourd'hui en Centrafrique. Cette même France malgré l'accord de défense qui existe entre
elle et la RCA a violé ce accord en laissant faire la seleka.

Obligée d'intervenir après la catastrophe situation humanitaire causée par la seleka votre pays la France arrive en pompier après l'incendie. je suis tenté de m'interroger sur votre qualité de maître de conférence.
Vous avez évoqué que monsieur F.Bozizé a reffusé d'appliquer les accords de Libre-Ville et de N'Djamena ce qui a mis la RCA dans cette honteuse situation humanitaire, madame ici vous avez mis a nue votre méconnaissance relative à cette guerre en Centrafrique. Qui a franchi la ligne rouge fixée à 75Km de Bangui (Damara)? le savez vous cela?

Avez vous lu la lettre de monsieur Dondoja adressée à la ligue ARABE comme programme de gouvernance en Centrafrique? Vous avez parlé du Tchad sa participation nuisible dans la gestion de l'état centrafricain tout en ignorant pour QUI le Tchad fait cela!!!

Madame pouvez vous me donner le nombre de coup d'état qu'a connu la RCA et qui est derrière?
L'élection de cette femme comme présidente de transition en RCA pensez vous que c'est la volonté du peuple Centrafricain? le calendrier des futures élections est-il fixé par le peuple CENTRAFRICAIN? qui décide à la place de QUI?
Moi monsieur sorokaté à votre place j’appellerai le chat par son nom CHAT.

Madame ce n'est plus un secret de polichinelle: Nous avons tous compris mais c'est une question de temps. rassurez vous que toute chose à un DÉBUT et une FIN.

Je suis ravi du fait que vous avez avoué que l'élection d'un ou d'une seul homme ne résoudra pas le problème en RCA , oui c'est par ce que tous les choix ne sont pas la VOLONTÉ du peuple c'est en quelque sorte jeter de l'huile sur le feu, pourquoi pour mieux piller les richesses. Diviser pour mieux RÉGNER. Le savez vous le parcours de cette dame aujourd'hui présidente intérimaire de la transition en RCA , elle est devenue madame la maire de la ville de Bangui comment? nommée par QUI et pourquoi aujourd'hui c'est elle qui est choisie comme présidente?

Ainsi donc madame, je n'ai qu'un seul conseil pour vous c'est de ne pas se prononcer sur ce qu'on ne connait pas, soit de ne pas masquer la réalité.Vous avez une mission de véhiculer les vraies informations comme le veut votre métier: instruire.
Il y a des maîtres de conférences et maîtres de Contradictions.

Sorokaté Alias Domzan Bene.

A nous la faute

Par Tam-Tam

23/01/2014 22:50

Monsieur Sorokate,
Honte a' toi de parler "Neo-colonialism." Pourquoi condamner Mme Debos de son opinion? Tu es l'un des Centrafricains qui n'aiment pas qu'on leur dise la verite: "il faut que les Centrafricains puissent maîtriser les choix politiques dans leur propre pays...."
Nous Centrafricains sommes pauvres et serons nous toujours pauvres si nous continuons a' dormir en esperant quelqu'un d'autre vienne nous reveiller. Voila la racine de notre dependance: les leaders politiciens Centrafricains font ce qu'ON leur demande pour parvenir et s'accrocher au pouvoir ou encore a la MAGISTRATUTRE SUPREME.


@ Mon compatriote SOROKATE

Par Nomzamo

24/01/2014 13:56

Je vous remercie infiniment pour cette excellente analyse sur la DUPLICITÉ, les MENSONGES, La MANIPULATION, la COUARDISE et la MALHONNÊTETÉ INTELLECTUELLE des français et de leurs supplétifs sur le dossier centrafricain.

Cette fameuse spécialiste de cacahuètes, sait très bien que son très de vie est lié au pillage de l'Afrique francophone, notamment la RCA. Elle est obligée de survoler les responsabilités de sa france coloniale pour n'indexer que les marionnettes sous régionales (tchad, gabon, congo).

Vous avez une bonne connaissance de l'histoire de notre pays. N'en déplaisent aux vociférations des supplétifs du néocolonialisme français qui sont incapables d'apporter des arguments contraires aux vôtres.

La RCA n'est pas le mali à qui les français ont fait croire au début qu'ils étaient allés là-bas pour les libérer des "djihadistes" leurs alliés en Libye. Les Maliens ont mis du temps pour comprendre l'entourloupe française et manifestent pour demander le départ des troupes françaises à Kidal qui sont complices des touaregs qui se sont alliés aux djihadistes avant de retourner de leur veste.

Encore une fois, Bravo cher compatriote SOROKATE pour votre brillante analyse.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Marielle Debos, le Métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerre, Paris, Karthala, 2013.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués