SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Jean Jacques Démafouth entre rébellion et pouvoir

Par Lucie Nkouka - 05/01/2011

La gestion des affaires publiques, il connaît, la contestation aussi, il en a fait l’expérience!

 

Comme l’autre candidat à la présidentielle, il a fait partie du gouvernement d’Ange Félix Patassé, puis il a connu l’exil, il est revenu au pays et a décidé de se présenter à la présidentielle, bien avant les autres. Jean-Jacques Démafouth a crée son parti politique. Les militants n’étaient pas différents de son auditoire du temps où il était directeur de publication de Tongolo dans les années 80. Son discours et ses idées, l’on connait. Ce qui est renforcé par ses activité de d’avocat à la cour.

Il sait défendre les hommes et aussi les idées. Du temps de l’ex-empéreur Bokassa, en effet, le jeune étudiant Démafouth est aux côtés des quelques jeunes qui distribuent les premiers tracts appelant à la révolte contre la tyrannie et les exactions du monarque. Il adhèrera plus tard au Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) et se mettra même au service d’Ange Félix Patassé, qui le nommera conseiller juridique à la présidence de la République et directeur du Centre national d’études et de recherches (CNER), puis président du Conseil d’administration de la Société centrafricaine des télécommunications (SOCATEL) de 1993 à 1999. Dans les années 2000, le sieur Jean-Jacques Démafouth hérite du ministère de la Défense nationale. Il réussi à réorganiser l’Armée nationale divisée suite aux diverses mutineries et lui permet de retrouver son honneur et sa dignité.

 


© google-images.fr
Le candidat Jean-Jacques Démafouth
Il a combattu les rebelles avant de mener lui-même la rébellion de l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD). Les affres de la prison il connaît. La joie de la libération et le rendu de la sentence il connait aussi. En effet, il sera accusé en 2001 d’avoir participé au putsch manqué de mai. Il fera de la prison avant d’être relaxé et blanchi à l’issue d’un procès. Fort et aguerri de toute ses expérience, le futur candidat sera malheureux à la présidentielle de 2005. Mais, il ne baisse pas les bras et crée la Nouvelle alliance pour le progrès (NAP) un parti de l’opposition sous la bannière duquel il se présente à la présidentielle de janvier 2011. Jean-Jacques Demafouth est né le 3 octobre 1959 à Bangui. Son père, Albert Mafouta a combattu dans l’armée française en 39/45.

Son équipe de campagne pense bien que l’expérience accumulée tout au long de son parcours constitue un atout pour l’unité nationale, la stabilité socio-économique, politique et surtout sécuritaire de la République Centrafricaine. C’est pourquoi le candidat Démafouth sollicite la confiance de ses compatriotes, hommes, femmes à l‘élection présidentielle de 2011 pour «bâtir ensemble un Centrafrique nouveau susceptible de rétablir la confiance entre les centrafricains eux-mêmes et, vis-à-vis de l’ensemble de la Communauté Internationale pour faire de la République Centrafricaine un Etat crédible et respecté.»

 

 
MOTS CLES :  Présidentielle   Nap   Demafouth   Rebellion 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Jean-Jacques Demafouth est né le 3 octobre 1959 à Bangui.
  • Conseiller juridique à Présidence de la République de 1993 à 1996
  • Conseiller personnel du chef de l’Etat de 1996 à 1999.
  • Ministre de la défense de novembre 1999 à Août 2001.
  • Il est actuellement Avocat à la Cour d’appel de Paris.
  • Il s’engage très tôt dans le MLPC
  • En exil en France de 1985 à 1993, il milite dans les Associations de Défense des droits de l’Homme et de protection des Réfugiés.
  • Il a été membre de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, Section française.
  • Le congrès du MLPC de 1995 élit Jean-Jacques Demafouth

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués