NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: 850 soldats rwandais arrivent en renfort

Par journaldebangui.com et autres médias - 16/01/2014

Ils viennent au secours de la Misca, toujours aux prises avec les ex-rebelles séléka d’une part et les milices anti-balaka d’autre part

 

Huit cent cinquante soldats rwandais sont partis jeudi 16 janvier pour la République centrafricaine, transportés par avion par les Etats-Unis, pour y renforcer les effectifs de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique(Misca), la force africaine de maintien de la paix, a annoncé l'armée rwandaise. Il s’agit d’un bataillon d'infanterie mécanisée sous le commandement du lieutenant-colonel Jean -Paul Karangwa, le porte-parole de l'armée rwandaise. Avec ce renfort, la Misca, déployée sous l'égide de l'Union africaine (UA), comptera 5 250 hommes, non loin de son objectif de 6 000 hommes.

 


© africatime.com
Le Général rwandais Joseph Nzabamwita
L'Union africaine avait appelé mercredi, 15 janvier 2014 les pays de la région des Grands Lacs à renforcer la Misca. Les troupes rwandaises ont un mandat 12 mois, et ont pour mission d'aider à protéger les civils, à stabiliser le pays et à restaurer l'autorité de l'État sur le territoire, ainsi qu'à créer les conditions propices à la fourniture de l'aide humanitaire. Les soldats rwandais rejoignent ainsi les troupes déjà déployées du Burundi, du Cameroun, du Congo, de la République démocratique du Congo, du Gabon, du Tchad et de la Guinée équatoriale. Le Rwanda avait également envoyé des soldats de la paix au Darfour, au Soudan du Sud et au Mali.

Cette force africaine appuie les 1 600 soldats de l'opération Sangaris lancée par la France pour tenter de ramener la paix en République centrafricaine. «En plus de son expérience dans les opérations de maintien de la paix, le bataillon rwandais a suivi un entraînement spécifique pour la Centrafrique», a indiqué, Joseph Nzabamwita. Eprouvée par un an de chaos et de violences, le pays semble en voie de normalisation, au moins à Bangui, la capitale, quadrillée par les forces internationales, même si le climat y est toujours extrêmement tendu. Le reste du pays demeure pour l'essentiel livré à lui-même. Les parlementaires centrafricains doivent reprendre jeudi leurs travaux pour se mettre d'accord sur l'élection d'un successeur au président démissionnaire Michel Djotodia.

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les choses sérieuses commencent, pour ceux qui rêvent la scission du pays se réveillent

Par sorokaté

16/01/2014 21:20

"Cette force africaine appuie les 1 600 soldats de l'opération Sangaris lancée par la France pour tenter de ramener la paix en République centrafricaine. «En plus de son expérience dans les opérations de maintien de la paix, le bataillon rwandais a suivi un entraînement spécifique pour la Centrafrique», a indiqué, Joseph Nzabamwita. Éprouvée par un an de chaos et de violences, le pays semble en voie de normalisation, au moins à Bangui, la capitale, quadrillée par les forces internationales, même si le climat y est toujours extrêmement tendu...."

....................... La RCA reste UNE et INDIVISIBLE. Les USA suivent de près ce qui se passe en Centrafrique. Si la seleka n'a pas compris ce qui se prépare elle comprendra le moment venu. Ces talibans Djihadistes Islamistes doivent rendre compte le moment venu. On va leur rendre la monnaie de ce qu'ils nous ont fait subir.

Ces commandants, ces colonels et généraux idiots sorti e nulle part méritent la mort.
Qui VIVRA VERRA.
Li moment venu ils sauront pourquoi le piment est piquant.

un homme averti en vaut DEUX.
Sorokaté Alias Domzan bene.

Le partage

Par Gaoussoum

17/01/2014 16:44

La partage est aussi une solution

LE REVE N'EST PAS INTERDIT

Par Nomzamo

18/01/2014 17:16

Ces assaillants tchado-soudanais peuvent rêver debout pour la scission de notre cher et beau pays. Suite à la réintégration des militaires, gendarmes et policiers dans leur corps de métiers, vos frères tchadiens sont entrain de rentrer en masse chez eux. Ils ont peur de combattre à arme égale avec nos forces de défense et de sécurité réarmés.

Si vous pensez être majoritaires dans ce pays, créé un parti politique musulman et aller aux élections. On verra quel est votre poids politique réel et ce kalachnikov.

Comprenne qui peut.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués