NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RDC: Les enfants, cibles des rebelles pour un recrutement forcé

Par Ariane Nkoma - 04/01/2011

L’ONG Human Rights Watch déclare que Bosco Ntaganda, ancien chef d'état-major du CNDP, serait le n°2 de ces opérations

 

Des officiers de l'armée issus d'un groupe rebelle, des milices locales et la rébellion hutu rwandaise enrôlent de force des centaines de garçons et jeunes hommes depuis septembre dans l'est de la RD Congo (RDC), a affirmé lundi 20 décembre Human Rights Watch. « Des dizaines de jeunes recrues ayant réussi à s'échapper, des enseignants, des dirigeants locaux et des agents de la protection de l’enfance » interrogés par Human Rights Watch (HRW) ont décrit le recrutement forcé et illégal de plus de 1.000 jeunes hommes et garçons depuis septembre, dont au moins 261 mineurs, écrit l'ONG dans un communiqué. Selon HRW, les recrutements sont effectués dans le Nord et le Sud-Kivu (est) par des officiers ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), rallié à Kinshasa début 2009 et intégré à l'armée nationale, la rébellion hutu rwandaise des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et des milices congolaises Maï-Maï.

 


Des jeunes gens enrôlés comme soldats
Les jeunes sont enrôlés de force dans les écoles ou sur le chemin de l'école, chez eux ou dans les champs, et ceux qui résistent risquent de graves représailles ou même la mort, affirme l'organisation. Parmi les recruteurs, Human Rights Watch cite le général Bosco Ntaganda, ancien chef d'état-major du CNDP, et des officiers qui lui sont proches. Officiellement chargé de l'intégration des ex-CNDP dans l'armée, Ntaganda serait en fait le numéro deux des opérations menées depuis mars 2009 dans les Kivus par les FARDC contre les FDLR et milices, et dirigerait une chaîne de commandement parallèle au sein des FARDC, ont récemment affirmé des experts mandatés par l'ONU. Le général est sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d'enfants quand il était dans une milice en 2002-2003, mais Kinshasa refuse de l'arrêter. Il est choquant qu’un individu recherché par la CPI puisse continuer de commettre exactement le même genre de crimes dont il est accusé, déclare Anneke Van Woudenberg, chercheuse à HRW et cité dans le communiqué. L'ONG appelle le gouvernement congolais à mettre un terme à ces recrutements et arrêter Ntaganda immédiatement, au lieu de se réfugier derrière le prétexte que cet homme serait indispensable au processus de paix.

Face à ses accusations, le gouvernement congolais a démenti ce mercredi 22 décembre le recrutement d'enfants dans les forces armées de la RDC (FARDC) dans l'est du pays, comme l'a dénoncé l'ONG Human Rights Watch. Une commission d'enquête au sein de l'armée congolaise n'a confirmé aucun cas d'enrôlement d'enfants dans le Nord-Kivu (est) où des cas d'enlèvements par des éléments de l'armée avaient été signalés, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, lors d'une conférence de presse à Kinshasa. Bien que Ntaganda soit présumé auteur d'actes criminels commis avant son intégration dans les FARDC, il faut bien constater que depuis sa réquisition par les FARDC pour faciliter le désarmement de ses anciens camarades du CNDP, Ntaganda n'a fait l'objet aucune plainte crédible pour recrutement d'enfants, dont personne n'a dit qu'ils étaient orphelins, a répliqué Lambert Mende. La tendance de HRW à acculer le gouvernement en utilisant à tout bout de champ le nom de Ntaganda, l'anti-héros de service, comme un assaisonnement que l'on met dans toutes les sauces, est simplement contre-productive, a-t-li dénoncé.Pourtant l’ONG pense que la région congolaise du Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), serait le théâtre d’un vaste recrutement forcé d’enfants-soldats.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués