SOCIéTé  |    

Cameroun/RCA: affrontements meurtriers entre rebelles et miliciens

Par Ange-Gabriel Olinga Abeng-Le Messager - 14/01/2014

Cinq d’entre eux ont succombé à leurs blessures à Beloko-Cantonnier village centrafricain de l’arrondissement de Baboua et situé à la lisière de la frontière vers Garoua-Boulaï

 

Selon des sources sécuritaires à l’Est Cameroun, «à l’annonce de la démission de Michel Djotodia de son poste de président de la transition en Rca, des chargeurs de ce pays ont fondu sur le poste de gendarmerie de Beloko-Cantonnier où ils ont ramassé des grenades qu’ils ont fait exploser, créant la panique dans ce village.» En représailles, «les éléments de l’ex-rébellion de la Séléka postés là se sont mis à tirer dans tous les sens pour repousser ces chargeurs qu’ils considéraient comme des miliciens Anti-Balaka». S’engage alors une course-poursuite qui va s’effectuer sur une cinquantaine de kilomètres. Alertés de la menace qui pesait sur leurs camarades, les éléments de la Séléka postés à Galou, localité située à une cinquantaine de kilomètres de Bouar sur la route qui mène au Cameroun, vont décider de se mettre en route pour Béloko-Cantonnier pour une riposte contre la milice chrétienne anti-Balaka supposée militer pour le retour au pouvoir de l’ancien président centrafricain, François Bozizé.

 


© mageyespace.blogspot.fr
Image d'illustration
Dans les violents affrontements entre les deux groupes, on dénombre quelques 14 blessés. Certaines de ces victimes ont été admises aux urgences de l’hôpital protestant de Garoua-Boulaï. Parmi elles, quatre ont succombé à leurs blessures samedi 11 janvier 2014 dont le nommé Oumarou Bouba, un civil camerounais. Pour pallier toute incursion de ces bandes armées qui peuvent profiter du cafouillage pour à nouveau frapper le Cameroun, «des dispositions sont prises pour que les effets de ces affrontements ne se propagent sur notre territoire», susurre, au Messager, une source sécuritaire haut placée. Ce qui n’a pas empêché d’observer un flux important de citoyens centrafricains vers le Cameroun. Ces mouvements de Centrafricains vers le Cameroun, à en croire nos sources sécuritaires, «sont l’une des conséquences du dispositif militaire mis en place à l’Ouest de la Centrafrique, notamment à Bozoum, Bouar, Berberati et Paoua, par le général Martin Tumenta qui coordonne les troupes de la Mission de soutien à la Centrafrique (Misca)».

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués