NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Misca-Fomac: c’est demain le passage de témoin!

Par Laurent Correau-rfi - 18/12/2013

Voici les cinq options pour un soutien international à la Misca

 

Jeudi, 19 décembre 2013, la force d’Afrique centrale en Centrafrique (Fomac), passera officiellement le témoin à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), une force africaine d’environ 3 600 hommes. Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est déjà dit prêt à soutenir cette nouvelle force. Dans la résolution 2121, il s’était déclaré disposé «à envisager différentes options» et avait demandé à Ban Ki-moon de lui présenter les scénarios possibles. Le rapport a été remis. Le Conseil a même déjà examiné les options. Pour le secrétaire général de l’ONU, il y a urgence à tenter de régler la crise centrafricaine avant que celle-ci n’échappe à tout contrôle. La situation humanitaire continue à s’aggraver, tout comme la situation des droits de l’homme. Des tensions entre musulmans et chrétiens ont même sugit. «Un échec à agir maintenant de manière décisive pour briser le cycle de violences, stopper les violations des droits de l’Homme, et rétablir un niveau minimum de sécurité au travers du pays, a écrit Ban Ki-moon, ne mettrait pas seulement un peu plus en danger la population de la République centrafricaine (RCA), elle rendrait également toute future intervention plus complexe et coûteuse.»

 


© Paris match
Les soldats de la Fomac en patrouille autour de Bossangoa
Difficultés logistiques actuelles
Une mission envoyée en RCA du 27 octobre au 8 novembre avait travaillé sur les besoins de la force régionale déjà déployée, et les moyens d’assurer sa transformation en Misca, la future force africaine, d’ici au 19 décembre. Cette mission avait recensé les difficultés logistiques actuelles, de l’alimentation en eau potable au paiement des soldes en passant par le transport de troupes, le soutien aérien, les systèmes de communication. Une aide en matière d’organisation, de coordination, a également été jugée nécessaire pour que la future Misca puisse mettre en application la totalité de son mandat. Pour remédier à ces déficits, cinq options ont été envisagées par Ban Ki-moon dans le rapport qui a été remis.

La première, la plus modeste, consiste à faire appel à des aides bilatérales ou multilatérales pour permettre le bon fonctionnement de la Misca. Dans ce scénario, les Nations unies jouent un rôle limité. Elles se chargent notamment de mobiliser cette assistance, assurent une forme de coordination entre les Etats membres de l’ONU et l’Union africaine et fournissent un soutien à la Misca en matière de planification.

Dans la deuxième option Ban Ki-moon propose d’ajouter, à ces aides bilatérales et multilatérales, un soutien des Nations unies au travers de certains équipements ou d’assistance technique.

La 3e option conduit l’ONU à s’engager un peu plus, notamment sur certains points jugés «critiques» pour le succès de la Misca : le transport aérien pour le déploiement et le transport de troupes, l’établissement de systèmes de communication, l’appui des spécialistes du Bureau des Nations unies en Centrafrique (Binuca), ... etc.

La 4e option doit permettre la fourniture d’un «paquet de soutien logistique» à la Misca, à travers l’établissement d’une mission de soutien de l’ONU, sur le modèle de l’aide fournie à l’Amisom, la force africaine déployée en Somalie. Concrètement, l’ONU fournirait à la Misca l’équipement et les services qu’elle apporte habituellement à une opération de maintien de la paix, à l’exception du paiement des soldes et des remboursements liés à l’utilisation du matériel. Ce scénario peut permettre une transition progressive à une opération de maintien de la paix.

La 5e option, la plus ambitieuse, consiste à transformer la Misca en opération de maintien de la paix des Nations unies. Cette force pourrait compter 6 000 militaires dans un premier temps. En cas de détérioration de la situation, les effectifs militaires pourraient être portés à 9 000 hommes. La composante de police pourrait, elle, compter 1 700 personnes.

Dans son rapport, Ban Ki-moon ne préconisait pas de manière explicite le choix d’une option ou d’une autre. Le secrétaire général des Nations unies cite, en revanche différents avis : l’Union africaine et la CEEAC sont prêts à soutenir une éventuelle transformation de la Misca en force de maintien de la paix, mais ne la souhaitent pas dans un futur immédiat. Le premier ministre Nicolas Tiangaye avait indiqué qu’il accueillerait favorablement le déploiement urgent d’une mission de maintien de la paix. Le président de la transition Michel Djotodia a laissé entendre, selon Ban Ki-moon, qu’il ne s’opposerait pas au déploiement d’une opération de maintien de la paix.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

fin des lune de miel entre ndotodia et tiangaye

Par famoundjou

19/12/2013 10:21

hier 18-12-2013,le general essongo,accompagnait monsieur tiangaye au palais de la renaissance pour une petite reunion en catimini entre ces deux allies d,hier,il me semble que le courant ne passe plus entre ces deux hommes ndotodia et tiangaye,qui ont organiser les coup-d,etat du 24mars.a la sortis monsieur ndotodia declarait,il n,a plus de probleme,nous devrions tous travailler ensemble,sinon rien ne va marcher,voici le chaos et la cacophonie qui reigne en maitre en rca.ils ont decider en concert avec le general congolais de reintegrer les ministres limoges voici un vraie cirque,des decisions et remettre en cause,nous sommes comme un protectorat diriger depuis l.exterieur,par la france,le tchad,soudan et congo-brazzaville ce petit pays de 2millions d,ame dans les annees 90.

dans tout les groupes de rebelle qui prennent le pouvoir par la force ,il y a toujours la lutte d,influence et du pouvoir,c,est ce qui se passe entre eux,aujourd,hui monsieur tiangaye se cloitre a l,aeroport de bangui mpoko,car selon son interview sur al jazaira,il na pas de voiture de service et craint pour sa securite,je ne peux pas me deplacer si ma securite n,est pas garantis,voila la situation exacte dans cette anarchie qui reigne en maitre.les centrafricains ne savent pas si cette transition ira a son terme,car les forces mercenaires tchadiens et soudanais sont toujours actifs dans notre pays,nous centrafricains n,accepterons jamais d,avoir comme armee des tchadiens ou des soudanais dans les FACA,nous negocierons jamais sur cette question,les mercenaires etrangers doivent quitter la rca.


monsieur TIANGAYE doit savoir que NDOTODIA est sous influence de DEBY qui a aussi son agenda en RCA.car les arabes a travers L,ISLAM veulent toujours dominer la ou ils sont,tiangaye doit apprendre que ndotodia se sert d,eux l,aile intellecteulle des selekas les centrafricains qui travaillent avec lui pour donner un semblant de credibilite sur l,echiquier international mais l,objectif est claire,dominer et coloniser la RCA en placant les musulmans partout,DEBY a donner le ton des le 24mars en placant les musulmans dans les institutions sous regionale de la ceeac,et ndotodia placant des personnes au nom a connotation musulmane dans les postes clefs dans l,administration etatique,vous intellectuel centrafricain jouer les roles second dans se regime ISLAMIQUE.


vous hommes politiques centrafricains vous vouliez ainsi donc vous devriez assumer,car la france a jouer un role decisif et aider cet ISLAMISTE de premier heure en realisant son reve celui de releguer les centrafricains comme citiyens de seconde zone dans leur propre pays,c,est un system utiliser par les occidentaux surtout la france de placer quelqu,un qui n,est pas nationaliste pour mieux le guider et lui dicter,car le nullissime de ndotodia n,a rien de quelqu,un de credible,car il ne reconnais pas les tueries et exactions de tout genre commisent par les mercenaires qu,il a emmener,leur depart de notre pays sera le debut des solutions a la crise.son plan d,integrer les 5000soldats de la seleka ne marchera pas,car il ne peux pas payer les fonctionnaires mais veux augmenter le nombre des soldats pour defendre son pouvoir illegitime.un pouvoir legitime en place et ces personnes vont etre renvoyer dans l,armee,car nous ne connaissons pas leur origine,nous ne sommes pas dans la legion etrangere pour engager des personnes qu,on ne connait pas leur origine.ndotodia est dans une transition mais ces actes nous montre qu,il veux se manintenir.wait and see.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués