NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Sassou Nguesso: l’armée congolaise pour la paix en RCA

Par journaldebangui.com - APA - 02/01/2014

Le président de la République du Congo s’exprimait devant des officiers, sous-officiers et soldats de la force publique réunis à Brazzaville

 

Le président Denis Sassou N’Guesso a réitéré «la volonté de l’armée congolaise à œuvrer aux côté de ses homologues du continent ainsi que des pays amis comme la France» en vue de contribuer au retour de la paix et de la sécurité en Centrafrique en 2014. «Nous continuerons de faire face aux côtés de la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale), de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale), l’Union Africaine, des Nations et des autres forces des pays amis comme la France pour rétablir ce pays (RCA) dans son fonctionnement normal», a déclaré Sassou N’Guesso devant des officiers, sous-officiers et soldats de la force publique réunis mardi 31 décembre 2013, à Brazzaville. S’exprimant au cours du réveillon d’armes, une tradition de mise à la veille de chaque nouvelle année, il a ajouté: «Nous ne pouvons jamais accepter que les forces négatives s’incrustent, prennent pieds, s’installent en république Centrafricaine, Nous ne pouvons jamais accepter que ce pays au cœur de l’Afrique Centrale connaisse le désordre et comme vous le savez l’implosion de la RCA au cœur même de la sous-région pourra contenir des conséquences plus graves, non pas seulement pour la sous-région d’Afrique centrale, mais au-delà».

 


© afp
Le président congolais Denis Sassou Nguesso (c) et le président centrafricain Michel Djotodia lors d'une cérémonie à Ouagadougou le 17 octobre 2013
A cet effet, le chef de l’Etat a déclaré 2014 année de la mise en œuvre effective de la loi de programmation de la force publique, assurant que cette dernière aura un budget consistant qui sera adopté par le parlement congolais afin de lui permettre de se moderniser sur tous les plans et d’accomplir sans faille ses missions à l’intérieur du pays comme à l’extérieur. En attendant, il a appelé à une formation qualifiante à tous les niveaux et l’éducation des hommes au sein de l’armée, estimant que «les agents de la force publique doivent avoir une haute idée de leur métier, un métier difficile contraignant, on ne peut s’y engager sans avoir une haute idée de ce métier .Ils doivent avoir une grande connaissance des lois ou les règlements ce qui empêcherait tous les errements».

Le président congolais qui s’est dit ému par la mort de six soldats congolais de la MISCA, a saisi cette occasion pour présenter ses condoléances aux familles des défunts et un prompt rétablissement aux soldats, gendarmes et policiers blessés et qui sont en ce moment dans les hôpitaux. Au cours de cette cérémonie, le chef d’Etat-Major de l’armée congolaise, le général de division, Guy Blancard Okoï a fait le bilan de l’année 2013, révélant notamment que: «près de 1000 soldats et du matériel congolais actuellement sont en Centrafrique dans le cadre de la MISCA (Mission africaine de soutien à la Centrafrique)». Le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, est médiateur de cette crise depuis son déclenchement en mars 2013, après la chute du régime de François Bozizé et la prise du pour par l’ex-rébellion de la SELEKA avec à sa tête Michel Djotodia, actuel chef de l’Etat de ce pays en proie à une instabilité sécuritaire sans précédent.

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

les mêmes discours

Par mango

02/01/2014 15:35

Trop de discours dans la gestion de la crise centrafricaine. Nous société civile centrafricaine avons le droit d'apporter notre contribution à la sortie de la crise.Le Tchad et Idriss Déby ne peuvent être la solution qu'ils nous laissent tranquille. Le contingent tchadien doit se retirer de la RCA.On ne peut être à la fois juge et parti. Pourquoi le peuple centrafricain n'a pas demandé le retrait des autres contingents? C'est tout simplement parce que les autres sont réellement venus pour aider le peuple centrafricain à trouver une issue favorable à la sortie de la crise, mais le Tchad, non.

retrait des troupes tchadiens du territoire centrafricain

Par Koraa

02/01/2014 16:09

OUI! Mais que fait la societe civile pour le retrait des troupes tcbadiens de notre territoire. Nous apprenons a travers la presse que Deby n'a procede qu'a un reamemagement de ses troupes.

Les présidents amis avec l'ancien dictateur Boz sont amis avec Dondoja, ha oui.

Par sorokaté

02/01/2014 16:50

On n'a que les yeux pour voir. Nous n'avons que des pieds pour échapper à la mort subite.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués