ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: Le bilan des activités minières et énergétiques du ministère

Par Sebastien Lamba - 29/12/2010

Le diamant et l’or sont extraits de façon informelle et sous exploités

 

Dans le cadre de la préparation de la campagne électorale, les ministres préparent leurs arguments. Du côté des Mines à l’Energie et à l’hydraulique l’on annonce que le sous sol centrafricain regorge 470 indices minéraux repartis sur toute l’étendue du territoire national parmi lesquels le diamant et l’or. Malgré leur importance, ceux-ci sont encore exploités aujourd’hui de façon informelle exploités. L’exploitation industrielle de l’or a commencé avec les sociétés Eurafrique et Ach mines au niveau de la sous-préfecture de Bambari a déclaré le chef de ce département ministériel, Sylvain Ndoutingaï. On peut toutefois noté que ces minerais attirent de nombreux investisseurs et le gouvernement affirme avoir pris les mesures visant à encadrer le secteur. De l’avis du ministre le secteur est pourvoyeur de devise conséquentes dans les caisses du trésor publique avec entre autre les quatre (4) bureaux d’achat de diamant en règle, versent 22 milliard de franc CFA par an à l’Etat. Au niveau de l’énergie, un contrat a été signé avec le gouvernement chinois et les études de faisabilité sont entrain d’être faites pour que d’ici 2011, afin d’éradiquer le problème de délestage, a ajouté le ministre Ndoutingaï.

 


© journaldebangui.com
Le ministre Lt. Colonel Doutingaï Sylavain
Sur l’affaire qui a récemment secoué le secteur des mines en Centrafrique, le ministre dans ces déclarations a réitéré que selon, les résolutions 1803 du système des Nations Unies, les minerais des sous-sols aux Etats leur appartiennent et donc à cet effet, le code minier du 29 avril 2010, reconnait le droit aux Centrafricains de disposer de leur sous sol et les accords de 1960 ont été révisés et adoptés par le parlement centrafricain. Ce qui de l’avis des observateurs devrait permettre de valoriser cet important secteur de l’économie. Le ministre Ndoutingaï a conclu que le procès entre l’Etat centrafricain et la société américaine Grynberg, a donné le droit au peuple centrafricain sur leur pétrole

Concernant le ciment, il a indiqué que le problème d’exploitation de la cimenterie, se situe au niveau de la capacité énergétique actuelle, qui ne permet pas de faire fonctionner l’usine comme il se doit. Le ministre n’est pas revenu sur les soucis que rencontrent les deux centrales hydroélectriques de Boali et pour lesquelles le gouvernement a signé avec l’Agence Française de Développement (AFD) une convention de 4 millions d’euros. Comment dans ce cas, comment convaincre en période électorale alors que les populations et le pays continuent de faire face au problème d’électricité.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués