DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Union européenne: la France ne sera plus seule en Centrafrique

Par journaldebangui.com avec agences - 20/01/2014

1.000 soldats européens devraient venir soutenir les forces africaines, françaises et Onusiennes déjà engagées

 

Ce lundi, les ministres européens des Affaires étrangères ont approuvé le lancement d’une opération militaire de l’Union européenne, un peu plus d’un mois après le lancement par la France de l’opération Sangaris. L’UE et l’ONU ont par ailleurs annoncé que près de 500 millions de dollars seraient débloqués pour venir en aide à la Centrafrique en 2014. Les modalités de la mise en œuvre de ce plan sont encore en discussion, précise une source diplomatique. Il s’agira de la première intervention au sol sous drapeau européen depuis le Tchad, en 2008. Un contingent d’un millier de soldats européens viendrait ainsi appuyer les forces africaines, françaises et Onusiennes dans leur tentative de sécuriser la capitale Bangui, notamment la zone de l’aéroport. 1.600 soldats français sont déjà sur place.

 


© ouest-france.fr
Image d'illustration: Les instructeurs militaires de l’Union européenne vont commencer à former les soldats maliens
Un souhait depuis longtemps formulé par la France, engagée en Centrafrique depuis le 6 décembre dernier, suite à l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 2127 autorisant les forces françaises à intervenir pour rétablir l’ordre et la sécurité dans le pays. Les troupes françaises se sont retrouvées seules au milieu d’un conflit inextricable. Il y a eu accord entre les ministres sur une mission en République centrafricaine, a indiqué une source diplomatique. L'accord s'est fait à l'unanimité, a précisé une deuxième source. Les ministres de l'UE, réunis à Bruxelles, se sont aussi entendus sur le concept de gestion de crise. L'état-major de l'UE doit maintenant dresser la liste des besoins et voir avec les Etats membres comment ils peuvent contribuer à la mission européenne. Une source européenne a évoqué l'arrivée des premiers éléments sur le terrain fin février.

Le 16 décembre dernier, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, réclamait un soutien plus solide de la part de l’Europe. « La France n’est pas le gendarme de l’Afrique, mais il se trouve que, pour le moment -et nous travaillons à ce que ça change -, la France est le seul pays qui a des forces capables d’aller là-bas en nombre », regrettait-il alors. Ses déclarations avaient entraîné un soutien « unanime » des Etats- membres : l’aide humanitaire à la République de Centrafrique était ainsi triplée à 60 millions d’euros, et un financement de 50 millions d’euros voté en faveur des forces internationales africaines.

Jusqu'à présent, aucun pays n'a formellement annoncé qu'il était disposé à déployer des soldats, à l'exception de l'Estonie, prête à en envoyer jusqu'à 55. A son arrivée à la réunion, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a réaffirmé que son pays, qui apporte déjà un soutien logistique, était prêt à faire plus, dans un cadre européen. L'Allemagne étudie des possibilités de soutien plus appuyées mais l'envoi de troupes semblait lundi peu probable, selon des sources diplomatiques.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués