NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Le premier sommet Etats-Unis-Afrique au mois d'août 2014

Par journaldebangui.com - AFP - 22/01/2014

Le principe de ce sommet était acquis depuis la tournée africaine de Barack Obama en juin 2013 lors de son discours au Cap en Afrique du Sud

 

Barack Obama a invité les dirigeants de 47 pays africains à participer à un sommet à la Maison Blanche les 5 et 6 août prochains, a annoncé mardi l’exécutif américain. «Le président Obama se réjouit d’accueillir des dirigeants venus de tout le continent africain dans la capitale (fédérale américaine) afin de renforcer encore les liens avec l’une des régions les plus dynamiques» du monde, a déclaré le porte-parole de Barack Obama, Jay Carney. Ce sommet «fera progresser les objectifs de l’administration en matière de commerce et d’investissement en Afrique (et) mettra en évidence l’engagement des Etats-Unis envers la sécurité de l’Afrique, le développement de la démocratie et de ses habitants», selon la même source.

 


© usembassy.gov
Le président Obama lance un appel pour un «nouveau modèle» de partenariat avec l'Afrique
Le principe de ce sommet était acquis depuis la tournée africaine de Barack Obama en juin dernier. Un porte-parole de la Maison Blanche, Jonathan Lalley, a communiqué la liste des pays dont les dirigeants sont invités, de l’Angola à la Zambie. Parmi les pays notablement absents de cette liste: le Zimbabwe, le Soudan, la Guinée Bissau, mais aussi l’Egypte et Madagascar.

Renforcer la présence diplomatique américaine en Afrique
Jonathan Lalley a indiqué que la Maison Blanche avait invité les dirigeants de tous les pays africains, «sauf ceux qui n’ont pas de bonnes relations avec les Etats-Unis ou sont suspendus de l’Union africaine». La présidente de la commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, est également conviée à Washington pour ce sommet, a précisé Jonathan Lalley.

Barack Obama, né aux Etats-Unis d’une mère américaine et d’un père kényan, avait lancé l’idée de ce sommet fin juin 2013 lors du volet sud-africain d’une tournée qui l’avait aussi mené au Sénégal et en Tanzanie. Lors d’un discours au Cap, il avait dit souhaiter « ouvrir un nouveau chapitre dans la relation entre les Etats-Unis et l’Afrique » en annonçant ce sommet, le premier du genre. Face à la percée de la Chine et d’autres puissances émergentes, les conseillers économiques de Barack Obama l’ont exhorté à renforcer la présence diplomatique américaine sur le continent. Au début de sa tournée, Barack Obama avait cependant cherché à minimiser les rivalités entre investisseurs étrangers en Afrique, estimant qu’il n’y avait pas de « guerre froide » en cours sur le continent.

«Aider l’Afrique»
«C’est une bonne chose que la Chine, l’Inde, la Turquie et d’autres pays, comme le Brésil, prêtent de plus en plus attention à l’Afrique,» avait-il assuré. «Il y a un marché mondial et, si les pays qui sont en train de devenir des pays à revenus moyens considèrent qu’il y a des opportunités pour eux en Afrique, cela peut potentiellement aider l’Afrique,» avait-il ajouté. Toujours lors de cette tournée, il avait tout de même invité les Africains à poser plus de questions aux investisseurs étrangers, estimant «important que les Africains s’assurent que ces interactions sont bonnes pour l’Afrique».

Barack Obama, qui n’avait visité l’Afrique noire qu’en coup de vent au début de son premier mandat, avec un arrêt au Ghana, avait accueilli en 2010 à la Maison Blanche plus d’une centaine de jeunes Africains lors d’un sommet informel. Lors de cette rencontre, destinée à marquer le 50e anniversaire de l’accession à l’indépendance de 17 pays d’Afrique sub-saharienne, Barack Obama avait exhorté ces jeunes à enraciner les principes démocratiques dans leurs pays, et à ne pas suivre les pas de la génération des indépendances qui s’est selon lui accrochée au pouvoir.

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

les elections prochaines doivent etre libre et credible

Par fqamoundjou

23/01/2014 12:41

aujourd,hui,les etats-unies et d,autres puissances s,interessent a l,afrique,car les potentienlites en matiere de ressources sont enormes,hydrocarbures et autres minairais attirent la convoitisent des nations emmergentes.le liberte d,un d,un peuple de choisir son leader et conduire sa destinee est un droit fondamental.dans les pays colonises par la france on voit une autre histoire,des personnes qui restent au pouvoir plus de 30 ans ou plus,en ce qui concerne la rca,le temps est venus pour les politiciens de comprendrent que le peuple n,accepte plus ces pratiques visant a chercher le pouvoir pour s,enrichir mais servir l,interet de la nation,le temps est venue pour que le peuple reprene son droit,le pouvoir centrafricain est ailleurs,nous voulons notre souverainete a decider de l,avenir,car la jeunesse est abondonner a elle meme.

L,ONCLE SAM a inviter 47 pays ,mais refuser au autres pour des problemes de democratie,le MADAGASCAR qui vient de voter un leader (democratique)mais les etats-unies ont refuser la presence du president malgache pourquoi?a mon humble avis c,est de la mascarade electorale pire et simple,car depuis des annees ce pays qui a connue un coup-etat,organiser toujours par le pays ennemie des africains qui ne veux pas amercer la decolonisation et organise au 21 eme siecle des coup-etats pour imposer les hommes incompetants pour conduire l,avenir des nations qui ne brillent pas economiquement mais plutot sont des nains economiques,car un dictateur satisfait ceux qui l,ont placer et pouvoir et le progres economique n,est pas son probleme.il tue les opposants et utilise la force pour brimer ceux qui le critiquent.non au marrionnette.

dans 1 an la rca va choisir son leader,des maintenant les conditions doivent etre mise en place afin d,eviter des trucages qui a pour but d,imposer un homme de choix qui dans le futur emmenera le nepotisme,le clanisme,et le tribalisme source des maux qui ruinent la rca,une commission electorale independante regroupant tous les partis qui vont competir,les conditions draconnienes pour les participants,car etre president en rca veux dire jouir de tous les pouvoirs,l,executif,judiciaire,legislatif et aussi le pouvoir de la presse,le president et sa famille prennent le pays en otage,c,est contre cette pratique que les institutions de l,etat doivent etre renforcer pour eviter les derives dictatoriales et autoritaire de s,installer,non a la dictature et OUI a la democratie le pouvoir du peuple par le peuple,un homme part mais les institutions fortes restent et la continuite de l,etat.bref,mettons tout en oeuvre pour reussir ce rendez-vous de l,histoire,car ne rattons pas le train de la globalisation,nous sommes revenues avant les annees 50 ,apres cette destruction des appareils de l,etat,les temps son grave,il ne faut pas revenir au case depart.vive la rca libre et independante economiquement et politiquement.QUE DIEU BENISSE LA RCA.

Sommet Etats-Unis/Afrique

Par kalihanzou

06/06/2014 20:25

A la conférence US-Afrique qui s'est tenue dans la capitale Ethiopienne, un des participants à cette conférence a posé la question suivante :
" Au lieu que 47 présidents africains se déplacent au Etats-Unis, pourquoi ce n'est pas le président des US qui se déplacerait en Afrique ?".
A méditer.

Par

19/06/2014 12:49

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués