NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Jour de vérité: les Centrafricains se fabriquent un président

Par journaldebangui.com - AFP - 20/01/2014

Les conseillers nationaux doivent choisir un parmi deux femmes et six hommes dont les candidatures ont été éligibles

 

Le parlement provisoire centrafricain a ouvert lundi la séance d'élection du nouveau président de transition, qui aura la lourde tâche de pacifier dans l'urgence un pays à la dérive. En présence des huit candidats, la présidente en exercice du Conseil national de transition (CNT), Léa Kouyassoum Doumta, a ouvert les travaux par un rappel des circonstances ayant amené à la démission de l'ex-président et ancien chef rebelle Michel Djotodia, le 10 janvier. Les candidats devaient ensuite s'exprimer, chacun à leur tour, devant les 135 parlementaires.

 


© autre médias
Le prochain buste est attendu
Pour le nouveau président, «ce ne sera pas une partie de plaisir», a constaté Mme Kouyassoum Doumta, en invitant les parlementaires à «avoir une pensée» pour les populations de province «abandonnées à elles-mêmes» et pour les centaines de milliers de déplacés des violences. Les huit candidats, dont deux femmes, disposent de 10 minutes chacun pour présenter leur «profession de foi» aux membres du CNT, qui choisiront à bulletin secret le nouveau chef de l'Etat de transition. Le scrutin devait initialement se dérouler en un seul tour. Finalement, le CNT a décidé que pour être élu, un candidat devait obtenir la majorité absolue au premier tour, faute de quoi un second tour sera organisé entre les deux candidats arrivés en tête.

Le nouveau président aura la lourde tâche de pacifier le pays, de remettre une administration totalement paralysée en état de marche et de permettre aux centaines de milliers de déplacés de rentrer chez eux. Il aura peu de temps: selon le calendrier de la transition, des élections générales doivent être organisées au plus tard au premier semestre 2015, la France souhaitant pour sa part qu'elles se tiennent en 2014.

 

 
MOTS CLES :

12 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Scrutin uninominal majoritaire à 2 tours: C'est plus démocratique.

Par Francky BELANDO

20/01/2014 12:41

"Le scrutin devait initialement se dérouler en un seul tour. Finalement, le CNT a décidé que pour être élu, un candidat devait obtenir la majorité absolue au premier tour, faute de quoi un second tour sera organisé entre les deux candidats arrivés en tête."

Je me réjouis de ce que la sagesse ait encore prévalue du côté des Conseillers nationaux de transition qui ont finalement opté pour un scrutin uninominal majoritaire à deux tours, mode de scrutin qui présente plus de garanties de démocratie et qui permettra à la personnalité qui sortira des urnes d'avoir plus de crédibilité et de légitimité: Dans ce mode de scrutin, en effet, la réussite au premier tour est conditionnée par l’obtention d’une majorité absolue de la moitié des suffrages exprimés.

L'heure est trop grave pour que nous puissions choisir la voie de la facilité qu'offre le mode de scrutin uninominal à un tour qui peut déboucher sur l'élection d'une personnalité "minoritaire", c'est-à-dire une personnalité dont une majorité d'électeurs auront voté contre elle ou n'auront tout simplement pas voté pour elle.

On reste connecté au Palais de l'Assemblée Nationale...

"Le pays ou la mort, nous serons plus que vainqueurs".

Election

Par Koraa

20/01/2014 12:57

La composition du CNT est regrettable car a l'image de la seleka, neanmoins si un homme comme Mbrenga est elu on peut dire que la maturite et le patriotisme des centrafricains ont prevalu.

élection pour la forme...

Par sorokaté

20/01/2014 13:57

Je devine que ce sera la femme madame la maire de la ville de Bangui.
étant donné qu'elle est maire à cause de seleka cela est avantageux pour le camp seleka de garantir ses intérêts.
il suffit seulement de voir la majorité qui constitue le CNT on comprendra ce que sera le ou la Future président(e) de transition en RCA.

Nous ne sommes pas dupes. la RCA n'est pas sortie de l'auberge.
Pour vu que les défis auxquels notre pays est confronté puisse prendre FIN.
Notre problème est de reprendre la souveraineté de notre état sans les mercenaires chez nous.

Sorokaté Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués