NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La France menace Michel Djotodia de sanctions

Par journaldebangui.com - Pana - 18/12/2013

Elle est préoccupée par le limogeage de trois ministres par le président centrafricain, Michel Djotodia, sans l’aval de son Premier ministre

 

La France menace le président centrafricain de sanctions pour le limogeage de trois ministres et estime que c’est une violation de la charte de transition en vigueur dans ce pays qui pourrait ouvrir des sanctions sur la base de la Résolution du Conseil de sécurité. En effet, le pays de François Hollande se dit préoccupée le fait que le président centrafricain, Michel Djotodia, ait pris cette décision sans l’aval de son Premier ministre, Nicolas Tiangaye. «La France est préoccupée par le limogeage de trois ministres, ainsi que du directeur du Trésor sans le contreseing du Premier ministre, Nicolas Tiangaye», a indiqué lundi le ministère français des Affaires étrangères.

 


© AFP
Le président Djotodia et le président Hollande lors de sa visite en Centrafrique!
Le président Djotodia a limogé dimanche le ministre de la Sécurité et de l’Ordre public, celui des Finances et du Budget, ainsi que celui de l’Élevage dont l’implication et la solidarité avec le régime sont mis en doute. Le ministère français des Affaires étrangères menace le président centrafricain en affirmant que «la Résolution 2127 du Conseil de sécurité des Nations unies ouvre la voie à des sanctions contre les personnes qui enfreignent les accords de transition ou dont l’action a pour effet de menacer ou d’entraver le processus politique». Pour le Quai d’Orsay, «cette initiative, prise en contradiction avec la charte constitutionnelle de la transition et les accords de Libreville, est de nature à aggraver encore l’instabilité en République centrafricaine».

Paris appelle au respect des prérogatives du Premier ministre dans le cadre de la transition. La France a une force militaire 1.600 hommes en Centrafrique dans le cadre de la Résolution 2127 du Conseil de sécurité donnant mandat à une force africaine pour apporter la sécurité, rétablir la stabilité en Centrafrique et protéger la population.

Les Forces françaises en Centrafrique
Le dernier contingent de 150 parachutistes français pré positionnés à Douala, métropole portuaire du Cameroun, depuis, a regagné Bangui, la capitale de la Centrafrique, lundi 16 décembre 2013, a-t-on appris de source militaire. Selon un sous-officier en service à la Mission de logistique française de Douala (MISLOG), qui relève du 6ème Bataillon d’infanterie de marine (6ème BIMA) basé à Libreville, au Gabon, ce dernier contingent a rallié Bangui à bord d’un bus par route en passant par Yaoundé et Bertoua, dans l'Est du Cameroun.

La même source affirme que ces soldats français en route pour Bangui, appartiennent tous au 3ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMA) de Carcassonne (sud de la France). 'Depuis samedi dernier, nous sommes en alerte pour les accueillir. Car, ils sont partis de leur base samedi matin et sont arrivés à Douala où ils étaient en transit. Puis, ils se sont rendus tous à Bangui par vagues successives depuis le week-end dernier', a précisé le sous-officier.

Avec le feu vert du Conseil de sécurité des Nations unies, la France mène officiellement depuis le 5 décembre, une opération militaire en Centrafrique en proie à une spirale de violences et d’exactions depuis mars 2012, après la prise par la force du pouvoir par Michel Djotodia. Le Cameroun sert de passerelle aux troupes françaises en partance pour Bangui, du fait que la Centrafrique n’a pas d’ouverture sur la mer qui facilite le transport des hommes et du matériel lourd à bord des bâtiments de guerre affrétés à propos.

 

 
MOTS CLES :

8 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

SANCTION CONTRE MICHEL DJOTODIA

Par TITIES

18/12/2013 15:19

Je pense que la France doit appliquer la résolution 2127 du conseil de Sécurité des Nations Unies pour infliger de lourdes sanctions au Président Centrafricain de transition sans trop tarder , car il continue à défier les Institutions Internationales . Je souhaite d'une part d'éventuelle poursuite à son égard devant la Cour Pénale Internationale pour crime de guerre et génocide dont il serait coupable . La FRANCE doit mettre fin à ce régime criminel avant qu'il ne soit trop tard .

Quand les criminels (france et séléka) des Centrafricains commencent à se bouffer ..

Par Nomzamo

18/12/2013 15:56

en public, c'est que les choses vont mal entre eux. Bientôt ce sera le grand déballage entre le marionnettiste france, instigateur de ce bordel et la marionnette dotodia, chef des sélékas sa propre créature pour chasser son autre marionnette BOZIZE.

Le roi hollande a demandé à son sujet dotodia de démissionner, celui ci a refusé en lui rétorquant, j'y suis, j'y reste. De plus, vous m'avez aidé à prendre le pouvoir le 24 mars 2013 avec vos militaires présents en RCA, avec vos mercenaires français venus du Deleware. Avec l'aide de débyle du tchad votre autre marionnette et l'aide du soudan. J'ai massacré des milliers des Centrafricains depuis fin 2012, tu n'as rien dit, tu m'as toujours soutenu.
Lorsque l'Union Africaine a voulu me sanctionner et mes gars, tu as bloqué la liste des personnes à sanctionner et tu as fait disparaître le communiqué final de l'UA à l'ONU en septembre 2013.
Tu m'avez aidé à incorporer dans l'armée centrafricaine mes gars de la sélékas (tchadiens et soudanais) au nombre de 5800. J'ai 27 000 milices tchadiens et soudanais dans Bangui. Je ne bouge pas, si tu veux la guerre totale, tu l'auras. D'ailleurs mes gars t'ont montré un avant goût lors de ton passage la semaine dernière à l'aéroport de Bangui.
Tes menaces ne me font plus peur. Et puis quoi encore.

La france est nue dans cette affaire centrafricaine. Elle est dépassée par les séléka qui ont failli neutralisé son FALCON lors de son escale dans sa colonie oubanguienne il y a 8 jours. Comme ses caisses sont vides, elle est obligée d'appeler au secours les autres Européens, qui eux ont tourné le dos depuis très longtemps au colonialisme d'une autre époque.

TIC TAC TIC TAC.... on est là, on compte les points entre le marionnettiste france et la marionnette séléka via son chef dotodia.

le phacochère dotodia est entrain d'intégrer 5 000 séléka dans FAC

Par Nomzamo

18/12/2013 16:02


dotidia, pour bien montrer à son marionnettiste qu'il est maitre de la situation, il est entrain d'incoporer ses 5 000 islamo-fascistes tchado-soudanais.

"http://www.journaldebangui.com/depeches.php?t=0#9160

RCA: 5000 ex-rebelles de la Séléka en cours d’intégration dans les FACA
IINA, 14h50
Michel Djotodia, le président de la RCA, vient d’entamer une phase critique de ses promesses au lendemain de sa prise de pouvoir: l'intégration d'une partie des ex-rebelles de la Séléka dans les Forces armées centrafricaines (FACA) et la conversion de l'autre partie dans la vie civile. Plus de 5.000 combattants de l'ex-coalition rebelle de la Séléka qui a renversé le régime de François Bozizé le 24 mars à Bangui sont en formation en ce moment en vue de leur incorporation dans l'armée régulière centrafricaine.

4 centres d'instruction disséminés sur le territoire centrafricain sont cités comme lieux de formation des 5. 000 ex-rebelles retenus pour être engagés dans l'armée. Un groupe d'environ 3.200 hommes est déclaré dans la localité de Sibut, Bossembélé en accueille plus de 800, Berengo plus de 600, soit le même chiffre que Bangui. Cette formation qui a débuté au mois de septembre dernier devrait prendre fin avant janvier prochain."

TIC TAC TIC TAC TAC...

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués