DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Presse: la France en mauvaise posture en Centrafrique

Par Xinhua - 27/12/2013

La presse française s'alarme au le lendemain de Noël du sort des troupes tricolores dans ce pays au bord du conflit confessionnel

 

Les soldats français déployés en République centrafricaine (RCA), dans le cadre de l'opération Sangaris initiée début décembre, sont confrontés à une situation des plus explosives, souligne la presse française, qui s'alarme en ces lendemains de Noël du sort des troupes tricolores dans ce pays au bord du conflit confessionnel. Le journal de gauche français Libération consacre sa une à la RCA avec un titre éloquent: "Centrafrique : la France prise au piège". "(La RCA) s'enfonce chaque jour un peu plus dans une crise où les Français se retrouvent en première ligne", constate-t-il, mentionnant "les accès de violences interreligieuses et les menaces des Tchadiens de la force d'intervention africaine (Misca) ". Libé dénonce notamment "le périlleux pas de deux" auquel se livre le pouvoir de N'Djaména en Centrafrique, pays limitrophe du Tchad.

 


© journaldebangui.com
De fait, le président tchadien Idriss Déby est "fortement soupçonné d'avoir équipé et financé la rébellion de la Séléka (ayant renversé l'ex-président centrafricain François Bozizé en mars dernier, déstabilisant durablement le pays)". "Dans le même temps, le Tchad fournit le plus gros contingent de la force africaine chargée de stabiliser la Centrafrique, la Misca, avec quelque 850 hommes", poursuit le quotidien, mettant en exergue les "deux leviers" dont dispose N'Djaména dans ce conflit. Pour l'éditorialiste de Libération, "les violences de Bangui, les manifestations antifrançaises, le rôle trouble de l'armée tchadienne annoncent des lendemains qui déchantent". "Pour la France comme pour les Centrafricains", ajoute-t-il, écartant la perspective d'un succès "rapide" de l'opération Sangaris, tel que l'avait prédit le président Hollande à son lancement. 

Ce pessimisme est partagé par le quotidien de droite Le Figaro, qui consacre également sa une au "chaos de Bangui", indiquant que "trois semaines après le début de l'opération Sangaris, l'armée française doit faire face à une situation qui menace de dégénérer à tout moment". L'éditorial du journal déplore "un scénario qui déraille" en RCA, soulignant que "Bangui a fêté Noël au son des rafales" et ajoutant que "l'on continue à s'étriper entre milices issues des communautés chrétiennes (anti-Balaka) et musulmane (ex-Séléka)". "Les soldats français, qui ont déjà payé le prix du sang (deux morts depuis le début de l'opération), bivouaquent au milieu de ces haines", poursuit-il, regrettant une mauvaise préparation par les autorités françaises de l'intervention, envisagée au départ "comme une opération sans grand risque". "Les troupes franç aises ont été prises de court", estime Le Figaro.

Le quotidien Le Parisien rend compte, pour sa part, de "scènes de violence et de panique à Bangui", où "depuis le 5 décembre (jour du lancement de l'opération française Sangaris), près d'un millier de personnes ont été tuées dans les attaques des milices chrétiennes et dans les représailles des ex-rebelles Séléka". "Malgré ses 1.600 hommes déployés, le dispositif français (..) n'a pas été en mesure d'éteindre l'incendie ni d'apaiser les esprits", conclut Le Parisien.

 

 
MOTS CLES :

8 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Cette guerre contre la Centrafrique est loin de finir.

Par sorokaté

27/12/2013 19:35

Donner le contrôle du Nord de la Centrafrique frontalier aux Troupes Tchadiennes c'est mettre de l'huile sur le FEU. Cette initiative est un piège contre le peuple Centrafricain les dégâts seront incomparables. Il faut comprendre que la seule portion de la RCA sous un semblant de contrôle est la capitale BANGUI tout le reste est abandonné aux seleka mercenaires Tchado-soudanais.

Le but de l'opération Sangaris échappe au peuple Centrafricain, car la volonté du peuple centrafricain sujet de ce soutien Français n'est pas pris en compte.
La feuille de route est décidée depuis PARIS entre autre aller vite à une fictive élection présidentielle à l'issue de la quelle
verrait jour un autre DICTATEUR auxiliaire du pillage néocolonialiste.

Le peuple Français n'est pas éclairé aux vrais motifs de cet engagement de son armée qui est visiblement en danger.
Ce matin il y a eu plusieurs convois des milices Tchadiennes et soudanaises en partance de leurs pays respectifs mais qui en réalité ces gens partent pour se réorganiser. Sachant pertinement qu'ils ne sont plus les biens venus dans leurs pays Tchad et Soudan ils vont se fondre dans la nature sur le territoire Centrafricain.

Un homme averti en vaut DEUX. Je suis habité par la peur quant à l'initiative de convoyer ces mercenaires vers le NORD.
La MISCA et les Français de Sangaris ne sont pas sortis de l'Auberge.
Que nos compatriotes du NORD soient sur leur garde parce que d'ici peu il connaîtront un nouveau Tsunami.

"Un homme sage assis regarde plus loin qu'un jeune homme débout."
"Celui qui a est mordu par un serpent , toute cordelette sinueuse dans l'obscurité est synonyme d'un autre serpent"

Moi Sorokaté , mon doigt accusateur a pour cible la France avec sa BRUTALE politique étrangère vis à vis de ses "ex colonies".

Pour le Tchad ,ce pays dirigé par un dictateur Idriss Déby cherche à gagner la confiance virtuelle de la France d’intérêts dans le but de s’éterniser au pouvoir, c'est pourquoi il loue son service diabolique contre la CENTRAFRIQUE.

Si la RCA en est arrivée là c'est la faute aux présidents illusionnistes qui ont failli à leur mission.
Toute chose à un début et une FIN
Vive le pays de mes ancêtres Bantous.

Sorokaté Alias Domzan bene.

LA FRANCE REUSSIRA SON PARI EN RCA

Par TOMONI

28/12/2013 01:18

Tout ceux qui pense que la France va échouer en Centrafrique sont des lâches. La France est et demeure une puissance dans le monde. Permettra t-elle vraiment au Tchad de faire échec à sa mission impunément? Je ne le crois pas. Laissons le temps au vent et la France s’affirmera:"DROIT AU BUT".

Hallo!!! oui Hallo, c'est l'ONU? c'est moi !!! Qui??? François Hollande...hallo...

Par Sorokaté

28/12/2013 13:45

Ce qui devrait arriver arriva!!! il n'avait pas mesuré l'ampleur de cette guerre contre la RCA. De part le passé ces Islamistes (seleka) étaient combattus vigoureusement par la France aux cotés du dictateur Centrafricain F.BOZIZE . Ceux-ci sont partis au Nord du Mali croiser sur leur chemin cette même France.

Soutenus par les rescapés chassés en Libye ces djihadistes se sont réorganisés ont pu accepter l'appel de monsieur DONDOJA seleka afin de réussir son coup d'état le 24 Mars 2014. La France qui n'a pas encore fini la guerre au Mali, par souci de remonter la courbe de son sondage médiocre à la tête de la France, monsieur F.H s'est retrouvé pris au piège avec son Sangaris.

Hallo, oui Hallo, c'est l'ONU? il y a quelqu'un au bout du fil? je suis le président Normal F.H, hallo, qui êtes vous? Monsieur Normal.... Vous êtes où? en Centrafrique!!! Aidez moi svp passez moi Mr Ban-ki Moon je suis en danger!!! Halloooo!!!!! c'est pas ce que je le croyais.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués