NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: le désarmement des groupes armés continue

Par Autres médias - 11/12/2013

Les militaires français déployés en Centrafrique, poursuivent ce mercredi la démilitarisation, après avoir reçu la veille le soutien appuyé du président François Hollande, à Bangui

 

Surveillant les mouvements dans la ville - placée sous couvre-feu de 18H00 à 06H00 - grâce à leurs hélicoptères, les soldats de l'opération Sangaris ont désormais en outre la tâche d'éviter une généralisation des représailles contre les civils musulmans de la part d'une population chrétienne terrorisée pendant des mois par les exactions de combattants de l'ex-rébellion Séléka. Dans la nuit de mardi, vers 23H00, au moment où M. Hollande quittait Bangui, des tirs nourris mais très brefs ont été entendus près de la télévision publique, à quelques kilomètres de l'aéroport, ont indiqué des habitants du secteur. "Sinon, on n’a rien entendu de toute la nuit", a ajouté l'un d'eux. "Ce matin, les gens sortent massivement autour de chez moi" contrairement aux jours précédents, a raconté un habitant du quartier de Ben Zvi, non loin de la Primature.

 


© AFP
Les soldats français ont repris les patrouille dans la ville de Bangui
Lundi et mardi, des pillages de commerces appartenant à des commerçants musulmans par des foules vengeresses ont suivi dans certains quartiers des opérations de désarmement menées par les soldats français. La mission de la France en Centrafrique est "dangereuse" mais "nécessaire" pour éviter "un carnage", a souligné mardi soir le président Hollande lors d'une courte visite à Bangui où il s'est recueilli devant la dépouille des deux soldats tués la veille. "Il était temps d'agir", a ajouté M. Hollande, venu d'Afrique du Sud, où il avait assisté le jour même à la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela. Dès son arrivée, il s'est recueilli devant les cercueils des deux soldats du 8e régiment parachutiste d'infanterie de marine de Castres (sud) à l'aéroport de la ville, où est basé l'essentiel du dispositif de l'opération française Sangaris, avec 1.600 hommes au total. Les soldats français ont pour mission de "rétablir la sécurité, protéger les populations et garantir l'accès de l'aide humanitaire" en République centrafricaine, pays livré au chaos et à une spirale infernale de violences inter-religieuses depuis la prise du pouvoir en mars 2013 par une coalition hétéroclite de groupes rebelles à dominante musulmane.

"Dynamique infernale de représailles"
Le président français avait notamment accusé l'ancien chef rebelle d'avoir "laissé faire" les massacres interreligieux. S'exprimant devant quelques journalistes avant cet entretien, M. Hollande s'est de nouveau déclaré favorable à l'organisation rapide d'élections pour stabiliser le pays : "À mon avis, on peut raccourcir au second semestre" de 2014 l'organisation des élections, prévues en principe début 2015, selon le calendrier de la transition, validé par l'Union africaine. L'urgence pour les militaires français semble désormais de contenir la vengeance des populations de la capitale, en très grande majorité chrétiennes, contre les ex-Seleka et la minorité civile musulmane qui y est associée. Frustrés d'avoir été désarmés et cantonnés dans leurs bases, beaucoup d'hommes de la Seleka sont de leur côté furieux d'avoir été privés par les Français de tout moyen de se défendre - avec leurs familles et leurs proches - face à la vindicte populaire.

En France, le Parlement français s'est réuni pour discuter de l'opération Sangaris, pour un débat qui ne fera pas l'objet d'un vote. Sangaris avait d'abord été présentée comme une intervention relativement rapide et à vocation essentiellement "humanitaire". Elle vise aujourd'hui, selon Paris, à désarmer tous les groupes armés, à moyen terme à ramener la stabilité dans un pays en totale décomposition et à organiser des élections libres. Très peu d'informations arrivent par ailleurs des provinces, coupées du reste du pays, où beaucoup redoutent de découvrir de nombreux cadavres dans la brousse. "Nous sommes dans une dynamique infernale de représailles", avec le spectre d'unmatch retour des milices d'autodéfense villageoises (chrétiennes) et de nouvelles tueries de la Seleka dans leur retraite vers leurs bastions du Nord, s'alarmait une source humanitaire. À la morgue de l'hôpital communautaire de Bangui, la Croix-Rouge a chargé une centaine de cadavres, enveloppés dans des linceuls blancs, où ils étaient conservés depuis les tueries de la semaine dernière, à bord de deux camions pour les inhumer dans une fosse commune.

 

 
MOTS CLES :

19 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Guérilla tchado-sélékas en gestation au Km5 et Miskine

Par justice

11/12/2013 16:07

INFOS URGENTES : l'Ambassadeur du Tchad en RCA vient de tenir une réunion criminelle avec les chefs Sélékas et le Chef Militaire tchadien de la Fomac. Ils ont conclu à l'urgence d'une guérilla urbaine dans la ville de Bangui qui va viser les troupes francaises. Les sélékas et les force tchadienne déguisées en civile en seront les fers de lance. Seule la chute de Djotodia, la neutralisation des sélékas et le retrait de forces tchadiennes de la FOMAC pourront ramener la paix en RCA, et éviter un imbroglio politique à Hollande.

@ mon compatriote JUSTICE

Par Nomzamo

11/12/2013 16:59

Merci pour cette info. Il est évident qu'il fallait sortir le tchad et les forces tchadiennes depuis le début de ce conflit. La france a fermé les yeux parce que c'est elle qui a mandaté le tchad pour "régler" le problème centrafricain (dixit une présentatrice de france24 au cours d'une revue de presse début mai 2013). Devant la gravité de la situation, la france est obligée de combattre sa propre créature séléka via le tchad. A force de jouer au pyromane, le feu doit aussi brûler la france.

Tous les Centrafricains qui ont participé à ce complot contre nos pays devront être jugés par un tribunal centrafricain ad hoc pour haute trahison, intelligence avec les ennemis ayant entrainée la destruction de notre pays.

Ca ne m'étonne pas,le gouvernement socialiste n'est pas clair avec ces gens, et ce sera toujours notre peuple qui va trinquer,parce que Déby les domine

Par marco

11/12/2013 18:13

Normalement tous ces chefs doivent etre arretés.Et je trouve que les journalistes parlent trop et donnent des idées à ces fous. Quand y avait la guerre de l'irak,les autorités américaines ont demandé aux journalistes americains de la fermer un peu pour ne pas mettre en danger la vie de leurs compatriotes. les journalistes français,on dirait des pies,c'est comme si à qui en sortira des énormes et même si quelqu'un leur parle d'un truc en off,les voila à se l'ouvrir. C'est ainsi qu'ils renseignent les fous de dieux qui avaient leurs frères en otage.
Si vous avez vu hier le fou du Ps,c'est comme si Déby lui a augmenté ses pourboires. Ils ne voient pas le jeu des sélékas déguisés en cicils mais avec la grande gueule pour accuser les autres. Vous vous rtendez compte,ce que les centrafricains ont vécu en 9 mois à peine un après midi,ils ont gouté à cela ils disent que c'est la france qui a amené le chaos,le chaos pour eux,c'est de les empecher de tuer et de piller et faire souffrir les centrafricains comme ils le faisaient. je comprends parfaitement la réaction des centrafricains. Quand les gens te racontent comment les selekas et leurs civils musulmans atterrisent chez des innoncents égorge 6 enfants d'une meme famille,se mettent-ils à la place de ces gens?
Le site seleka vient de nous chier un bien gros comme à leur habitude que les pro-bozizé veulent assassiner l'archeveque de bangui.Que ce sont les services secrets camerounais qui auraient vendus la mêche. mais si vous vous rappelez que quand Bozizé etait au cameroun,n'est pas djotodia qui envoyaient plein de ses hommes et des doumba pour tuer la bas? Je les crois capables d'utiliser des figurants courir cette rumeur pour se laver les mains et projeter eux -memes ce plan macabre. Ils sont tellement faux,qu'on ne oeut faire confiance à eux et sont capables avec leur chef déby de tout. regardez ,n'est ce pas eux qui nous annoncait des bandits rodant de l'avenue conjungo à x endroit et voilà qu'ils ont exécuté le Magistrat? Chers compatriotes ,priez bnotre archeque de ne prendre aucun risque car ces gens sont des faux. En occident même leurs imans ont de double langage,devant camera,ils sont des saints hommes,les journalistes viennent avec des cameras cachés,ce qui sortent de leurs bouches,c'est comme un chef bandit. Alors Monseigneur ,attention,meme les plus agés ne sont pas des sages,on a vu tellement de cas en Europe que vieux ou jeunes chez eux c'est pareille. C'est comme si Mentir n'est pas un péché,tu les surprendras la main dans le sac,ils te dnt,que ce n'est lui c'est toi le menteur.
Je ne comprends pas encore pourquoi l'armée tchadienne est encore à bangui. Hollande doit dsavoir le double jeu qu'ils font. Et lze epeuple est bien placé pour en parler et les rejeter. Et je m'attendais à ce que HOLLANDE DEMANDE à DJOTODIA de ne pas nous souler avec son histoire de securité présidentielle ou gendarmie ou plocice qui doit patrouiller et assurer la sécurité,car il est dit que il y a foutu ses tueurset ceux de Déby pour foutre la merde. De soldats corrects en apparence qui tuent en cachette. Si Hollande pense à la vie de ses hommes et de ce peuple qu'il a largeent ignoré et massacré pour satisfaire Déby,s'il pense qu'il ne peut assumer le devoir que lui confie l'onu sans céder à l'influence nocive de Déby,qu'il demande à l'onu de confier à une armée européenne mixte et sous commandement européen ou americain pour mener les choses dans le sens des interets du peuple centrafricain opprimé depuis par ces soudano tchadiens islamisres. C'est comme si Hollande s'occupe de centrafrique,un peu obligé par la prise de position américaine très compatissante des souffrances de ce peuple ,souffrances que Hollande ignore de voir depuis à cause de ses relations obscures Déby-djotodia,que ce même site seleka nous dit que c'est Djotodia qui aurait menacer l'ambassade de france de partir du pouvoir et chagement d'attitude de Hollande par ce que Djotodia nous a informé urbi et torbi que tres bonnes relations.rassuré de la confiance de Hollande. Centrafricains,créer votre comité de vigilance et demander le depart des tchadiens. on ne sait pas ce que Déby veut de notre peuple et pays et on ne sait quel pacte il a ces autorités françaises socialistes aux attitudes troubles. Si quelque chose arrive à l'archevèque c'est que Hollande à laisser faire. On lui dit depuis que ce djotodia est à l'école de déby et ce que les islamistes sont roublards et menteurs. il dit dissoudre séléka,ils sont encore plus voyants et brutaux,il dit qu'ils sont en caserne ,on apprend qu'ils mijotent des choses contre les habitants de miskine et km5. C'est comme cela qu'ils se comportaient pendant la guerre au tchad mais les sudistes ne les ont pas laissé avoir le dernier mot.
Un à arrêter est ce nourredine dont les hommes rapportent sur le site cité qu'il se gargarise d'avoir le plus grand nombre de brigands soldats en centrafrique et quand on sait que ce fou est l'homme de déby et que leur chef déby a placé le djotodia pour tromper les centrafricains et préparer l'etape superieur du charnier avec ce monsieur formé pour tuer les centrafricains?
Toutes ces libertés et entetement de ces bandits est la conséquence l'ambiguité du gouvernement français avec ces chefs dictateurs de la region et cette séléka. je vous dis ,si l'amérique ne s'était pas impliquée dans notre drame financière,materiellement et médiatiquement,la souffrance de ce peuple n'existera pas pour hollande et son ami socialiste qui fait les chaines de télévision pour défendre ces assassins meme quand il fallait qu'il la boucle alors que deux français soient tués. reflechissez,avait-il besoin de rencontrer ce djotodia non reconnu internationalement et qui bafoue tus les principes du droit?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués