DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

La CPI appelle à l'arrêt des violences en Centrafrique

Par Autres médias - 10/12/2013

Le communiqué est du bureau du Procureur de la de la Cour pénale international

 

Le procureur en chef de la Cour pénale internationale a appelé lundi à mettre fin aux attaques contre des civiles en République centrafricaine, a déclaré le Bureau du Procureur dans un communiqué publié lundi. "La dégradation de la situation de sécurité ces derniers jours a contribué à une escalade des meurtres, des violences sexuelles, du recrutement d'enfants soldats, et d'autres crimes graves dans tout le pays", a déclaré Fatou Bensouda dans ce communiqué. "La situation s'aggrave chaque jour et des milliers de civils fuient les violences", a-t-elle ajouté.

 


© africatime.com
Mme Fatou Bensouda
La juridiction de la Cour pénale internationale couvre tous les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et les génocides. Mme Bensouda a appelé toutes les parties impliquées dans ce conflit à cesser les attaques contre les civils et les autres crimes. "Les victimes de ces crimes ne pourront être passées sous silence", a-t-elle déclaré. La République centrafricaine a plongé dans le chaos depuis que les rebelles majoritairement musulmans du mouvement de la Seleka ont pris le pouvoir en mars, déclenchant des vagues successives de représailles des milices "anti-Balaka" formées par la majorité chrétienne.

La France a déployé quelque 1.600 soldats dans son ancienne colonie suite à la décision du Conseil de sécurité jeudi dernier d' utiliser la force pour aider les forces de paix africaines à restaurer l'ordre en Centrafrique.

 

 
MOTS CLES :

6 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Fatou ben machin, êtes-vous sortie de votre long coma?

Par Nomzamo

10/12/2013 18:39

Pour ceux qui en doutaient encore, voilà la preuve vivante que la Cour des Prédateurs Internationaux (CPI) est un instrument politique qui est activé en fonction des intérêts de la puissance concernée.
Elle serait un instrument de justice doto machin et toute la clique séléka seraient déjà depuis longtemps derrière les barreaux.
Honte à ces traitres ces marionnettes Africains qui servent ce système inique.

Cette marionnette est toujours à la recherche active des preuves pour inculper le vrai Président des Ivoiriens Laurent GBAGBO déporté par cette vermine française à l'a HAYE. Depuis, ces connards cherchent des preuves avec lampes torches en vain.

CPI = CRÉDIBILITÉ ZÉRO.

Fatou Bensouda accusée de subornation de témoins dans le dossier JP MBEMBA, la cour suspend l'audience de confirmation de charges

Par Nomzamo

11/12/2013 07:11



http://www.abidjantalk.com/forum/viewtopic.php?p=440884#440884

Des preuves contre la procureur, Bensouda, la Cour suspend l’audience
Mardi, 10 Décembre 2013 10:37
7 Commentaires
Envoyer



Retournement spectaculaire à la CPI -Cour pénale internationale. La dernière audience de l’affaire Bemba, vendredi 6 décembre, a été interrompue. Des accusations de subornation de témoins de la part de la défense à l’endroit de la procureur Fatou Bensouda ont fait que la cour a dû suspendre la séance. Séance tenante, Me Flamme, l’avocat belge de Jean-Jacques Mangenda co-prévenu avec Jean-Pierre Bemba, Fidèle Babala et Me Aimé Kilolo pour «subornation des témoins» a affirmé détenir copie d’une lettre d’un témoin à charge dans laquelle celui-ci réclame une rétribution à Bensouda après sa déposition.

Vingt-un autres témoins à charge ont apposé leurs signatures au bas de la correspondance en question. Graves accusations qui ont mis la cour dans l’embarras pour ne trouver d’issue que via une suspension de l’audience. Puisqu’il s’agissait d’une audience de confirmation des charges, le juge unique en a pris pour prétexte pour ne pas soumettre la question au débat. Il faudra attendre avril prochain pour que Bensouda s’explique là-dessus. Si les allégations de Me Flamme se confirmaient, c’est toute l’accusation contre Bemba qui s’écroulera. Donc, il y a encore de l’espoir pour tous ceux qui souffrent dans leur chair et dans leur âme de la détention à la CPI de l’une des personnalités politiques congolaises les plus redoutées du régime Kabila.
Selon des sources recoupées à Kinshasa et à La Haye, Bemba et consorts étaient mis sur écoute depuis mai dernier. Le 22 novembre denier, ces écoutes ont permis à Bensouda d’intercepter une conversation entre la défense de Bemba dans laquelle il était question de présenter, dans le plus bref délai, à la cour des preuves sur sa connivence avec des témoins à charge. Bensouda a alors fait une fuite en avant. «Elle s’est empressée de lancer des mandats d’arrêt contre avocats et membres de l’entourage de Bemba pour se prémunir», explique, depuis Hollande, un lieutenant bembiste très au fait de l’affaire.
Un fait est que Me Flamme n’avait pas l’air de plaisanter pour un avocat de si grande expérience au barreau de Gand. Il était sur le point de brandir la lettre lorsque la cour s’est réfugiée derrière des faux-fuyants pour sauver la mise à Bensouda, résolue à faire de ce procès une affaire personnelle comme son prédécesseur, l’Argentin Moreno Ocampo. «L’acharnement de l’accusation démontre que l’homme politique Jean-Pierre est victime d’un règlement des comptes au niveau de la communauté internationale», accuse un membre de la famille Bemba. D’où cette image caricaturale pour désigner la CPI comme la «Cour politique internationale». Déjà que celle-ci ne jouit d’aucune indépendance dans la procédure de mise en accusation actionnée depuis le Conseil de sécurité des Nations-Unies.
C’est donc Ban Ki-Moon le vrai patron, lui-même orienté selon les intérêts de ceux qui se font désigner avec arrogance comme les maîtres du monde.
En plus, elle ne jugera jamais un jour un ressortissant occidental selon la logique des puissances qui n’acceptent presque jamais que les leurs comparaissent devant d’autres tribunaux. Cas typique : l’affaire de l’Arche de Zoé pour laquelle Nicolas Sarkozy avait remué ciel et terre pour obtenir le transfèrement des prévenus français à Paris. Les Etats-Unis font mieux. Ils obtiennent d’abord l’immunité pour les marines auprès du pays concerné avant toute intervention militaire. (Lire ci-dessous le texte sur l’affaire connexe au procès JP Bemba).
MATTHIEU KEPA"

Elle est choisi pourobeir à des ordres occidentaux,pas une juriste

Par alphonse

11/12/2013 16:03

Voici ce que Calixthe Beyala disait de cette placée là aux services des Maitres. Si cette Dame était une juriste libre,chers frères africains ,elle aurait donné un autre dimension àla Cpi mais tous ces nègres africains à réputation internationale très cajolée par less maitres,ne sont choisis que par ce qu'ils n'ont aucune personnalité à manipuler à souhaits,regardez tiangaye chez,n'est pas Mandela qui veut.
calixthe beyala écrivait:
FATOU BENSOUDA, UNE TÊTE À CLAQUES !

C'est vrai que rien qu'à regarder sa tête de grosse cuisinière dans un domaine d'esclavagiste blanc, on a envie de la gifler.

Elle, c'est Fatou Bensouda, la soi disant procureure de la CPI, cette négresse esclave de maison, colonisée jusqu'à la cervelle et dont on voit de loin, qu'elle est de ceux qui adorent la servitude, de ces négrillons qui disent au maître alité "Nous sommes malades aujourd'hui, Missié !" Et elle s'y croit la Fatou dans sa robe de corbeau qui lui fait la silhouette d'une phoque !

Pourtant, pourtant Fatou Bensouda apparaît chaque jour un peu plus comme une pauvre chose, une Africaine au cerveau encerclé de chaînes, aux pieds liés, pliée sous le poids des coups de fouet donnés par le maître. Elle obéit au doigt et à l'oeil à tous les désidératas de ceux qui piétinent et avilissent l'Afrique. Il est à craindre qu'elle serait prête à brader son pays, à soumettre son peuple si l'Autre le lui demandait. Elle se montre aussi zélée qu'une ânesse folle, sautillant de droite à gauche, s'activant avec une telle fougue afin de recevoir l'approbation du colonisateur. Elle est prête à vendre son âme au diable et à ses cornes pour quelques pépites de chocolat par eux jetées, oublieuse que c'est sa terre natale qui produit le cacao.

notre Fatou BENSOUDA, grosse parce qu'emplie des restes d'une mauvaise soupe du maître, vient de jeter son dévolu sur Simone Gbagbo, une femme africaine hors pair, une extraordinaire militante, grande défenderesse de l'Afrique. Une insoumise ! Une rebelle ! Une femme de caractère ! Des qualités qui font hélas défaut à BENSOUDA.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués