DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

La Centrafrique sous tutelle régionale?

Par Autres médias - 09/01/2014

La réalité est que la Centrafrique est sous tutelle régionale depuis près d’un an

 

Cinq noms sont sur la table. Militaires, hommes politiques ou technocrates, c’est entre ces cinq personnalités que les dirigeants de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale choisiront aujourd’hui ou demain celui qui va maintenant remplacer, pour une transition d’un an, le président lui-même intérimaire de la Centrafrique, Michel Djotodia, qui était en place depuis mars dernier. C’est, oui, l’organisation régionale dont elle fait partie et non pas la Centrafrique elle-même qui va donc nommer l’homme chargé de sortir ce pays du chaos et de le conduire à des élections qui devraient se tenir à l’automne prochain. Ce n’est pas exactement la démocratie. C’est, de fait, une forme de tutelle régionale sur la Centrafrique qui se met provisoirement en place mais c’était cela ou le vide et l’urgence comme la réalité commandaient.

C’est le Congo qui règle les salaires des fonctionnaires centrafricains. C’est à l’initiative du Gabon que les Etats d’Afrique centrale avaient déjà pris la Centrafrique en mains l’année dernière lorsque son président d’alors, François Bozizé, avait été renversé

 

Il était rigoureusement impossible d’organiser des élections immédiates. Le Tchad constitue l’épine dorsale de la Misca, la force africaine qui tente de faire régner l’ordre en Centrafrique aux côtés des troupes françaises. C’est le Congo qui règle les salaires des fonctionnaires centrafricains. C’est à l’initiative du Gabon que les Etats d’Afrique centrale avaient déjà pris la Centrafrique en mains l’année dernière lorsque son président d’alors, François Bozizé, avait été renversé par la Séléka, une coalition hétéroclite à dominante musulmane dont était issu Michel Djotodia, l’intérimaire qui va peut-être céder la place. La réalité est que la Centrafrique est sous tutelle régionale depuis près d’un an et que c’était cette tutelle-là ou celle de la France qui, en tant qu’ancienne puissance coloniale, ne pouvait certainement pas devenir tuteur de ce pays.

Est-ce à dire pour autant que la France ne jouerait là aucun rôle ? Formellement oui puisqu’elle ne sera pas partie prenante au sommet qui s’ouvre ce matin dans la capitale tchadienne. La France se tient en retrait et laisse faire les Etats de la région qui ont tous, Tchad, Gabon et Congo en tête, leur stabilité et leur poids respectif à défendre dans cette crise, mais la France n’est pour autant pas, évidemment pas, absente de ces tractations.

Ce sont ses troupes et ses moyens logistiques qui sont déterminants sur le terrain et c’est son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui était allé dire la semaine dernière aux présidents tchadien, gabonais et congolais que les dirigeants qu’ils avaient mis en place l’année dernière à Bangui brillaient par leur incurie et qu’il était nécessaire de leur trouver des remplaçants sans plus attendre. Il n’avait guère eu de mal à convaincre ses interlocuteurs qui s’en inquiétaient eux-mêmes et ne voulaient surtout pas voir la France se retirer.

La France reste un acteur central dans cette région mais sa politique est désormais d’en placer les dirigeants devant leurs responsabilités et non plus de se substituer à eux. D'où ce sommet et Paris semble parallèlement en voie de réussir à impliquer l’Union européenne dans la solution de cette crise. Rien n’est encore fait. Il y faudra l’unanimité des 28 mais les ministres des Affaires étrangères de l’Union débattront le 20 janvier prochain de l’envoi d’un bataillon européen, un millier d’hommes, en Centrafrique.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Ha La France épicentre du malheur Centrafricain....

Par sorokaté

09/01/2014 20:46

"...La Centrafrique sous tutelle régionale?
Par Autres médias - 09/01/2014

La réalité est que la Centrafrique est sous tutelle régionale depuis près d’un an

..La France reste un acteur central dans cette région mais sa politique est désormais d’en placer les dirigeants devant leurs responsabilités et non plus de se substituer à eux. D'où ce sommet et Paris semble parallèlement en voie de réussir à impliquer l’Union européenne dans la solution de cette crise. Rien n’est encore fait. Il y faudra l’unanimité des 28 mais les ministres des Affaires étrangères de l’Union débattront le 20 janvier prochain de l’envoi d’un bataillon européen, un millier d’hommes, en Centrafrique"......

NB: La France par biais de son ministre de défense s'est rendu chez Déby lui laissant des instructions à exécuter puis fait semblant de se retirer du sommet de N'Djamena. Cette pratique coloniale , seule la France continue de pénaliser cela.
Tous les pays colonisateurs au MONDE ont tourné la page à cette pratique au profit du partenariat avec leurs anciennes colonies. Ha la France épicentre du malheur Centrafricain. Qui va t-elle nous imposer encore pour finir la transition et organiser des élections truquées d'avance en vue de favoriser le blocage de mise en valeur du sous sol Centrafricain?

A quand la France va nous coller la paix? pourquoi agit la France de la sorte contre les pays SOUVERAINS?
Le départ de Dondoja est probable mais le pire reste à venir. Je suis très inquièt pour mon pays. aurons nous encore des rombières politicards Centrafricains pour continuer cette transition?

Ôh mon Dieu, Dieu de Centrafrique agit. Nous avons trop souffert à cause de nos maudits politicards auxiliaires de la France. D'où nous viendra le secours? On chasse un autre le pire arrive en face!!!! La volonté du peuple n'a pas de sens, on décide tout sans le peuple.
Alors que " Le pouvoir du peuple , pour le peuple par le peuple" Tout ce qu'on fait pour le peuple sans le peuple est contre le peuple.
Voilà que des gens d'ailleurs se réunissent pour décider de notre AVENIR. Quelle HONTE pour nous Centrafricain(es-s)
Je suis INDIGNÉ. C'est une HONTE. Maudits soient les politicards traîtres Centrafricains. Honte à vous tous. Soyez tous maudits. Aucun d'entre vous n'est DIGNE.

Yanga ti ala singué, ala yinga gui OPPOSITION ti tè ka mô té gué. Kaménè.
Ala kwè gui à sakpa zéndé. A zô ti likoundou.
yé ti mawa.

Ils nous ont vendu à la seleka , et demain ils vont retourner leurs vestes pour le future gouvernement après DONDOJA.
Devant le MONDE entier vous n'avez pas le minimum Humain. Vous êtes tous des prostitués politiques.

Sorokaté Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués