SOCIéTé  |    

Bangui: des tirs au camp militaire de l'aéroport

Par journaldebangui.com - AFP - 20/12/2013

La fusillade, qui a duré plusieurs heures, s'est déroulée aux abords du camp où sont stationnés les soldats français et ceux de la force africaine

 

Selon l’AFP, en plus de jeudi soir vendredi matin, des tirs d'armes légères ont été encore entendus près de l'aéroport, alors que plusieurs centaines de personnes tentaient de manifester pour exiger le départ du président centrafricain Michel Djotodia, chef de l'ex-rébellion Séléka. En effet, depuis jeudi soir, des tirs d'armes automatiques ont été entendus pendant plusieurs heures au camp militaire de l'aéroport. C'est confus, ça a eu lieu de nuit. A ce stade nous n'avons pas de conclusion sur ce qui s'est passé, a indiqué la source militaire française, précisant qu'il n'y avait pas eu de blessés côté français. Je confirme qu'il y a eu aussi des tirs de mitrailleuse lourde. Ça a été assez long, a ajouté la même source. Ça canardait de partout, a résumé un soldat français.

 


© Stringer. Reuters
Patrouille française dans le quartier de Boy-Rabé, à Bangui, le 17 décembre
Interrogé, un officier de la force africaine (Misca) a fait état de blessés au sein de cette force, sans donner d'autre précision. Dans la matinée, près de 500 personnes, en majorité des jeunes, sont venus manifester devant l'entrée de l'aéroport pour exiger le départ du président Djotodia. Des tirs d'armes légères, apparemment des tirs en l'air de soldats tchadiens de la Misca circulant à bord d'un 4X4, ont un moment semé la panique et la confusion dans la foule. Le calme est revenu avec l'arrivée de renforts français et la dispersion de la manifestation. Mais peu après, des tirs d'origine indéterminée pouvaient être entendus dans un autre quartier du secteur, à Gobongo.

L'aéroport Mpoko, dans le nord de la capitale centrafricaine, abrite les campements des militaires français de Sangaris (1.600 hommes) et les différents contingents de la Misca, déployés pour rétablir la sécurité en RCA. Des dizaines de déplacés fuyant les violences interreligieuses dans la ville vivent également sur place dans une grande précarité. Les violences entre chrétiens et musulmans ont fait près d'un millier de morts depuis le 5 décembre à Bangui et en province, selon l'organisation Amnesty international. L'intervention des soldats français et de la Misca a permis de faire cesser les tueries dans la capitale, avec le désarmement toujours en cours des ex-rebelles Séléka et des milices chrétiennes d'autodéfense anti-balaka. Mais la situation reste extrêmement volatile. Des rafales et des coups de feu isolés d'origine indéterminée sont régulièrement entendus dans la ville.

 

 
MOTS CLES :

15 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

QUE LAS POLITICIENS SOCIALISTES FRANCAISDOIVENT JOUE RFRANC JEU,POURQUOI CEDER AD EBY LE CRIMINEL ET SACRIFIER LES CENTRAFRICAINS DEPUIS LE MARS,CES MORTS NE SUFFISENT 6IS PAS ENCORE

Par gabriel

20/12/2013 16:47

Les hommes politiques français (quai d'orsay ,parti socialistequi soutiennent ziguélé n'ont qu'à parler franchement et jouer pour une fois franc jeu en Afrique. Dire à Déby de cesser de faire tuer les centrafricains par ces mercenaires qui infectent la fomac hier et il était question que le tchad ne fasse pas partie de la Misca,et par quelle gymnastique de corruption, Le drian ne revient avec un discours sur le tchad comme sauveur alors qu'il ne peut ignorer que le maintien du tchad poursuit ces tensions et massacres et met en danger la vie des soldats etrangers et français. les politiciens ne peuvent ignorer le role de Déby et ses soldats officiels et officieux dont certains encadrent Djotodie et sont actifs dans les divers massacres et incendie de maisons. Centrafricains descendons devant l'ambassade du tchad et des bureaux des Nations unies et demndons le retrait des soldats tchadiens de la misca,leur retour aux tchad et que le tchad rapatrie ses ressortissants et nous foute la paix. Que djotidia démissionne et que les centrafricains assignent Déby à la Cpi,cc'est lui le chef de ces armées qui répondent de ses ordres et son entetement à le laisser en centrafrique alors que le peuple centrafricain n'en veut pas

Bienvenue aux Tchadiens!

Par MBIWA

20/12/2013 18:06

Les Tchadiens sont les Bienvenues en RCA.Ils doivent se sentir comme chez eux .Ce sont des bons contribuables .Les caisses de l'état sont vides,les Centrafricains ont besoins de leurs apports pour payer les Salaires.N'en déplaise à certains.

A Mbiwa Tu es quel Centrafricain?

Par sorokaté

20/12/2013 18:16

Même un animal se refend en cas d’agression. Paradoxalement à Mbiwa qui se dit Centrafricain à l'heure où
le pays est à feu et à sang ce individu joue à la singerie.
Des centrafricains sont décimés comme des rats mais lui il prend du plaisir. Cela dépassé l'animalité. La vie humaine est sacrée.
Bonne diligence.
Sorokaté Alias domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués