DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Abakar SABONE: Pas si rigolo que ça

Par Alain Lamessi - 30/12/2013

«Il est le vrai porte-parole du chef d’Etat de transition et non ces petits zinzins qui brassent le vent à longueur de journée… »

 

Qui a dit que le sieur Abakar SABONE est un piètre illuminé qui a déliré, ce dimanche 22 décembre 2013, sur la partition de la République centrafricaine lors de la conférence de presse qu’il a tenue devant les média du monde entier? Que la Séléka ne nous prenne pas pour des zozos. Abakar SABONE est un homme intelligent. Il est le vrai porte-parole du chef d’Etat de transition et non ces petits zinzins qui brassent le vent à longueur de journée qui malheureusement seront bientôt jetés dans la poubelle de l’histoire.
1- Abakar SABONE conseiller spécial du Chef d’Etat de transition, nommé seulement quelques jours plus tôt, ne peut pas convoquer une conférence de presse, ni faire une déclaration aussi grave sans l’autorisation expresse de son supérieur hiérarchique car cela participe à l’évidence d’une stratégie de communication.
2- La proximité du sieur Abakar SABONE avec Mr Michel DJOTODIA (ils avaient été arrêtés au Benin et emprisonnés dans la même cellule pendant quelques années) laisse à penser qu’il a parlé au nom du Chef d’Etat de transition.
3- Le Chef d’Etat de transition a certes désavoué son vrai porte-parole du bout des lèvres sans jamais le démettre de sa fonction. C’est tout dire.

 


© journaldebangui.com
Alain Lamessi
La vérité, c’est que la partition de la République centrafricaine est le plan B de la Séléka. En effet, pour la Séléka l’objectif principal était de chasser Bozizé, de prendre le pouvoir à Bangui pour instaurer un état islamique en République centrafricaine. En tout cas c’est ce qui a motivé le soutien financier, matériel et militaire d’un état islamique comme le Soudan, le bras armé de l’Iran, ainsi que de certains pays du golfe. Ayant pris le pouvoir à Bangui mais ayant échoué à instaurer un état islamique en République centrafricaine et surtout sentant que le pouvoir est entrain de lui échapper, la Séléka brandit son objectif secondaire : la partition de la République centrafricaine, le nord musulman et le sud chrétien. Fascinée qu’elle est de l’indépendance du Sud Soudan.

La volonté de la partition de la République centrafricaine est une déclaration de guerre que nul patriote ne saurait sous-estimer. Nous ne devons pas nous contenter de la dénoncer en parole. C’est tellement grave qu’il faut la combattre avec énergie. Cela passe assurément par la réhabilitation des FACA qui ruent dans le brancard et brûlent d’envie de prouver ce dont ils sont capables. Désarmer une armée nationale, la neutraliser et la remplacer par les pieds nickelés de la Séléka c’est l’un des pires catastrophes que le « Machiavel de Birao » ait pu infliger à notre pays. Aujourd’hui l’objectif pour le peuple centrafricain n’est pas d’aller aux élections coûte que coûte comme si on devait faire une course contre la montre alors même que sur la piste il y a non seulement beaucoup d’obstacles mais encore des milliers d’inconnus. C’est faire fausse route que de vouloir appliquer automatiquement le scénario à la malienne au cas de la République centrafricaine tant les facteurs socio-historico-politiques sont dissemblables.

L’urgence c’est avant tout le désarmement de la Séléka et des Anti-balaka. C’est aussi la sécurité et la normalisation avec le retour des déplacés chez eux. Que la transition soit aujourd’hui à bout de souffle, cela est évident. Que les partis politiques aient totalement disparu, c’est tous les observateurs qui le reconnaissent. Nous ne devons plus attendre que l’extérieur dicte des scénarii de sortie de crise. Qu’on ne convoque pas encore dans une capitale étrangère toute la classe politique pour leur demander de valider un scénario pensé et écrit sans leur avis. Quelle que soit leur bonne volonté, nos amis ne connaissent pas la situation de notre pays mieux que nous-mêmes. Si à Bangui pour des raisons évidentes de sécurité, il est difficile de se réunir, à l’extérieur prenons l’initiative de nous retrouver pour faire des propositions constructives mais surtout désintéressées.

Ne nous trompons pas d’ennemis. Nous ne dirons jamais assez : nos ennemis ce ne sont ni les musulmans, ni les chrétiens. Le peuple centrafricain n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais l’ennemi du peuple tchadien. Nous sommes deux peuples amis, deux peuples frères. Savez-vous qu’il y a moins de soixante ans, le Tchad et l’Oubangui-Chari n’étaient qu’un seul pays : le territoire de l’Oubangui-Chari-Tchad ? Savez-vous que des millions de tchadiens du sud parlent couramment sango et ont des familles ou même ont grandi en Centrafrique ? Les démocrates tchadiens ont toujours été solidaires de la lutte du peuple centrafricain. J’ai milité avec beaucoup de camarades tchadiens au sein de la FEANF en France. A Pessac, près de Bordeaux nous mangions dans la même assiette, des tripes cuites à la mode tchadienne avec beaucoup de piment. Nous nous appelons affectueusement « aou » lorsque nous nous rencontrons. Nous avons accueilli en République centrafricaine des milliers de tchadiens dans les années 80 lors de la guerre du Tchad. J’en ai personnellement enseigné plusieurs dizaines à l’université Bangui et nous sommes aujourd’hui de bons amis. A la fin de nos études en 1982, de retour de France de nombreux tchadiens ont préféré rester à Bangui que de rentrer chez eux, c’est parce qu’ils s’y sentaient mieux. Et des milliers de centrafricains vivent au Tchad. Lorsque Paoua est agressé, c’est au Tchad que des centrafricains trouvent refuge.

De grâce ne faisons pas l’amalgame entre la Séléka et ses soutiens objectifs avec les ressortissants du Tchad qui sont nos frères et amis depuis toujours.

Que Dieu bénisse la République centrafricaine.

 

 
MOTS CLES :

12 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

on a tout compris!

Par zotizo

30/12/2013 17:57

Sabone avait dit une semaine et on voit déjà la marche vers la partition dont il est question. J'accuse L'UÀ, les sangaris, la MISCA et tte la communauté internationale pour ce jeu trouble qu'ils font en RÇA. Comment comprendre le soutien de l'UA a l'armée tchadienne alr que tout le monde sait l'implication du Tchad dans ce chaos? Comment comprendre la décision de la MiSCa de déployer justement cette armée tchadienne au nord? Que dire de ces évacuations en camions des ressortissants tchadiens et soudanais? Il reste chez eux ou vont ils au nord? On a tout compris et on vous voit venir. Pauvre RÇA!

En partie mais je suis de choqué du fait que le TCHAD qui a permis et qui continu de nous déstabiliser est dédouané par qu'on a des amis à l'université et qu'en France on a mangé des tripes et foufou blabla.

Par sorokaté

30/12/2013 18:24

Oui c'est ça c'est être "INTELLECTUEL CENTRAFRICAIN". C'est de cette manière que nous sommes trahis. a cause du ventre, a cause de la bouffe. ha oui,
Avec les soient disant "INTELLECTUELS " centrafricains les relations , les émotions, la nostalgie priment sur l’intérêt COLLECTIF, la PATRIE.
La RCA est traitée avec moins d'amour. Les amis, les copains, les voisins ont trop d'importance que la RCA.

En vérité je suis choqué, très choqué contre vous monsieur Alain Lamessi, je vous lis souvent avec un appétit soutenu, mais cette fois- ci, vous m'avez largué avec un paquet de kaka en pleine face.
D'ailleurs vous ignorez l'origine de monsieur Abacar Sabone, et avez déçu la mémoire de notre père national BOGANDA.
Nous avons rien de commun avec les Tcahdiens.

Ensuite vous avez minimisé la manière dont seleka a agit sur les chrétiens depuis le dbut des hostilités j'usqu'à la prise du pouvoir le 24 Mars 2013.
Vous voulez dissimilé le rôle qu'a joué monsieur Idriss Déby au près de la seleka dans la prise du pouvoir. C'est regrettable. Le savez vous la seleka est composée en majeur par les gens de quelle nationalité?

Votre ami ne peut agir comme ce que le Tcahd a fait à la RCA. ou est donc l'amitié?
savez vous ce que la MISAB, La MUNORCA, lA FOMAC et la MISCA Tchaiennes ont fait aux Centrafricains?

Vous avez eu la chance de siroter vos liqueurs et whisky en France cependant le peuple est décimer comme des rats rongeurs nuisibles.

après que BOGANDA avait échoué avec son projet d' UNIFIER l'Afrique l'Afrique, il y a eu séparation des colonies ainsi est née la RCA. Nous sommes avons certaines similitudes avec les deux Congo et Gabon qu'avec les barbares Tchadiens. Nous sommes des descendants des BANTOUS.

Nuance: Les tchadiens qui ont étudié en RCA ont copié nos manières de vivre que ceux qui sont restés ceux eux au Tcahd 'des brutaux'.

Je ne fais pas un commentaire composé de votre analyse , mais sachez que pour ma part je trouve cela comme un papotage frivole.

"Le peuple qui n'a pas de repère culturel... est voué à la perdition" Aime ton pays comme ta chaire"
Boganda a payé la RCA par son SANG.

Bonne diligence.
SOROKATE Alias Domzan bene.

si on pouvait ressusciter BOKASSA il sera nos intellectuels actuels iront tous en Exile forcé.

Par sorokaté

30/12/2013 18:37

Si certains disent de BOKASSA président et ex empereur Dictateur c'est quelque part par ce que ce monsieur aimait son pays. Bokassa vivant on connaitre pas ces islamistes seleka de Dodonja.
Ce qu'a fait Idriss Déby contre la RCA ne passera pas devant l'ex empereur BOKASSA.

Je suis persuadé qu'il y a des BOKASSA en gestation. C'est juste une question de temps.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com.
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués