SOCIéTé  |    

Tourcoing: la maire de Bangui témoigne sur la situation centrafricaine

Par Anne Courtel-lavoixdunord.fr - 09/12/2013

Elle est depuis quelques temps en France pour nouer des partenariats de développement alors que sa ville est le théâtre de violences

 

Catherine Samba-Panza a été nommée maire de Bangui en Centrafrique en mai dernier. Arrivée dans la ville de Tourcoing, dans le Nord de la France, elle rencontre les quelque quatre cents familles de la diaspora centrafricaine installées dans la métropole lilloise. Elle témoigne sur la situation de sa ville. Depuis mercredi, 4 décembre, Catherine Samba-Panza scrute les chaînes d’information pour avoir des nouvelles de Bangui, ville dont elle est maire. «Après mon départ, il y a eu une explosion de violences. J’ai mes collaborateurs, mes amis, ma famille au téléphone, ils sont terrés chez eux. Ils ne peuvent me dire ce qui se passe à l’extérieur.» Elle explique que des bandes incontrôlées ont semé la terreur dans une ville qui abrite 20 % de la population du pays. «La Seleka, qui a été pourtant dissoute, est aujourd’hui une alliance cosmopolite de groupes armés et de bandits de grand chemin. La République centrafricaine vit dans une spirale de violence depuis une vingtaine d’années.» Elle raconte avoir vécu «tous les conflits à Bangui depuis 1996. J’ai été menacée à plusieurs reprises. Le 24 mars 2013 (NDLR : jour de la prise de la ville par la Seleka), j’ai eu la visite d’une quinzaine d’hommes armés venus prendre de l’argent et des véhicules.» Pour Catherine Samba-Panza, les politiques hommes portent une lourde responsabilité dans le contexte actuel. «La République centrafricaine a toujours vécu en totale harmonie avec ses religions. Or des hommes politiques les ont instrumentalisées et il s’est créé une fracture dans la population. Il y a encore moyen d’y remédier.»

<div align="center"><iframe frameborder="0" width="640" height="360" src="http://api.dmcloud.net/player/embed/4f3d114d94a6f66945000325/52a356a99473997d3d396b87/5901d21f46d54fdbb7d42c4bc70a0146?exported=1"></iframe></div>

 

« Un regain d’espoir »
L’édile juge l’intervention militaire française indispensable. «On m’a dit qu’il y avait eu des manifestations de joie lors de l’arrivée des forces françaises à Bangui. Cela nous donne un regain d’espoir. Mais il faut se rappeler que, lors de la Seconde Guerre mondiale, les Centrafricains se sont mobilisés pour la France libre. Nous avons d’ailleurs beaucoup d’anciens combattants. Aujourd’hui, la France peut nous renvoyer l’ascenseur dans le cadre de la solidarité internationale.» Mais la maire de Bangui confie que le déploiement militaire français n’a pas été décidé en début de semaine. «Lors de l’assemblée générale de l’Association des maires francophones (AIMF) le 15 novembre, François Hollande m’a saluée et confié Tenez bon, nous arrivons ! Je ne sais pas si les troupes françaises vont se battre mais elles doivent rétablir l’ordre et la paix en s’appuyant sur l’État centrafricain.»

Penser à l’après-conflit
Et même dans un contexte très trouble où « l’ennemi » n’est pas clairement identifié, Catherine Samba-Panza est optimiste et pense déjà à l’après-conflit. «Et là, clairement, notre État n’a pas les moyens pour se relever.» Elle appelle à la coopération internationale dont la Centrafrique a jusqu’ici peu bénéficié, «alors qu’elle est développée au Sénégal, au Burkina Faso, au Mali… Aujourd’hui nous avons besoin de vous.» L’élue raconte qu’avant même les derniers événements, Bangui était confrontée à «d’énormes problèmes de sécurité» mais aussi d’infrastructures suite aux pillages de mars. «La structure municipale était complètement paralysée. Il y avait des problèmes d’assainissement, de santé, des amoncellements d’ordures qui bouchaient les canaux d’évacuation. Le risque d’épidémie est important. Des choses ont commencé à se mettre en place jusqu’aux événements actuels. Il faut remettre en place ces actions prioritaires!» Elle est dans le Nord - Pas-de-Calais pour nouer des partenariats mais n’a qu’une hâte : retourner à Bangui. Le vol est prévu mardi. «Ma place est là-bas auprès de la population. Je veux voir ce que je peux leur apporter…»

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Petite Collabo !

Par abou

09/12/2013 23:41

Accepter une nomination politique d'un Président putschiste criminel qui fait vivre a la RCA les pires momemts de son histoire n'est rien d'autre que de l'opportunisme criminel. Mme Samba-Panza vous ne l'emporterez pas au praradis. Honte a vous pour l'éternité.

Ca enlève tout merite à cette dame

Par Mangbéré

10/12/2013 17:38

Quand on est intelligent,on doit eviter que l'honneur et la recherche de biens prennent le pas sur des valeurs à défendre. Séléka tuait avant et en rentrant à bangui. L'acte citoyen était de décliner ce poste et attendre travailler avec des démocrates surtout que c'est une nomination,ce n'est pas une élection.Et mêmeavec une élection,on démissionnerait parce que cette valeur n'est pas représenter par la Séléka;
la mairie n' a pas eu un rôle de dénonciateur fort quand Séléka tuait chaque jour à bangui.La vie continue.Toutes ces collaborations donnent caution à ces barbares de se justifier sur un peuple. Mandela en prisant,les dirigeants de l'apartheid le soudoyait avec des offres contre son abandon de sa lutte,il a refusé préferer continuer de croupir en prison pour les valeurs auxquelles il croit. il va falloir que vous qui dites en centrafrique,je suis ceci cela arrive avec votre soi-disant connaissance des hommes et des femmes de valeurs et non l'ascension sociale. j'espère que mon intervention restera un peu longtemps en ligne pour réveiller nos frères et soeurs car certaines personnes sont protégés et les articles glissent rapidement en archives avons nous constaté

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués