NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Michel Djotodia, incapable de contrôler ses troupes

Par Heisenberg wallace - 09/12/2013

A Bangui, la tension reste palpable et le pays compte plus de 400 000 personnes déplacées

 

Porté au pouvoir par la coalition rebelle de la Séléka, Michel Djotodia fut investi président de la Républicaine centrafricaine en août dernier, en présence de deux chefs d’État africains, à savoir le Tchadien Idriss Déby et le Congolais Denis Sassou Nguesso, l’un en qualité de président de la Communauté économique de États de l’Afrique centrale (CEEAC), l’autre en tant que médiateur de la crise en Centrafrique. Au cours de cette cérémonie d’investiture, Michel Djotodia avait juré, «devant Dieu et devant la nation, d’observer scrupuleusement la Charte constitutionnelle de transition, de garantir l’indépendance et la pérennité de la République». Et d’ajouter: «Je vous affirme qu’il n’y aura plus de place pour l’impunité, car l’on ne saurait construire un État de droit sans la justice. A cet effet, tous les auteurs – et ceci sans exception – des crimes et délits seront systématiquement traduits en justice et sévèrement sanctionnés.» La prestation de serment de Michel Djotodia marquait le début d’une phase transitoire de 18 mois devant se conclure par l’organisation de nouvelles élections auxquelles il ne pourrait pas participer. «Je vais diriger la transition et à son issue, je m’en irai, applaudi», avait-il indiqué, en août.

<div align="center"><iframe src="http://www.wat.tv/embedframe/239974chuPP3r11007655" frameborder="0" style="width: 480px; height: 270px;"></iframe></div>

 

Seulement, avec la multiplication des violences, alimentant un cycle de représailles entre les ex-rebelles de la Séléka, désormais intégrés aux forces centrafricaines, et les milices d’auto-protection «anti-Balaka» et un État en déliquescence, la situation de Michel Djotodia est plus qu’inconfortable. Qui plus est, il donne le sentiment de ne rien contrôler. Pour le président Hollande, les choses sont claires: il doit partir. «Je ne veux pas individualiser la responsabilité (ne la crise centrafricaine, ndlr) mais on ne peut pas laisser en place un président qui n’a rien pu faire, voire même a laissé faire», a-t-il affirmé lors d’un entretien accordé le 7 décembre à France 24. «Nous en avons parlé avec les Africains qui se mobilisent, avec le Premier ministre (Nicolas Tiangaye, Ndlr) qui est issu d’une coalition de forces qui n’existent plus sur le terrain, l’idée a été, et je la soutiens, d’aller le plus vite possible vers des élections, avant 2015», a encore ajouté le locataire de l’Élysée.

Quant à l’opération Sangaris, qu’il a lancée le 5 décembre, le président Hollande a assuré que ses effectifs ne dépasseraient pas les 1 600 hommes. «Il n’y en aura pas davantage, cela suffira», a-t-il avancé, en précisant que des militaires français allaient être déployés à Bossangoa, ville qui, située à 250 km de Bangui, connaît des tensions interconfessionnelles. Par ailleurs, le chef de l’État a estimé que Sangaris pourrait «aller assez vite», c’est à dire environ «6 mois». Et, a-t-il ajouté, elle «ne devrait rien coûter» à la France puisque «l’Europe va assurer pour 50 millions d’euros le financement de cette opération». Sauf que, si le président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, a bien évoqué une somme de ce montant, il a toutefois précisé qu’elle servirait à financer la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), la force panafricaine déployée sous l’égide de l’Union africaine (UA). À moins que d’autres fonds aient été prévus…

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Djotodia le nullard

Par Pilipili

09/12/2013 12:50

François Hollande a dit haut ce que tous les centrafricains lambda souhaitent et veulent depuis longtemps. C'est le langage que les leaders politiques centrafricains devraient exprimer depuis longtemps si réellement ils aspiraient à gouverner ce pays pour le bien-être du peuple. Et manquant de couilles dures, à l'exception de Nguerekata, ils sont entrés dans leur coquille pour avaler la couleuvre. D'autres comme Ziguélé et Tiangaye portent le cynisme contre le peuple jusqu'à soutenir Djotodia qui massacre le peuple depuis près d'un an déjà et qui continue à le faire à travers ses hommes.
A la suite de François Hollande, tous les centrafricains, en dehors des gens corrompus et des politiciens fantoches et démagogues comme Ziguélé, Pouzere, Tiangaye, Binoua, Ndouba, Nguendet, Demafout et autres, doivent avoir comme slogan, "on ne peut pas laisser en place un président qui n’a rien pu faire, voire même a laissé faire". Tous ces politiciens de pacotilles doivent se retrouver solidairement devant la CPI.

Des le Début Djotodia faisait passer ce discours,qui revient souvent,c'est depuis les pillages,puis les affaires de Boyrabe,boeing,puis bossangoa et d'autre provinces que Hollande devait tenir ce discours,attendre que ce sanguinaire et ses copains enlèven

Par kota

09/12/2013 15:18



AH aaaaaaaaaaaaa,ooooooooo Ndouba,pourquoi n’as-tu pas coaché ton brute avant de le lâcher aux journalistes occidentaux ? Il parle comme un ancien combattant. Vraiment un personnage brute ,sans finesse,Idi Amin fera mieux que lui.Vous avez entendu sa réponse ? Il ne mesure ou ignore les responsabiltés d’un chef d’Eta pour lui c’est normal parce que ce n’est pas lui. Mais vraiment qu’est ce qu’on nous fait avec cet idiot ? Il ose dire je ne peux contrôler que ceux que j’ai amenés,je ne suis pas Dieu,je suis un humain comme vous. Il veut le poste et ignore les obligations qui accompagne le poste ? Il répond comme un chef banfdit pris en flagrand délit. Franchement,notre pays vaut mieux.
Quand tu vois que tu ne peux faire quelque chose,tu jettes l’éponge pourquoi s’y accrocher si tu es impuissant,que tu ne sois l’homme qu’il faut comme ziguélé en a trompé le monde entier.
Si ce Président en chiffon se souciat plus du peuple que ses affaires familiales dans ce chaos qu’il entretient avec ce discours pour permettre à leur groupe uni prospère dans leur projet d’extermination du peuple centrafricain avec la complicité de Déby qui serre à l’extérieur auprès ds autorités françaises pour trainer leur laissant le temps d’achever leur plan. Il fait semblant que personne ne l’écoute,c’est faux ils se sont partagés les taches,la preuve quand on le presse un peu,ils leur parle et ils l’écoute quand même.
QC’est un menteur de premier ordre,s’il trouve qu’il ne contrôle rien pourquoi ne demandait-il pas à la communauté de mettre en etat de nuire ses Nourredine et le reste entretenus par Déby,au contraire il validait lesplan de déby avec les autres et quand ils commettaient des exactions,leurs stratégies de menteurs ,ce sont les éléménts de Bozizé jusqu’à ce qu’ils se sont rendus compte que les centrafricains ne sont pas aussi cons que leurs politiques de la recherche à manger tiangaye,binoua ,kodengue et autres qui reprennent en cœur. Ce type est un danger publique au même titre que ses copains chefs de gagng qui se déguisent en soldats. Quels soldats pour quel peuple. Certains sont bons pour l’asile de malades mentaus tellement drogués par Déby et Nourredine,d’autres en prison. Regardez,hier il disait remettre kony. C’est fou comme leur maitre déby. Il ose dire que la misca vient les appuyer qui ? Son armée qui ne protège personne sinon les musulmans ? Il a écarté Binoua son chiot pour bien transferer ses assassins dans la police et la gendarmerie avant que l’armée française ne vienne. Ce type est faux,il joue la victime pour bien nous avoir ,heureusement nous ne sommes pas cons,tout le monde n’est pas tiangaye. Si on était tiangaye ,ziguélé ou doleguele et ces opportunistes politiciens,Djotodia et séléka nous auraient déjà tuer tous au nom des elements de Bozizé,leur mensonge rodé. Ils ne sont pas soldats au service d’un pays ,au service d’un peuple,ce sont des soldats musulmans pour les musulmans,ils sont comme cela la logique républicaine leur échappe,faut pas se faire avoir. L’ambassadeur américain est très lucide et les voit venir c’est pourquoi il demandait leur sortie totale de tout rang armé. Ce n’est que logique,on les a vu réagir avec le peuple,avec des comportements qui ne sont pas dignes de soldats d’une nation. Une milice n’a jamais fait une armée.Il va falloir vider ce grenier de la police et de la gendarmerie centrafricaine de ces mauvaises graines,sans cela ils perpétueront le faux jeu des soldats tchadiens dans le fomac et surtout veiller sur nos frontières. Et franchement avec leur passé comment inclure de tels sanguinaires dans un etat avec ce meme peuple ?Surtout la misca doit desarmer KM5 et tous ces eleveurs tchadiens qui sévissent en centrafrique,que des détecteurs de métaux parcourent leur maison et cour. Ils ont sacrifié des peuls qui ne sont pas les leurs pour roublardise infinie. Vous vous rappelez de fausses femmes allongées dans la rue soi disant blessées par les soldats de gbagbo astuce qui a permis d’enfoncer gbagbo,c’est cela que le dracula déby leur a conseillé pour se victimiser et en profiter pour tuer au maximum les centrafricains avant l’arrivée des français. Ce ne sont pas leurs soldats bouchers dressés par déby et ces chefs de guerres qui ont cette idée mais les chefs cerveaux et leur parrain Déby qui pense que le voyage à paris lui servira d’excuse. Ces moutons de soldats quand les chefs leurs balancent leurs mensonges ficeles :les centrafricains ont tué les musulmans et les lachent comme des chiens en chasse,ca a donné ces morts qu’on a eus.Et c’était bien planifié,car ils ont extirpé tous les musulmans dans les quatiers mixtes avant de tuer les autres. Et Avez-vous vu des gens en danger de combat trouver le moyen de piller,voler ? Ils savent ce qu’ils faisaient,ils savent que les anti balakas ont bien chicotté leur adversaires malgré l’appui massive de soldats français et ont stoppé leur progression parce qu’on le leur a demandé,pourquoi toute cette mascarade pour tuer des centrafricains pour rien et avoir calmement le temps de piller quand on est supposé chercher des ennemis dangereux. Centrafricains,ne vous laissez pas abuser,les crimes ont été pensés ;;anti-balaka ou non,ces assassins passeraient à l’acte.
Monseigneur,vous etes un homme de dieu, nous aimons votre grande sagesse,nous vous aimons bien mais le pardon c’est un acte réligieux et individuel,chacun l’apprécie selon le dégré de sa foi. Nous sommes ou cherchons à vivre dans un Etat de droit. Le pardon dans un cadre qui veut se referer au droit ,ne peut venir qu’après une purge de peine et la reconnaissance par l’individu accuse des actes commis comme crimes et le pardon des victimes viendra ou pas ,mais il aura compris et fait la difference entre ce qui est bon et mauvais. On ne peut continuer dans des pardons infinis,ce sont ces pardons du passé qui nourrissent ces vices. Il faut traiter le mal pour en finir,seul la justice saura nous amener le pardon. Pour djotodia,La question ne devait meme pas se poser,ce président sanguinaire de rebelles devrait etre démis de là où il trone,il se bat à y rester pourquoi? S'il est démocrate,il sait que 95 pour cent des centrafricains moins 1% de traites ne l'approuve pas. Les5% qui ramassent leurs acolytes des pays voisins s'installant chez nous pour dire qu'ils sont10% etc,qu'ils apprennent la démocratie ,c'est la majorité plus 1 qui qui s'applique et non le contraire. c'est au tchad que cette notion n'existe pas pour Déby et utilise des guerre pour s'imposer. Les portes à portes pour tuer c'est le modèle tchadien pendant les guerres qui avaient sévit au tchad contre les sudistes qui ne s'étaient pas laisser faire,mais abandonné comme nous au bon vouloir du sanguinaire du Palais Rosera purger une peine qui lui montrera à l’avenir ce qui est bon et mauvais. On ne peut continuer avec des pardons,ce sont ces pardons qui nourrissent ces vices répétitifs en centrafrique. Pour une fois essayons de traiter le problème moins légèrement

Monsieur Djotodia je vous disais que toute chose à un début et une FIN ce n'est que le commencement de la FIN de votre éphémère règne puis ce serait à la CPI.

Par sorokaté

09/12/2013 15:39

Le président parvenu, le nullard de tous.
Hier il niait que la seleka n'a pas d'armes et ne commettent pas d'exactions, aujourd'hui il accepte que sa seleka puisse regagner la caserne chose qui était impossible pour lui au début.

La même France qui l'a aidé est contrainte parce que monsieur Djotodia est une erreur de choix.
Le peuple en a payé avec du sang coulé à flot, des morts du jamais vu dans notre HISTOIRE Centrafricaine. Pour quoi aller recruter des mercenaires?
Quant aux traîtres et complices: Ziguélé,Eric dit Massi Nersi, Doleguele, Ndouba, Koudegué, Nguéndé, Kodégué, Demafouth le caméléon et autres la JUSTICE les rattrapera.

Tous les politiques Centrafricains sont des traîtres auxiliaires du néocolonialisme honte à eux. HONTE
Ils garderont leurs têtes dans leurs culottes ces politicards traîtres.

Notre malheur vient d'eux ces politicards.
Dieu les punira tôt ou tard ici bas.
Le peuple les attend au moment venu.
Djotodia l'assassins criminel des Centrafricains. Tu vas mourir en prison.

Qui cherche trouve et qui trouve assume.
Président éphémère et menteur patenté.

Centrafricaines, Centrafricains soyons vigilants nous devons noncer tous ceux qui sont complices avec la seleka.
Aucun élément de la seleka ne doit plus rester en RCA.
Centrafricainement,
Sorokaté Alias domzan bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués