FOOTBALL   |     AUTRES SPORTS  |     SPéCIALE CAN 2013  |    

Disparition d'Eusébio: trois jours de deuil national au Portugal

Par avec AFP - 06/01/2014

L’icône du football ibérique a fait un dernier tour d'honneur sur la pelouse du stade de la Luz à Lisbonne, conformément à son vœu

 

Transporté dans une limousine noire, le cercueil, recouvert d'un drapeau rouge de Benfica, est arrivé au stade, avant d'être porté au centre de la pelouse où il a été brièvement placé sur un socle doré. La limousine s'est ensuite mise en route avec le cercueil à bord pour faire lentement le tour du stade alors que les hauts parleurs diffusaient "Con te partiro" chanté par Andrea Bocelli. Bravant la pluie, les supporters, certains en larmes, agitaient des drapeaux à l'effigie du joueur, allumaient des fumigènes rouges et entonnaient l'hymne national. Au premier rang figuraient tous les joueurs du Benfica regroupés autour de leur entraîneur Jorge Jesus.

 


© afp
L'icône du football portugais Eusebio
Écharpes rouges nouées autour du cou, les fans d'Eusebio s'étaient rendus au stade pour rendre un ultime hommage à leur idole, avant son inhumation dans la banlieue nord de la capitale. Et c’est sous les applaudissements de milliers de supporters, que le cercueil de l'icône du football Eusebio a fait un dernier tour d'honneur sur la pelouse du stade de la Luz à Lisbonne, conformément à son voeu. Auparavant, un flot ininterrompu de personnalités du monde du football, de joueurs du club et de supporters anonymes était venu s'incliner sur sa dépouille exposée dans une chapelle ardente à l'intérieur du stade. Son corps avait été placé devant le grand aigle blanc aux ailes déployées, symbole du club lisboète pour lequel Eusebio a joué pendant quinze ans, remportant onze championnats nationaux et cinq Coupes du Portugal. Au pied du catafalque avait été placée une photo de l'ancien joueur dans un cadre rouge, ornée d'orchidées. Une peluche a été posée sur le linceul recouvrant son corps.

<div align="center"><iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/agmUnnjM8eQ" frameborder="0" allowfullscreen></iframe></div>

 

Depuis dimanche, et pour trois jours, le Portugal porte le deuil de son plus illustre symbole. Après la cérémonie au stade, le cortège funèbre devait parcourir les rues de Lisbonne avant d'arriver à la mairie où une cérémonie officielle était prévue. Les drapeaux de la capitale portugaise ont été mis en berne. Une messe a été célébrée ce lundi à 16H00 GMT à l'Eglise du Séminaire près du stade de la Luz, suivie une heure après de l'enterrement à Lumiar dans la banlieue nord de la capitale. C'est dans sa maison à Lumiar qu’Eusebio est décédé dimanche, 5 décembre d'un arrêt cardio-respiratoire, après avoir été déjà hospitalisé à plusieurs reprises. Considéré comme le meilleur footballeur portugais de tous les temps, "le Roi" a rivalisé avec les plus grands de son époque, en premier lieu Pelé et l'Argentin Alfredo Di Stefano.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués