SOCIéTé  |    

Bangui: méfiance après la démission de Djotodia

Par journaldebangui.com et autres médias - 13/01/2014

Mais il n’y a pas que des sentiments de joies qui sont enregistrés à Bangui, on note également des sentiments de frayeur et de méfiance

 

Au quartier Miskine, à Bangui, des coups de feu ont été par exemple tirés. A Pétévo, c’est plutôt une mosquée qui a été saccagée. La communauté islamique craint déjà des représailles contre les musulmans. Pendant ce temps, l’archevêque de Bangui, monseigneur Dieudonné Nzapalainga, a lancé un appel à la réconciliation et souhaite que tout le monde dépose les armes au profit du dialogue. Dans les rues de Bangui, les populations ont chanté et dansé pour célébrer le départ de Michel Djotodia du pouvoir. Des scènes de liesse populaire enregistrées dans plusieurs quartiers de la capitale centrafricaine démontrent combien cette démission du désormais ex-président de transition constitue une satisfaction et une délivrance pour le peuple centrafricain.

<div align="center"><iframe frameborder="0" width="640" height="359" src="http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/52d044fe06361d6ca883d5d4/ee56857836cb4bfeb48c1befd32a3c92?exported=1"></iframe></div>

 

C’est à croire que la plupart des centrafricains attendaient impatiemment cette décision. Dans des quartiers de Bangui comme Boy Rabé, Bimbo, et Pétévo, des foules d’habitants, d’aucuns torses nus et d’autres branchages en mains ont longuement marché pour manifester leur joie. Toutes ces manifestations festives qui accueillent la démission de Djotodia ne sont que l’expression du soulagement d’un peuple qui a longtemps souffert sous les exactions des ex-Seleka, dirigés par Michel Djotodia.

Des mosquées dévastées
Les scènes de liesse ont cependant cédé la place à des actes de violence et de pillages vendredi soir, 10 janvier et les troupes africaines et françaises ont signalé des affrontements entre combattants de l'ex-rébellion de la Séléka et des miliciens chrétiens dans Bangui. "Je peux confirmer qu'une bonne partie des tirs étaient des tirs de sommation de notre part, destinés à disperser les pillards qui prenaient pour cibles des maisons et des magasins de musulmans", a déclaré un officier de la mission de maintien de la paix africaine. "Des mosquées ont été détruites dans les quartiers de Petevo, Yapele et Bimbo. C'est une honte", a déclaré Ahamat Deliriss, vice-président du Conseil islamique centrafricain.

La Croix-Rouge a dit avoir ramassé trois corps dans les rues après les violences de la nuit de vendredi à samedi. Ces violences ont succédé aux scènes de liesse qui se sont produites après l'annonce de la démission du président Michel Djotodia. Le calme régnait dans l'ensemble samedi dans les rues de Bangui.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

"Des mosquées ont été détruites dans les quartiers de Petevo, Yapele et Bimbo. C'est une honte", a déclaré Ahamat Deliriss, vice-président du Conseil islamique centrafricain.

Par sorokaté

13/01/2014 18:39

Toute pièce d'argent au monde a deux facettes pile ou face.
Quand la seleka depuis son épicentre a pris pour cible les églises, des paroisses... ce imam n'a pas parlé d'honte.

Devenir président en Centrafrique n'a plus de sens.
Près de 40 ans jour pour jour nous avions assisté à des coups d'états honteux.

Djotodia disait je cite: " Si vous demandez ma démission je suis prêt mais les conséquences seront catastrophiques"

Nous attendons de voir ce qu'il cachait comme les conséquences liées à sa démission vœux légitimes du peuple Centrafricain. Honte à lui traître, incompétent , mercenaire vas-t -en!!!

Le colon t'a utilisé via Tchad pour détruire ta PATRIE. Nos compatriotes massacrés par ta seleka vont te hanter tout le restant de ta vie

Moi Soroké je suis un devin: Mon commentaire en dessous en témoigne.

"Centrafrique: parcours d'une Première Dame, Mme Chantal Djotodia
Par Serge Babylas de Souza - 09/08/2013"

Ce n’est q'une compatriote de condition modeste, qui vient d’être propulsée au-devant de la scène, en tant qu’épouse de Michel Djotodia
.Cet écrit est signé par Djotodia lui même se faisant passer de Père
Par SOROKATE
10/08/2013 23:53
Cher Père, C'est pas nouveau cet comportement de mendiant.
%ais je suppose que c'est lui m^me Djotodia qui a écrit cela. Cher monsieur vous avez que 18 mois et c'est tout pliez vos nattes. Quant à vous madame Djotodia c'est une opportunité d'avoir un fond de commerce pour le restant de votre vie, votre vie en dépend après les 18 mois de la dite TRANSITION en RCA.

Votre mari a du sang sur la main. le sang des milliers d’innocents centrafricains.
Tout sang humain versé cri jusqu'au trône de Dieu.
Monsieur père ne vous moquez pas des centrafricains ce sont des humains.
"Si tu vois un charognards sur le cadavre de ton voisin, chasse-le car demain pourrait être ton tour". Chère madame Djotodia ,vous êtes une mère, dites à votre mari qu'il y a plusieurs veuves et orphelins suite à son coup de brutalité constitutionnelle.

Madame ,soyez aux cotés de votre mari jusqu'à la CPI ,si possible le supporter à purger la peine à " PERPÉTUITÉ".

Attendons de voir ce que l'avenir nous reverse. A bientôt après la transition!!!
Qui cherche trouve et qui trouve supporte.

SOROKATE Alias Domzan bé-nè.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués