SOCIéTé  |    

Congo: déjà 11.000 réfugiés centrafricains dans la Likouala !

Par Ngouela Ngoussou - 18/12/2013

Après avoir erré dans la forêt, 350 nouveaux réfugiés sont arrivés à Bétou, selon Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

 

Le HCR précise que ces 350 personnes sont arrivées à Bétou après plusieurs jours de marche dans la forêt de la Lobaye. Elles ont été guidées par des populations autochtones vers la localité congolaise de Ngongo, en Likouala, où ces derniers avaient aperçu une mission du HCR. Selon l’organisation onusienne, la plupart de ces réfugiés viennent de Mbata, Bolo Loké ou encore Mbaiki, des petites villes centrafricaines situées le long de la L’Oubangui, l’un des plus importants affluents du fleuve Congo, navigable jusqu’à Bangui. Ces infortunés ont signalé aux membres du HCR, que leurs villages ont fait l'objet de pillages ces deux dernières semaines suite à l'arrivée d'hommes de l’ex-Seleka fuyant l'opération de désarmement à Bangui.

 


© Action contre la faim
Déjà 11.000 réfugiés centrafricains sont arrivés dans la Likouala
Le Congo accueille depuis le mois de mars un afflux des réfugiés centrafricains. Ces personnes fuient les combats qui opposent les ex-membres de la Séléka et les partisans de l’ex-président François Bozizé. D'autres et les plus récents, fuient des exactions des conflits intercommunautaires entre les musulmans et les chrétiens. Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé lundi à Brazzaville qu’un groupe des réfugiés a rejoint ceux qui se sont déjà installés à Bétou, dans la Likouala, à l’extrême nord du pays. Ils viennent tous de Bangui où les combats font rage. Bangui et la ville de Bétou ne sont séparés que de quelques dizaines de kilomètres. Une fois qu’on a traversé le fleuve Oubangui, le Congo-Brazzaville est portée de main. C’est ce que font ces réfugiés qui ne peuvent aller de l’autre côté de la république démocratique du Congo (RDC), où le HCR annonce d’importants groupes de réfugiés arrivés à Dongo.

Depuis l’arrivée des troupes françaises à Bangui, les ex-rebelles et autres bandits armés échappant au contrôle du pouvoir établi à Bangui, fuient vers les villages de la République centrafricaine. Des témoins affirment qu’ils ravagent tout sur leur passage, pillent, violent et massacrent les populations. Mais, l’armée française reste déterminée à désarmer toutes les milices en Centrafrique. Certains anciens membres de la Séléka ont été internés dans les casernes militaires à Bangui, tandis que le gros des troupes, a gardé leurs armes, mais restent dans des camps. Les autorités de Bangui ont d’ailleurs demandé un soutien financier de la communauté internationale pour nourrir ces hommes internés. Ces derniers craignent pour la vie de leurs proches restés dans les quartiers populaires de Bangui où les règlements des comptes sont servis dans toutes les assiettes, qu’on soit musulman ou chrétiens.

A Bétou, le HCR et ses partenaires distribuent l'assistance du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et procurent des soins médicaux à tous les réfugiés. Aussi, des abris familiaux durables sont en construction pour les individus qui ne disposent pas déjà d'une famille d'accueil auprès de laquelle séjourner (60 % en ont). Les enfants centrafricains peuvent également intégrer les écoles primaires publiques de Bétou. Pour accompagner cette mesure, le HCR et l’UNICEF appuient les petits établissements locaux en leur fournissant, entre autres, du matériel scolaire, des uniformes, des tableaux et surtout, en achevant la construction de nouveaux bâtiments dans les deux écoles principales. Le HCR a également financé le recrutement de 50 nouveaux maîtres dont 22 parmi les réfugiés centrafricains.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Une triste réalité en RCA

Par sorokaté

18/12/2013 18:48

Du jamais vécu dans l'histoire de notre pays la RCA. On a l'habitude de voir cela à la television ce qui arrivait aux autres pays voilà maintenant notre tour. On se demande demain serait le tour de quel pays, il semblerait que le cycle est enclenché par le puissant colon.

La vie est sacré pour Dieu.
Tout passe avec e temps. restons confiants.

Toutes mes gratitudes au HCR et aux pays qui ont prouvé leur générosité galvanisée par le sens HUMANITAIRE.
Merci.
Sorokaté Alias Domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués