NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: «Si les Français restent, ce sera le génocide»

Par journaldebangui.com - AFP - 12/12/2013

Cette affirmation est du commandant Adam Ali Mahamat, un ex-rebelle de la Séléka au camp Beal, le siège du ministère centrafricain de la Défense à Bangui

 

Si les Français restent, ce sera le génocide", lance, furieux, le commandant Adam Ali Mahamat, un ex-rebelle de la Séléka, cantonné comme ses hommes depuis l'arrivée de soldats français qui ont ordre de les désarmer, il ne cache pas sa rancœur et sa colère. Les combattants de la Séléka, principalement musulmans, ont pris le pouvoir par les armes en mars 2013 dans un pays à majorité chrétien et animiste. Depuis, ils ont commis de graves exactions contre les civils chrétiens, qui, à leur tour, ont constitué des milices pour attaquer des musulmans. Ces violences ont provoqué l'intervention armée de la France, dont les soldats ont entamé lundi, 9 décembre, le désarmement des milices. Comme beaucoup d'éléments Séléka et de musulmans, le commandant fait part du malaise ressenti après l'intervention française. Il reproche aux Français d'avoir désarmé des Séléka, puis de les avoir ensuite laissés en pâture à la foule vengeresse.

 


© ecpad.fr
Image d'illustration
De nombreux anciens Séléka ont ainsi été lynchés par des chrétiens peu de temps après avoir été désarmés, selon des témoignages. "La France est en train de commettre une grande erreur. Ils disent qu’ils sont là pour protéger les civils. Mais, un Séléka désarmé devient un civil. C'est un citoyen, pourquoi ne les protègent-t-ils pas? C'est injuste. L'armée française a pris la voie des chrétiens et laisse les musulmans en chemin. Elle n'est pas impartiale", a dit le commandant Adam Ali Mahamat.

Ancien militaire de carrière qui a aidé François Bozizé à prendre le pouvoir en 2003, Adam Ali Mahamat a pris le maquis quatre ans plus tard pour rejoindre la CPJP, mouvement rebelle constituant l'épine dorsale de la Séléka. Il a fait partie de l'offensive victorieuse en mars. "On a été intégré à l'armée nationale il y a deux mois. On nous a dit de rester cantonnés. Je suis un soldat, j'obéis aux ordres", explique-t-il. Il assure qu'il y a 2.000 éléments Séléka dans le camp, qui semble pourtant désert à l'exception de quelques soldats allongés. Un fusil mitrailleur est posté à l'entrée. Les hommes brandissent leurs Kalachnikov et même un Famas, fusil de l'armée française "pris à des anti-Balaka (milice chrétienne) à Bossangoa il y a deux mois sur le champ de bataille". Il menace: "ici, les Français ne rentrent pas. S'ils viennent ce sera dangereux. Ici, c'est notre camp. Dehors, ils peuvent désarmer qui ils veulent. Ici, c'est chez nous. Ce sera dangereux", insiste-t-il.

 


© ecpad.fr
du temps des Faca
"Nous sommes prêts à combattre"
Selon de nombreux habitants, beaucoup de Séléka ont fui vers le nord avant l'arrivée des Français. Selon les militaires Séléka, très peu ont rejoint les casernes. Le Camp Kasai, un autre camp de la ville où sont regroupés des ex-rebelles, est lui aussi désert ou presque. Quelques dizaines de soldats à peine, livrés à eux-mêmes.
"Il n'y a rien à manger. On ne peut plus sortir pour chercher de la nourriture. On a faim", explique le général Bakari Zacharia, également un ancien de la CPJP. Le discours est le même: "Les Français sont venus pour la paix pas pour nous combattre. Si on désarme les musulmans, il faut les protéger". "Nous sommes prêts à combattre", si les Français tentent de les déloger, affirme-t-il près d'un pick-up armé et de deux lance-roquettes. "C'est un pays laïc depuis Boganda (Barthélémy, père fondateur de la République centrafricaine). Quand les chrétiens gouvernaient, on a accepté. Pourquoi eux n'acceptent pas qu'on soit aux affaires?". La mort du général Séléka Mahamat Saleh Mahamat, tué par les soldats français mardi soir selon eux, est dans tous les esprits. A la mosquée du PK-5, le quartier commerçant musulman du centre-ville, plusieurs centaines de personnes sont là pour assister à la levée du corps et de 15 autres musulmans tués ces derniers jours vers un cimetière de la périphérie.

"Mort pour la France"
Les habitants ont accroché une banderole sous la statue du héros national Georges Koudoukou," mort pour la France pendant la deuxième guerre mondiale": "Oui au désarmement, non à la discrimination des musulmans. Les militaires français sont responsables des massacres et pillages depuis le début du désarmement partial". Certains habitants tiennent un discours apaisant: "Il n'y a pas de problème entre musulmans et chrétiens. La venue des Français est bonne mais ils doivent nous protéger. Nous ne cherchons pas la vengeance mais la paix", affirme Hissene Fadoul, un étudiant. Mais d'autres sont plus vindicatifs: "Les anti-balakas sont des hommes de Bozizé qui cherche à reprendre le pouvoir. Ils tuent des innocents, détruisent les mosquées. Nous resterons pour défendre le quartier et on se battra jusqu'au dernier homme. Si ça continue ce sera la guerre", ajoute un homme qui tait son nom. Au Camp Beal, Haroun Saleh, reste optimiste. Il a deux femmes, l'une est musulmane, l'autre chrétienne évangéliste. "Je vais à la mosquée, elle prie à l'église tous les jours. Il n'y a pas de problème". A l'image de l'entière Centrafrique, où, jusque-là, chrétiens et musulmans vivaient en paix.
 
MOTS CLES :

6 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Qui veux la guerre prépare la paix

Par le Ché de BoyRabé

12/12/2013 22:18

Le but de la séléka est d'exterminer les Centrafricains par l'intermédiaire de son parrain DEBYL Idris en vue d'instaurer un état islamique. Souvenez-vous lorsque DONDODIA avait pris le pouvoir, au Km5 les musulmans criaient "In Chalah, Alah oh Bar. Est ce que la religion musulmane dit qu'il fallait tiré sur des personnes en scandant le nom de Dieu? Arrêté de dire que la France vous a discriminé et vous a livré à la vindicte populaire. Si la france n'était pas intervenue pour abrégé la souffrance du peuple centrafricain majoritairement chrétiens vivant en harmonie autrefois avec les personne de confession musulmane, nous ne serrions pas en désaccord entre les deux communautés.Si Mr DONDODIA dit qu'il est centrafricain, pourquoi a t' il amené sur le territoire centrafricain ces ramassis de Tchadiens et Soudanais pour massacrer la population? Vous la Séléka, vous êtes de mauvaise fois, vous êtes tous retranché au camp Leroux autour de votre chef de tribu incompétent criant à la famine, que vous allez vous défendre bec et ongle si on essaye de vous désarmer. Maintenant il est temps de rendre les armes et de quitter la Centrafrique (pays de Barthélémy BOGANDA homme de paix, qui avait réuni tous les enfants d’Afrique sur cette terre qu' il avait fondé avec ses compagnons d'armes).

RETOUR DES FACAS

Par zedayen

13/12/2013 10:01

essayez de resister aux desarmement pour voir ,pourquoi tues rentrés aucaserne que deresister a la force francaise et les autres nations qui arrivent illetrés

MUSULMANS

Par JULES

13/12/2013 11:34

Ce qui est paradoxal, nos frères musulmans s'expriment en ocultant completement ce qu'ils ont fait subir au chrétien depuis 9 mois. Savent-ils combien de civils ils ont tué dans la communauté chrétienne et animiste? Combien de femmes violées? combien de bien pillés? Soyons sérieux! la réconciliation ne commençera que par la reconnaissance de leur forfait. Mais tenir un langage de démagogie ne facilitera pas le pardon.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués