NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bangui: dans le camp retranché des ex-rebelles Séléka

Par Ludovic Bassand-bienpublic.com - 23/12/2013

Rencontre avec le président intérimaire Michel Djotodia dans le camp de Roux, refuge de sa garde rapprochée et d’ex-rebelles toujours lourdement armés

 

Michel Djotodia, arrivé au pouvoir dans les valises des rebelles du Nord, les Séléka, ne loge pas au palais présidentiel. Les mauvaises langues prétendent qu’il le croit marabouté par son prédécesseur François Bozizé. C’est donc au camp de Roux, pris à l’armée régulière, qu’il reçoit, sur les hauteurs de Bangui, avec vue imprenable sur le magnifique fleuve Oubangui qui scintille en contrebas. Les différents gardes armés de mitrailleuses lourdes qui jalonnent le parcours jusqu’au cœur du camp sont prévenus de notre arrivée et saluent gentiment sans faire de problème. Ce sont ces mêmes hommes qui ont commis les pires horreurs sur le chemin qui les a menés à la capitale. Dans la cour d’honneur, une vieille batterie anti-aérienne est pointée vers le ciel où ne volent que les hélicoptères français…

 


© bienpublic.com
Retranché dans le camp de Roux, le président Michel Djotodia, arrivé au pouvoir par la grâce des Séléka, tente d’exister
Avant d’entrer enfin dans le salon où Michel Djotodia est annoncé, la fouille est sommaire. Certains soldats dorment dans des canapés. Un autre est pris d’une crise de tremblements. Accès palustre ou excès de Tramadol, ce médicament antalgique que les miliciens prennent à forte dose ? L’ambiance n’est pas à la rigolade. Enfin, celui qu’un intendant annonce comme « son excellence » apparaît enfin. Les salutations sont réduites à leur plus simple expression.

«Les djihadistes sont chez nous»
Quasiment sans reprendre son souffle, Michel Djotodia lit un long communiqué alambiqué. D’abord, il présente ses condoléances à la France pour les deux militaires tués, regrette les « exactions des groupes armés », sans bien sûr évoquer celles des siens. Le texte est long mais le message se résume facilement : « J’offre une main tendue pour la réconciliation nationale et j’exprime ma volonté d’élections libres et transparentes » après avoir lancé « Transformons nos armes en bulletins de vote » ou encore « Le mal est couché sur son lit de mort, nous sommes en route pour notre futur glorieux ».Puis, sans attendre les questions, il se lève et disparaît entre deux gaillards à qui personne n’aurait l’idée de manquer de respect.

C’est le ministre de la communication qui assure le service après-vente. « Son excellence ne se sentait pas bien du tout. Il a failli annuler, il n’est venu que par respect pour vous. C’est pourquoi il a dû écourter la rencontre ». Le poids des responsabilités ou la crainte d’être chassé du pays par la force ? Sur le chemin de la sortie, on entend beaucoup parler arabe. L’un des soldats, enturbanné d’un chèche bleu, le regard dissimulé derrière des lunettes de soleil réfléchissantes, nous fixe. Entre ses dents, notre chauffeur murmure : « Les djihadistes sont chez nous, les Tchadiens veulent piller notre pays». Les Tchadiens ? Alliés de la France au Mali… Michel Djotodia ? Président en attendant mieux… Pendant ce temps, les soldats français de la force Sangaris patrouillent en ville et, dans les quartiers, on se découpe à la machette.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

On s'impose pas en président monsieur DONDOJA, le peuple n'a pas confiance en vous encore moins vos mercenaires étrangers Tchadiens et Soudanais. Démissionnez..

Par sorokaté

25/12/2013 14:04

Vous n'avez aucune légitimé vous n'êtes qu'un rebelle mercenariat assassin contre le peuple Centrafricain.

Pour éviter une décimation du peuple Centrafricain il vaut mieux démissionner. On devient président pour servir le peuple et non pour sombre ce dernier en ENFER.

Il parait claire que le contenu de votre lettre adressée au monde Arabe quant au programme d'Islamisation , de faire à ce que la RCA devienne une région du Tchad vous empêche de démissionner. En outre la déclaration de votre compatriote Sabone abacar relative à la scission de la RCA vient attester la thèse de votre lettre programme.
Ainsi le peuple Centrafricain est en éveil pour vous barrer la route.

Démissionner!!!! démissionner!!!
Votre présence contre la volonté du peuple à la tête de ce pays de Boganda est synonyme crime contre l’humanité.
Monsieur DONDOJA vous êtes responsable n°1 de tous les crimes commis en RCA .
Ce que vous avez cherché, et bien vous l'avez eu.
Vous serez bientôt future locataire d'une prison à VIE.
Sorokaté Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués