DÉBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Message des évêques de Centrafrique aux fidèles chrétiens, aux hommes et aux femmes de bonne volonté

Par ceca - 13/01/2014

Reconstruisons ensemble notre pays dans la paix!

 

Au seuil de cette nouvelle année 2014, nous, Évêques de Centrafrique, présentons nos vœux de paix et de longévité à tout le peuple centrafricain, malgré la situation difficile que traverse notre pays. Aux gouvernements français, congolais et tchadien, aux familles respectives des soldats tombés sur le terrain pour notre libération ainsi que tous les compatriotes qui ont perdu un être cher, nous présentons nos condoléances.

«Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes qu’il aime» (Lc 2, 14).

Tel est le chant d’action de grâce des anges qui annonçaient aux bergers la naissance du Fils de Dieu qui a pris chair de notre chair. Il a épousé notre condition humaine à l’exception du péché. L’événement de la Nativité célèbre la naissance du Prince de la Paix, celui qui libère l’homme de ses peurs, le met en confiance et lui permet de vivre dans l’harmonie avec ses frères et sœurs. Noël, Jour de Joie et de Paix ! Nous en avons malheureusement fait un jour de pleurs et de deuil. Alors que par le monde, on célébrait cet heureux événement, nous passions notre temps à nous entretuer. Les populations de Bossangoa, Bouar, Bozoum, Gaga et Bangui ont été particulièrement traumatisées par ces violences fratricides. Comment en sommes-nous arrivés à cette déchéance humaine ?

 


© cecarca.org
La Conférence Episcopale Centrafricaine
1. Une crise militaro-politique qui a brisé notre cohésion sociale
Des revendications d’ordre socio-politique ont poussé certains Centrafricains à entrer en rébellion armée. L’avancée fulgurante de la coalition seleka sur le terrain militaire a contraint le Président déchu à la fuite et par conséquent à un changement politique. Ce mouvement a été porté en grande partie par des mercenaires tchado-soudanais et des jeunes désœuvrés, engagés au fur et à mesure de l’avancée de la seleka, qui ont commis de nombreuses exactions (vols, viols, pillages, violences, assassinats...) sur les populations civiles. Ils ont déstructuré le système administratif, économique, en un mot la vie de la nation en mettant en mal la cohésion sociale. Des droits humains ont été bafoués.

La déliquescence de l’État et le silence complice de nos gouvernants, de la classe politique ainsi que la lenteur dans la mobilisation de la communauté internationale ont poussé ceux qui se sont senti victimes de ce système à prendre la loi entre leurs mains et à s’organiser en mouvements d’auto-défense pour la protection de ce qui leur restait. C’est la réactivation d’un phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui. En effet les anti-balaka qui sont connus sous plusieurs appellations ont fait leur entrée sur la scène nationale dans les années 1990 pour lutter contre les bandits de grand chemin tristement appelés zaraguinas. Dans le nord-ouest, plus particulièrement, ils ont été toujours actifs dans la lutte contre les Mbarara et les Houda, ces gardiens de bœufs d’origine tchadienne, lourdement armés, qui ne respectent pas les couloirs de transhumance, volent des bœufs des paysans et des peulhs centrafricains et font paître leurs troupeaux dans les champs des paysans. Dans cette opposition armée entre seleka et anti-balaka, nous sommes entrés dans un cycle de représailles et de contre-représailles dans lesquelles les populations civiles sont prises en otage. Nous condamnons ces violences quelles que soient leurs origines.

Par ailleurs nous n’acceptons pas les amalgames qui consistent à faire des anti-balaka une milice chrétienne. En effet les anti-balaka sont l’expression du ras-le-bol d’une partie de la population constituée majoritairement de jeunes face aux nombreuses exactions commises par les rebelles de la seleka. Toutefois nous réitérons que tous les anti-balaka ne sont pas des chrétiens et que tous les chrétiens ne sont pas des anti-balaka. Il en est de même pour les ex-seleka et les musulmans. Les imprécisions terminologiques qui consistent à assimiler les anti-balaka à une milice chrétienne doivent être corrigées. Cet amalgame propagé par les médias nationaux et internationaux induit à donner une connotation confessionnelle à une crise qui est avant tout politique et militaire.

2. Reconnaissance à la communauté internationale
Plongés au cœur d’une crise sans précédent, nous avons prouvé nos limites et notre incapacité à nous en sortir par nous-mêmes. Grâce au concours de la communauté internationale, et dans la continuité avec la Force Multinationale de l’Afrique Centrale (FOMAC), l’adoption de la résolution 2127 (2013) du Conseil de Sécurité relative à la République Centrafricaine a permis le déploiement de la Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique (MISCA) avec l’appui de l’opération SANGARIS. Nous exprimons la gratitude du peuple centrafricain à ces frères et sœurs qui se sont engagés au prix de leur vie pour nous recréer les conditions d’un vivre-ensemble dans la quiétude et la sérénité. Nous saluons le professionnalisme de ces hommes qui se sont engagés à rétablir la sécurité et l’ordre public dans un pays où l’État est défaillant et où les tensions intercommunautaires constituent une réelle menace pour la cohésion sociale. Nous le reconnaissons, cette mission en faveur de la sécurité et de la paix en Centrafrique est difficile. Toutefois certains incidents montrent à suffisance l’ambiguité de la participation des troupes tchadiennes dans cette force internationale. Aussi demandons-nous que la lumière soit faite à ce sujet et que des conséquences en soient tirées. Car depuis plus d’une décennie, les relations militaro-politiques entre le Tchad et la RCA ont poussé le peuple centrafricain à se méfier de l’armée tchadienne et à considérer celle-ci comme une menace.

3. Notre responsabilité en tant que chrétiens et citoyens

Nous nous réjouissons de la sollicitude manifestée par la communauté internationale à notre endroit. Nous bénéficions de l’attention des humanitaires qui bravent le danger et l’insécurité pour venir en aide à nos frères et sœurs déplacés. Aussi importante que soit cette assistance, la résolution de la crise ne se fera pas sans les Centrafricaines et les Centrafricains. Il est donc opportun que chacun assume sa part de responsabilité dans cette crise qui a plongé notre pays dans le chaos et nous a opposés les uns aux autres. Les jeux politiques et la sauvegarde des intérêts égoïstes et particuliers ont vidé notre société des valeurs humanistes et du respect de la personne, créée à l’image et à la ressemblance de Dieu (cf. Gn 1, 26). Chrétiens, nous sommes appelés à refléter la lumière de Dieu dans nos engagements politiques, économiques et sociaux. C’est d’ailleurs en ce sens que le Pape François, dans l’Encyclique Lumen fidei au n° 51, nous exhorte à revenir à l’essentiel de la foi qui nous caractérise:

«En raison de son lien avec l’amour (cf. Ga 5, 6), la lumière de la foi se met au service concret de la justice, du droit et de la paix. La foi naît de la rencontre avec l’amour originaire de Dieu en qui apparaissent le sens et la bonté de notre vie ; celle-ci est illuminée dans la mesure même où elle entre dans le dynamisme ouvert par cet amour, devenant chemin et pratique vers la plénitude de l’amour. La lumière de la foi est capable de valoriser la richesse des relations humaines, leur capacité à perdurer, à être fiables et à enrichir la vie commune. La foi n’éloigne pas du monde et ne reste pas étrangère à l’engagement concret de nos contemporains. Sans un amour digne de confiance, rien ne pourrait tenir les hommes vraiment unis entre eux. Leur unité ne serait concevable que fondée uniquement sur l’utilité, sur la composition des intérêts, sur la peur, mais non pas sur le bien de vivre ensemble, ni sur la joie que la simple présence de l’autre peut susciter. La foi fait comprendre la structuration des relations humaines, parce qu’elle en perçoit le fondement ultime et le destin définitif en Dieu, dans son amour, et elle éclaire ainsi l’art de l’édification, en devenant un service du bien commun. Oui, la foi est un bien pour tous, elle est un bien commun, sa lumière n’éclaire pas seulement l’intérieur de l’Église et ne sert pas seulement à construire une cité éternelle dans l’au-delà; elle nous aide aussi à édifier nos sociétés, afin que nous marchions vers un avenir plein d’espérance». Notre foi nous engage au cœur des combats pour la vie et la promotion de la dignité humaine. Qu’en faisons-nous en ce moment de crise ? La tentation de la vengeance est grande. Des musulmans, accusés à tort ou à raison d’être complices des seleka, ont été livrés à la vindicte populaire et exécutés sans raison. Rappelons-nous que la vie est sacrée : « Tu ne tueras point » (Dt 5, 17). Que justice soit faite selon les principes de la loi.

4. La lutte pour la promotion humaine et la cohésion sociale
Nous offrons une scène déplorable de nous-mêmes et de notre pays. Nous nous complaisons à détruire le peu d’infrastructures qui nous restent. Le constat est affligeant. Le pays est par terre à l’image des fruits pourris qui jonchent le sol de nos villages alors que les populations sont en débandade, errant en brousse comme des animaux sauvages. Loin des revendications de consolidation de l’unité nationale, de renforcement de la cohésion sociale et de bonne gouvernance dans la répartition équitable des richesses nationales, évoquées par la coalition seleka pour la prise du pouvoir, le pays a été plutôt plongé dans la désolation : les routes ne sont plus entretenues, les hôpitaux sont détruits ou privés de médicaments et de personnel soignant. Les personnes vivant avec le VIH/sida n’ont plus accès à leurs médicaments. Les écoles n’existent plus. Nous nous acheminons vers une deuxième année blanche. Avons-nous seulement conscience des enfants en âge de scolarité que nous sacrifions sur l’autel de cette crise ? L’administration est inexistante ; les fonctionnaires sont au chômage et les jeunes sont sans occupation. Il n’y a aucun signe de progrès. Le respect de l’homme dans son intégrité physique et dans la protection de ses biens n’est plus garanti. Tuer devient un acte banal et anodin. Nous plongeons dans la "culture de la violence et de la mort".

Ne nous leurrons surtout pas. Les violences fratricides nous fragilisent. Elles limitent sinon détruisent l’impact des investissements qui ont été consentis pour le développement de notre pays. Opter pour la violence et l’autodestruction, c’est se tromper de combat. L’essentiel est ailleurs. La véritable bataille est celle du développement, de la relance économique et de la lutte contre la pauvreté, la misère et l’impunité. Les défis à relever sont énormes dans les domaines de l’enseignement, de la santé, de l’habitat, de l’alimentation, de la protection et de la sécurité, des infrastructures diverses. En substance, il s’agit de redonner aux Centrafricaines et Centrafricains leur dignité de filles et fils de cette nation que nous avons reçue en héritage de nos ancêtres. Aussi le gouvernement doit prendre ses responsabilités devant la nation et devant l’histoire. En effet on ne gouverne pas un peuple avec la ruse, la manipulation et le mensonge.

5. La promotion de l’unité nationale
Notre comportement actuel est un discrédit total aux valeurs d’unité, dignité et travail sur lesquelles est posé le socle de notre nation centrafricaine. L’unité nationale, telle que conçue par Barthélemy Boganda, s’inscrivait dans son projet panafricaniste des Etats-Unis d’Afrique Latine dont nous gardons jalousement le drapeau avec ses quatre bandes horizontales traversées par une autre bande verticale et frappées d’une étoile. Les bandes de couleurs diverses représentaient chacun des pays constitutifs de cette fédération et leur spécificité : le bleu pour le Congo et son océan, le blanc pour le Tchad et son coton, le vert pour le Gabon et ses forêts, le jaune pour l’ancien Oubangui-Chari et ses richesses minières, le rouge du sang versé unissant tous ces peuples marchant vers l’étoile de l’émancipation. Il apparaît de toute évidence que la xénophobie n’a aucune place dans un tel projet. Prenons garde que la crise n’endurcisse notre cœur contre nos frères et sœurs et nous fasse remettre en cause les avantages de l’accueil et de l’hospitalité pour lesquels notre pays est reconnu. Il est désolant de voir partir en cascades des frères et sœurs qui se sont établis en Centrafrique depuis des décennies et qui ont contribué au développement de notre pays. Il est aussi écœurant d’entendre certains compatriotes envisager la partition de la République Centrafricaine.

6. La fraternité
Par la promotion de l’unité et le sens de l’accueil et de l’hospitalité, nous nous inscrivons dans la dimension pratique de la fraternité en tant que fondement et route pour la paix comme l’a si bien rappelé le Pape François dans son message à l’occasion de la célébration de la 47ième journée mondiale de la paix. Au-delà des obstacles qui s’opposent à la réalisation de la fraternité et à la découverte des chemins de leur dépassement, « il est fondamental de se laisser guider par la connaissance du dessein de Dieu, tel qu’il est présenté de manière éminente dans la Sainte Ecriture ». Nous allons ainsi à la reconnaissance de l’autre comme un frère ou une sœur en dépit des différences qui le/la caractérisent. Loin d’être un obstacle au vivre-ensemble, les différences constituent bien au contraire des richesses. C’est ainsi que le Pape tire avec force les implications de notre engagement à la suite du Christ : « Celui qui accepte la vie du Christ et vit en Lui, reconnaît Dieu comme Père et se donne lui-même totalement à Lui, en l’aimant au-dessus de toute chose. L’homme réconcilié voit en Dieu le Père de tous et, par conséquent, il est incité à vivre une fraternité ouverte à tous. Dans le Christ, l’autre est accueilli et aimé en tant que fils ou fille de Dieu, comme frère ou sœur, non comme un étranger, encore moins comme un antagoniste ou même un ennemi. Dans la famille de Dieu, où tous sont enfants d’un même Père, et parce que greffés dans le Christ, fils dans le Fils, il n’y a pas de “vies de déchet”. Tous jouissent d’une dignité égale et intangible. Tous sont aimés de Dieu, tous ont été rachetés par le sang du Christ, mort et ressuscité pour chacun. C’est la raison pour laquelle on ne peut rester indifférent au sort des frères » (n°3). Dans la perspective d’une fraternité bien assumée, la responsabilité de chaque Centrafricaine et Centrafricain est engagée. Tout ne pourra pas être fait à notre place par la communauté internationale.

7. Le pardon en tant que processus de guérison
La crise est un processus qui peut conduire à la croissance, à l’épanouissement et au développement humain et intégral de l’homme. C’est dans cette perspective que, sans sous-estimer les conflits, le Souverain Pontife François, dans l’Encyclique Lumen Fidei au n°55, nous exhorte à en faire une occasion de progrès et d’unité: «La foi affirme aussi la possibilité du pardon, qui bien des fois nécessite du temps, des efforts, de la patience et de l’engagement; le pardon est possible si on découvre que le bien est toujours plus originaire et plus fort que le mal, que la parole par laquelle Dieu soutient notre vie est plus profonde que toutes nos négations. D’ailleurs, même d’un point de vue simplement anthropologique, l’unité est supérieure au conflit ; nous devons aussi prendre en charge le conflit, mais le fait de le vivre doit nous amener à le résoudre, à le vaincre, en le transformant en un maillon d’une chaîne, en un progrès vers l’unité». L’insistance sur la nécessité du pardon s’explique à la lumière des exigences évangéliques. En effet Jésus va au-delà des restrictions que veulent imposer les hommes pour proposer un pardon inconditionnel et sans limite (Mt 18, 21-22 ; Mt 5, 38-42). C’est d’ailleurs l’attitude qu’il recommande à ses disciples. Comme ces derniers obtiennent de Dieu la rémission de leurs dettes, ils doivent en faire de même à l’égard de leurs débiteurs (Mt 6, 12). Le pardon ne fait pas l’impasse sur la justice. Mais il donne la chance à chacun de se reconstruire en dépit des nombreuses blessures qui marquent la douloureuse histoire de sa vie.

8. Propositions de sortie de crises
Nous nous accordons à dire que nous vivions dans la concorde mutuelle au-delà de nos convictions politiques, philosophiques et religieuses. Néanmoins cette cohésion sociale a été mise à dure épreuve par la crise qui a semé la haine et la division entre nous. Il est plus que jamais impératif de nous engager à recréer les conditions du vivre-ensemble dans l’intérêt de chacun et de notre chère nation en adoptant des mesures courageuses avec l’aide de la communauté internationale :
a. Le respect de l’autre dans son intégrité physique et dans la protection de ses biens ;
b. La refondation de l’appareil sécuritaire par le rétablissement urgent d’une armée républicaine, formée et équipée en vue d’assurer la sécurisation du territoire national et la sécurité de tous les Centrafricaines et Centrafricains ;
c. La réduction de la période de transition et l’organisation rapide des élections ;
d. La mise en place d’une commission d’enquête internationale indépendante afin de faire la lumière sur les violations des droits humains en Centrafrique ;
e. La reconsidération de la présence des troupes tchadiennes au sein de la MISCA;
f. Le déploiement rapide des casques bleus vu la complexité de l’opération sur le terrain ;
g. Un désarmement sans complaisance des ex-seleka, des anti-balaka et de toute personne détentrice d’armes ;
h. Le désarmement des mains, du cœur et de l’esprit ;
i. La mise en place du processus de démobilisation, désarmement et rapatriement des mercenaires tchado-soudanais et de réinsertion des combattants centrafricains ;
j. La confiance ;
k. La promotion du dialogue entre les fidèles des différentes religions qui cohabitent en Centrafrique ;
l. La redécouverte et la promotion des valeurs humaines et citoyennes ;
m. La promotion du dialogue fraternel à tous les niveaux ;
n. La promotion de la tolérance, du pardon et de la réconciliation ;
o. Le renouvellement de notre espérance en Dieu et en l’homme;
p. La culture de la vérité, de la justice et de la paix ;
q. La réparation et l’indemnisation des victimes de la rébellion ;
r. Le développement de la sollicitude dans le partage des biens ;
s. La résistance à la déchéance morale (jalousie, corruption, haine, passion, colère…) ;
t. La lutte contre le système d’exclusion sociale fondée sur l’appartenance ethnique, religieuse et régionale ;
u. La reconstruction du tissu social ;
v. La promotion de la bonne gouvernance ;
w. L’assainissement des relations avec les pays voisins, en particulier le Tchad.

9. Conclusion
«[iQue le Seigneur vous bénisse et vous garde ! Que le Seigneur fasse pour vous rayonner son visage et vous fasse grâce ! Que le Seigneur vous découvre sa face et vous apporte la paix]» (Nb 6, 24-26).
L’année 2013 a été une année de grandes épreuves pour tout le peuple Centrafricain. Personne n’a été épargné par cette crise qui a apporté tant de malheurs, endeuillé beaucoup de familles et détruit, non seulement notre tissu social, mais tout notre appareil administratif, judiciaire et mis à terre notre tissu économique. Toutefois le Seigneur ne nous a pas abandonné. Confiants en sa sollicitude paternelle qui nous exhorte à vivre en frères et sœurs, puisque nous sommes tous ses enfants, prions pour que cette nouvelle année 2014 nous fasse vivre dans la paix et la concorde mutuelle.

Pour un Centrafrique uni et pacifique par l’intercession de Marie, la Reine de la Paix.
Fait à Bangui, le 8 janvier 2014

S. E. Mgr Dieudonné NZAPALAINGA Cssp, Archevêque Métropolitain de Bangui, Président de la CECA
S. E. Mgr Nestor Désiré NONGO AZIAGBIA SMA, Évêque de Bossangoa, Vice-Président de la CECA
S. E. Mgr Édouard MATHOS, Évêque de Bambari
S. E. Mgr Albert VANBUEL SDB, Évêque de Kaga-Bandoro
S. E. Mgr Juan José AGUIRRE MUNOZ Mccj, Évêque de Bangassou
S. E. Mgr Peter MARZINKOWSKI Cssp, Évêque d’Alindao,
S. E. Mgr Guerrino PERIN Mccj, Évêque de M’Baïki
S. E. Mgr Dennis Kofi AGBENYADZI SMA, Évêque de Berbérati
S. E. Mgr Armando GIANNI Ofm, Évêque de Bouar
S. E. Mgr Cyr Nestor YAPAUPA, Évêque coadjuteur d’Alindao

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

De toute mon âme, de toute ma conscience, de toute ma vie je m'incline devant ces hommes de Dieu qui ont prouvé que la VIE humaine est chère à Dieu.

Par sorokaté

13/01/2014 15:41

Voilà que des Hommes considérés comme de inutiles, des simples orateurs, des simples éventaillistes sans importance aujourd'hui ceux là ont prouvé au monde entier l’importance de leur sacerdoce.

Les politiques Centrafricains ont échoué à leur mission(devoir) les conséquences sont catastrophiques seuls les hommes de Dieu(Prêtres, abbés, Pasteurs, éventaillistes, Imams...) ont pu apporter au peuple du soutien moral et humanitaire a fin d'éviter PIRE à la Rwandaise.

Dieu tout puissant toi qui donne l'existence à toute CHOSE bénit tes serviteurs. Protège-les de la seleka Djihadistes créatures des politicards Centrafricains traîtres charognards prostitués.
Chers vous tous HOMMES de dieu nous peuple Centrafricain nous vous témoignons nos gratitudes pour tout ce que vous avez fait pour notre PATRIE. Dieu vous le rendra. Avec Dieu il n'y a pas de dettes.

Que dites vous de votre anciens collaborateurs Josué BINOUA? est-il aussi un homme de Dieu comme VOUS?
Existe-t-il d'entre vous d'autres Josué Binoua?
Avec la seleka mercenaire Islamiste le peuple Centrafricain a tout vu. Merci à vous chers hommes de Dieu tout puissant.

Que Dieu vous bénisse.
NB: Tout travail mérite un salaire ce qui veut dire votre salaire sera colossal car c'est Dieu qui vous paiera.

Vive mon pays la RCA lègue de l'Abbé & président Fondateur De la RCA bartelemy BOGANDA.

Sorokaté Alias Domzan bene.

D'accord mais quelques objections

Par Antoine

15/01/2014 16:37

Vous avez énumérez certaines choses à prendre en compte pour sortir de la crise,je suis d'accord avec vous sur l'essentiel et vous remercie tous d'etre là avec le peuple quand il en avait besoin à la place des politiciens qui ont été presque tous absents et défaillants. Ce que vous enumerez comme suggestions à une sortie de crise,pour moi,il devrait etre pour moi le préalable à une élections or vous parlez des élections rapides et moi je pense que ce ne sera pas possible ou baclé ou alors ce faisant on donne carte blanche de durer en transition à ceux qui ne le meritent certainement pas qui vont sortis d'une élection illegitime autant que ceux qui voteront pour s’eterniser pour le temps à attendre. Pour le reste,tout ce que vous avez relevé par rapport a nos relations à assainir avec les voisins principalement le tchad est d'une grande importance,ainsi que le désarmement de l’esprit qui nécessite une prise en charge psychologique de ces assassins et leurs mise à l’écart de l’armée. On ne peut tuer des gens que vous avez inclus en vous comme bete à abbatre et du jour au lendemain sortir ,le saluer et faire comme si vous devenez son protecteur ? comment un peuple peut-il retrouver confiance dans une telle armée ?C’est pourquoi,le plus raisonnable dans le traitement des questions armée future de centrafrique et par rapport aux selekas que djotodia a intégrés dans l’armée et qui devraient y être tous sortis est l’ambassadeur des Etats unis. Il sait de quoi il parle,ils sont un pays qui voient beaucoup de leurs soldats sortir des guerres atroces et leur vécu après. Je disais attitude plus correcte et sérieuse par rapport à celle négligée française qui offre au monde cette rencontre mise en scène des Séléka et antibalakas en amour,à tel point qu’une compatriote dans le reportage ose demander qui a organisé cela ? la réalité du peuple est differente, est-ce peut-etre des anti balakas produits médias de l’armée française ? Puisque aussitôt le fameux hollande a utilisé l’information dans sa conference de presse comme une nouvelle pour sa com. Nous ne sommes que cela ? On nous laisse tuer, on ignore la gravité des actes et on nous montre comme des sauvages qui se sont entretués pour rien,les voilà qui se serrent la main. S’ils se serrent facilement la main,il n’ yavait pas lieu de se battre,justes des barbares. Car si les actes etaient serieux,on parlerait de justice à la place de cette prompte reconciliation au discrédit d’u n peuple qu’on veut monter sans ame et bête. C’est une forme de racisme,car aujourd’hui en 2014,il y a des français qui en veulent encore aux allemands et qui ne les appellent que bosch etc. Pourquoi ce que eux ne peuvent erradiquer en 3 jours dans leurs populations veulent –ils le faire chez nous minimisant ce que nous venons d’endurer comme quoi,ils sont battus pour rien,la mort est insignifiante pour eux,regardez ils sont la à boire et à manger sans definir les responsabilités. Tout cela s’est fait c’est parce qu’on n’ a pas d’intellectuels,ni des hommes politiques. JE NE VOIS DE GENS QUI SE FONT ANTI BALAKAS ET MARCHER DES KILOMETRES SE BATTANT CONTRE SELEKA PARCE QU’ILS ONT TOUT PERDU DANS LES VILLAGES ET TOUTES LEURS FAMILLES QUI VONT JOUER A CETTE COMEDIE SUR COMMANDE. On ne nous respecte pas ni nos morts .Si vous parlez d’elections rapides et que ce cnt miné d’avance par la seleka et Déby(on espère qu’ils n’a pas encore corrompu à djamena avant de les lâcher pour bangui. Pour nous si elections rapides veut dire 6 mois de hollande alors la durée de vie du nouveau president et de la cnt ne doit s’aligner que sur 6 mois. Après on passe à autre chose qui rassemblera tout le peuple avec tous les entités politiques et civiles et aller dans le sens que le peuple veut et que la France et déby veulent orienter centrafrique c'est-à-dire : vers le néant.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement de la Coopérative Continentale d’Epargne, de Crédit et de Développement des femmes performantes en RDC
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdbangui/www/article.php on line 364

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués