NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: les priorités du mandat de transition

Par Emmanuel E. Creppy - 22/01/2014

Mme Catherine Samba-Panza a tenu sa toute première conférence de presse, en tant que chef d’Etat, ce mardi 21 janvier, en sa résidence à Bangui

 

La nouvelle présidente de transition ne se donne pas le temps de savourer son sacre. 24 heures seulement après son élection et en attendant la cérémonie d’investiture prévue jeudi prochain, elle a affiché devant les médias les priorités de son mandat. Pour la présidente de la transition centrafricaine, le plus important est de ramener la paix dans le pays. Elle a expliqué comment elle mène déjà des réflexions avec la force africaine Misca et les humanitaires afin de favoriser, dans un meilleur délai, le retour de centaines de milliers de déplacés chez eux.

 


© autre médias
Mme Catherine Samba-Panza, déjà au travail
Mme Catherine Samba-Panza reconnaît qu’elle incarne beaucoup d’espoir. «Je mesure les attentes. Il ne faut pas les décevoir», a-t-elle déclaré. En ce qui concerne la constitution de son gouvernement, elle mène également des consultations depuis hier mardi matin pour trouver son premier ministre. A en croire ses déclarations, le gouvernement respectera la parité homme, femme. Il sera exclusivement formé de technocrates et d’un nombre limité de ministres, 18 au maximum. Ce gouvernement aura surtout pour mission d’organiser les élections après un mandat de 12 mois. La présidente de transition n’entend pas s’investir dans la politique politicienne. «Il s’agit d’être efficace», a-t-elle déclaré. Sur le plan économique, Catherine Samba-Panza entend relancer l’administration, en payant les quatre mois d’arriérés des salaires des fonctionnaires, avec l’aide de la communauté internationale.

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Oui il ne faut pas une politique politicienne.

Par sorokaté

22/01/2014 15:04

Toujours payer le salaire des fonctionnaire avec l'aide de la communauté internationale. hhiiiiiiiiiiii


Il est temps de parler avec la réalité du terrain pas de voeu pieux

Par pascal A

22/01/2014 15:27

Entre les discours et la réalité il ne faut pas se foutre de la gueule des centrafricains. Depuis son élection,les séléka sont à leur aise,la prenne pour leur maman et affichent leurs dents. Elle parle de ramener les déplacés chez eux quand les soldats de la misca eux même ne sont pas épargnés par séléka requinqué de la voir là ?,Hier ses sélékas rassurer de sa flexibilité espérée tentent de tuer dans une paroisse à galabdja où vivent 4500 personnes et ce sont les soldats de la misca congolais qui encore en font les frais. Au km12,les selekas et tchadiens civils aidés par les soldats tchadiens tuent toujours et n’arrêtent pas les exactions et dans les provinces . Et demain,ça se murmure qu’elle va nommer karim Meckassoua premier ministre mais ce monsieur non seulement il est faux,sournois,opportuniste,manipulateur religieux,la compétence inclut aussi d’autres qualités relations,l’esprit etc. Ce Mescjassoua a été recalé sur des principes établis par le même Cnt qui l’a élue. Choisir un tel personnage c’est nier les principes sur la base desquels elle a été sélectionnée et amène à croire qu’elle a été choisie et non élue d’où son peu de crédit aux réglèments de l’organe qui l’ a élue presidente de transition. Elle doit avoir à l’esprit que ce n’est pas une élection populaire et que certains de ceux qui l’ont élue sont des ennemis du peuple. Si avec la facilité avec laquelle elle s’est posée dans ce fauteuil elle pense qu’elle vient faire comme les autres et marcher sur les pieds des centrafricains et penser faire comme nos politiciens ou les presidents de palais,on verra bien. Car un president qui n’est pas à l’écoute du peuple,ne va pas à l’encontre du peuple est ce une vie ? Est un mandat glorieux ?. Le peuple centrafricain n’est pas pas cette population de Lakouanga triée sur le volet pour tromper le monde.il observe et attend.Mme samba panza connait le sentiment des centrafricains actuels,ce sentiment est general,si elle ne veut pas embraser ce pays,qu’elle calme les gens qui ont été aggréssés,massacrés par les sélékas et maintenant on vient nous parler de musulmans ci et ca dans un pays majoritairement chrétiens et animistes,ils l’ont été à tout niveau,ça aaccouché une ruine,ce meckassoua en avait eu un peu,cela nous amené des islamistes et des mosquées dans tout quartier presque pour une population insignifiante.ils font concurrence avec qui ?. Un pays qui se veut moderne et laic ne doit pas faire des choix que sur des discours occidentaux pour semer la division inutile alors qu’on sait bien qui est aggresseur et à ce temperamment barbare. Ce sont eux qui sont venus provoquer qu’ils fassent une réflexion intérieure et apprendre à vivre avec les autres après ces evenements avant de leur donner espoir qu’ils puissent continuer à faire ce qu’ils veulent sur le sol centrafricain ,sol qui les a acceuillis,reçus et adoptés. Vous déjà ,ils vous prennent pour des leurs du fait non dit que vous avez des cousins tchadiens du mauvais coté et les centrafricains meme pensent que vous été un peu de leur avec djotodia et demain ajouter un musulman,c’est chercher à ne pas pacifier ce pays. Actuellement les esprits sont chauds,gens qi ont besoin d’etre rassurés ce ne sont pas ceux là,ce sont eux qui ont cherché,qu’ils comprennent la gravité de leur agissement que de vouloir en imposer aux autres. Il y a un réel problème de musulmans avec l’esprit qu’ils veulent imposer en centrafrique et incompatible avec le grand nombre ,on ne va pas le nier pour faire plaisir à déby. Le meckassoua en question, sa competence ne lui a pas fait penser de courir les medias ou d’écrire des articles pour apaiser ce peuple déchiré ou pour dénoncer ou parler à certains de ceux qu’il a contribuer de se radicaliser ?
Il y a une réalité et un sentiment général à prendre en compte. Si votre but était juste une ambition pour un fauteuil agissez comme les gens le pressentent et vous serez à jamais ternie pour cela,car ce peuple au point où ils sont sont près à tous les sacrifices. Qu’est ce qu(ils ont encore à e perdre s’ils savent qu’ils ne peuvent compter sur personne ,presque tous les leurs qui se disputent le pouvoir sont pourris et incapables de penser patrie

Il ne faut pas décevoir les Centrafricains. Il faut être efficace.

Par Ngarra

23/01/2014 13:44

Madame Samba-Panza, vous avez déclarez que vous mesurez les attentes des Centrafricains et qu'il ne faut pas les décevoir. En effet, les Centrafricains demandent urgemment le retour de la paix. Pour cela, les gens qui ont plongé ce pays dans le néant doivent être absolument écartés de toute la sphère politique et jugés devant un tribunal centrafricain indépendant. Un mandat d'arrêt international doit être réellement lancé contre les principaux chefs sélékas ( dont Djotodia, Nourredine et Assimeh ). Je dis bien un réel mandat d'arrêt international et non du pipeau comme on nous l'a précédemment joué à propos de Bozizé et ses acolytes. Vous avez aussi déclaré " qu'il s'agit d'être efficace ". Le choix de votre Premier ministre et des autres membres du gouvernement est primordial. J'attends de voir...

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués