INTERVIEW  |    

Pierre Servent: «La France devra rester pour stabiliser la situation» en RCA

Par francetvinfo - 06/12/2013

Cet expert en stratégie militaire et spécialiste des questions de défense, précise en quoi consiste le mandat donné par l'ONU à la France

 

Quelle est la mission des 1 200 soldats français mobilisés ?
Il s'agit d'abord de sécuriser la situation qui, on le voit, bascule dans la violence à Bangui. Les marsouins (troupes de la marine française) ont coutume de dire que lorsqu'on dispose une A52 – une mitrailleuse – au coin d'une rue, cela dissuade les fauteurs de troubles à plus de 50 km à la ronde. J'espère qu'il en sera ainsi.

Les Français vont devoir très vite désenclaver la capitale et les zones habitées. La population attend avec impatience de quoi se nourrir sans être rackettée. La réouverture des petits commerces est un véritable enjeu. Il faut également désarmer ceux qui font le coup de feu en ce moment. Bref, il s'agit de redonner un sentiment de paix et de permettre le début d'un processus politique dans un pays totalement déstructuré.

Si au contraire les évènements devaient sombrer dans une violence généralisée, la protection des ressortissants français et de la communauté internationale deviendrait évidemment l'urgence du moment.

Quelle situation attend les soldats sur le terrain ?
La situation n'a rien à voir avec celle du Mali. En Centrafrique, pas de djihadistes ni de troupes organisées, mais plutôt ce qu'on appelle des "coupeurs de route", des bandits de grand chemin très violents. En se montrant dans les rues, les Français devraient obtenir rapidement un effet dissuasif à l'égard de ceux qui se livrent à des exactions.

Mais on peut s'interroger sur la nature exacte des violences actuelles à Bangui. S'agit-il de règlements de comptes avant la mise en œuvre effective de la force française ? Ou s'agit-il du début d'un embrasement entre chrétiens et musulmans qui pourrait annoncer un déferlement de violence anti-musulmans dans tout le pays ? Nous devrions très vite le savoir.

 


© pierrebayle.typepad.com
Pierre Servent
Comme à chaque intervention, la question se pose : y sommes-nous pour longtemps ?
Oui, très certainement. Certes, la France a dit à l'ONU qu'elle se retirerait dans six mois si une force de Casques bleus était envoyée, mais je sais par expérience depuis vingt ans que c'est rarement le cas. Nous agissons pour l'heure dans le cadre d'un principe de volontariat avec à nos côtés d'autres troupes africaines. Nous ne sommes pas sous la bannière des Casques bleus.

Donc oui, la France devra rester longtemps pour stabiliser la situation, aider à l'émergence de figures politiques pour l'heure presque totalement absentes. Nous devrons même nous constituer en force d'action rapide pour prévenir tout débordement. Vous le voyez, cette opération n'a rien à voir avec le feuilleton 24 heures chrono.

Comment l'armée française est-elle perçue sur place ?
Les troupes françaises n'ont pas à entrer en conflit avec l'une ou l'autre des parties en conflit. Souvent, sur ces territoires, nos troupes sont mieux perçues que les armées africaines. Et cela n'a rien à voir avec le pseudo-néocolonialisme qu'on dénonce souvent. En fait, les conflits qui opposent les uns et les autres en Afrique ont la vie dure. La mémoire de ces guerres est bien plus vive que la rémanence coloniale. Concrètement, cela veut dire que les populations sont plus rassurées en nous voyant qu'en croisant un uniforme d'une armée voisine.

Autre question récurrente : avons-nous les moyens d’intervenir ?
La France consacre 31,4 milliards d'euros à sa défense. En 2004, 15 000 soldats se trouvaient à l'extérieur du pays, aujourd'hui, ils sont entre 6 000 et 7 000. Nous avons, en tout, une force de 66 000 hommes projetables. N'étant pas sous le mandat des Casques bleus, nous devrons largement payer par nous-mêmes cette opération. Mais, malgré les restrictions budgétaires, nous sommes parfaitement capables d'organiser ce type d'intervention. On pourrait même refaire ce que nous avons fait en Libye, y compris au sol.

 

 
MOTS CLES :

25 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Actuellement djotodia tue,il faut réagir à l'instant ce vendredi meme pour lui dire la vérité au lieu de caresser Déby qui transformes ses soldats en seleka officiel actuellement

Par josette

06/12/2013 16:38

Vous parlez Djotodia est entrain de défier le discours du Président français ,la misca et l'onu et organise des assassinats dans des quartiers. Le peuple centrafricain en a marre:
lisez http://www.centrafriquelibre.info/, et les commentaires de titres 2 sur l'intervention de l'armée française.
il faudrait un fichage biometrique de tous ces seleka etc et demains où qu'ils iront pour redevenir tchadiens soldats de déby ou soudanais la verité des empreintes les rattrapera. Les soldats tchadiens sont revenus par la petite porte,en plus des mercenaires et bras communautaires du km5.

Par contrainte la France est obligée de faire un peu de ménage en RCA

Par Sorokaté

06/12/2013 17:16

"Pierre Servent: « La France devra rester longtemps pour stabiliser la situation » en RCA
Par francetvinfo - 06/12/2013

Cet expert en stratégie militaire et spécialiste des questions de défense, précise en quoi consiste le mandat donné par l'ONU à la France


Quelle est la mission des 1 200 soldats français mobilisés ?
Il s'agit d'abord de sécuriser la situation qui, on le voit, bascule dans la violence à Bangui. Les marsouins (troupes de la marine française) ont coutume de dire que lorsqu'on dispose une A52 – une mitrailleuse – au coin d'une rue, cela dissuade les fauteurs de troubles à plus de 50 km à la ronde. J'espère qu'il en sera ainsi.

Les Français vont devoir très vite désenclaver la capitale et les zones habitées. La population attend avec impatience de quoi se nourrir sans être rackettée. La réouverture des petits commerces est un véritable enjeu. Il faut également désarmer ceux qui font le coup de feu en ce moment. Bref, il s'agit de redonner un sentiment de paix et de permettre le début d'un processus politique dans un pays totalement déstructuré.


Quelle situation attend les soldats sur le terrain ?
La situation n'a rien à voir avec celle du Mali. En Centrafrique, pas de djihadistes ni de troupes organisées, mais plutôt ce qu'on appelle des "coupeurs de route", des bandits de grand chemin très violents. En se montrant dans les rues, les Français devraient obtenir rapidement un effet dissuasif à l'égard de ceux qui se livrent à des exactions.

Mais on peut s'interroger sur la nature exacte des violences actuelles à Bangui. S'agit-il de règlements de comptes avant la mise en œuvre effective de la force française ? Ou s'agit-il du début d'un embrasement entre chrétiens et musulmans qui pourrait annoncer un déferlement de violence anti-musulmans dans tout le pays ? Nous devrions très vite le savoir.



© pierrebayle.typepad.com
Pierre Servent
Comme à chaque intervention, la question se pose : y sommes-nous pour longtemps ?
Oui, très certainement. Certes, la France a dit à l'ONU qu'elle se retirerait dans six mois si une force de Casques bleus était envoyée, mais je sais par expérience depuis vingt ans que c'est rarement le cas. Nous agissons pour l'heure dans le cadre d'un principe de volontariat avec à nos côtés d'autres troupes africaines. Nous ne sommes pas sous la bannière des Casques bleus.

Donc oui, la France devra rester longtemps pour stabiliser la situation, aider à l'émergence de figures politiques pour l'heure presque totalement absentes. Nous devrons même nous constituer en force d'action rapide pour prévenir tout débordement. Vous le voyez, cette opération n'a rien à voir avec le feuilleton 24 heures chrono.

Comment l'armée française est-elle perçue sur place ?
Les troupes françaises n'ont pas à entrer en conflit avec l'une ou l'autre des parties en conflit. Souvent, sur ces territoires, nos troupes sont mieux perçues que les armées africaines. Et cela n'a rien à voir avec le pseudo-néocolonialisme qu'on dénonce souvent." .....................

Ha oui..les choses se précises maintenant,

Monsieur Pierre Servent l'expert de son état soit de formation cogite déjà sur la durée des troupes Française en RCA, selon lui, les six mois(6) sont insignifiants ,il leur faut une sédentarisation de la France en RCA pour ramener la paix en Centrafrique. qu'est ce je comprends par là, le tour est joué, l'armée Française qui avait plié bagage au temps du président feu A.F.PATASSE aujourd'hui par biais de son produit fini seleka est revenue en sauveur de la RCA.

Dans son analyse monsieur l'expert, a toucher de manière lapidaire le mot" néocolonialisme" de la France en AFRIQUE.
Nous ne sommes pas dupes. De nos jours les données ont changé les informations ne sont plus l'apanage de soit disant gouvernants pour mater leurs gouvernés.
Ce n'est plus un secret de polichinelle, comment les anti balaka à la veille du mandat octroyé par l'ONU à la France puisse marcher sur Bangui faisant des dégâts matériels et humains colossaux?

Je suis tenté de dire que la crise en RCA est planifiée par la France avec nos politicards afin d'avoir le contrôle du pays car les CHINOIS sont de plus en plus visibles avec leur politique de partenariat jugée convaincante en AFRIQUE.
Je doute fort que le délais octroyé à l'armée Française en RCA six mois est un tremplin qui débouchera sur une sédentarisation.

A mon humble avis , j’aurais souhaité la non participation de la France à cette mission de sécurisation et de protection du peuple Centrafricain, la France qui, au début s'est désintéressée de la crise Centrafricaine devait faire don de ses moyens logistiques et financières à la MISCA.
Ma crainte se situe aux prochaines élections présidentielles pour ne pas voir un président bien raffiné par la France à la tête de mon pays la RCA comme de coutume.

Oui il est bien vrai que nous avons besoin urgemment d'une intervention étrangère puisque l'état de droit n'existe plus en RCA depuis trois décennies pour ne pas parler du 24 Mars 2013 où la RCA est transformée en véritable JUNGLE, nous devons doubler de vigilance à qui faire la confiance. Et pourtant la RCA est convoitée par plusieurs pays puissants au monde les quels nous avons contracté des traité de coopération qui, éventuellement peuvent nous soutenir dans ces moments difficiles. Mais il faut encore contourner notre éternelle gendarme la FRANCE.

Je suis consterné par des pertes humaines ignobles suite au coup d'état constitutionnel survenu le 24 Mars 2013 qui perdure toujours. Finalement à quoi sert-il ce coût d'état? ce coup d'état est-il nécessaire?
Quel sort est réservé aux victimes de ce coup d'état? quant aux coupables la( seleka) resteront-ils impunis?
D'ailleurs des complices du malheur Centrafricain s'activent déjà pour une éventuelle conference nationale dans le but protéger les agresseurs de la nation CENTRAFRICAINE.

Le future nous en dira plus.
Qui sème le vent récolte la tempête. Tout se paie ici bas, toute chose à un début et une FIN.
Wait we see.
Sorokaté Alias Domzan bene.

Nourredine ,djotodia mettent le paquet en tuerie et en programmme

Par Mangbéré

06/12/2013 17:26

Tous ceux qui connaissent des personnalités exterieures doivent sensibiliser sur la roublardise de déby et djotodia. Les tchadiens tuent encore et sont encore bien present en centrafrique et participent aux assassinats. Comment concevoir que une armée que djotodia a qualifié pour tromper son monde armée republicaine se pointe hier devant l'hopital de l'amitié et refuse tout transfert de blessés hommes etdit à la croix rouge qu"ils ne laissent passer que des morts. et ont fait la tournée des chambres pour tuer les blessés hommes? Ils ont continue ce matin vers castor et embete les quartiers qu'ils ont toujours embeter.quand ils organisent une sécurisation c'est comme vous avez vu c'est pour faire sortir les musulmans et tuer ce qui y reste,c'est maintenant que ces musulmans doivent dire que nous ne sommes pas des combattants comme les autres vilis maissés là au lieu de cela,vous entendez bien leur discours. c'est le pays de tout le monde. j'ai des parents qui vivent depuis au gabons,ils ne se disent pas gabonais et n'embetent pas les gabonais. Vous allez chez les autres,vous ne les aimez pas et y amenez tous les mots. Quel dieu priez vous? les coupeurs de route c'est vous,regardez le cameroun,le phenomène de coupeur de route n'est que très developpé que là où les gens qui pratiquent votre réligion sont majoritaires. Le premier phenomène de coupeurs de route,ce sont les votres. A cause de vous et comportement certains en europe commencent à poser la question de la remise en cause de droit de sol. En france meme pour devenir français,les gens sont soumis à texte et imposable à l'impot aussi bien pour le sejour que pour la démarche de nationalité.Les vrais musulmans centrafricains sont des centrafricains avec des idees centrafricaines,vous etes venus polluer ce monde. Avant les boeufs venaient à bangui sous bokassa dans des camions,vos histoires de transhumance que le prochain gouvernement doit interdire cela. chacun fait praire chez lui. quel est cette façon de traverser des frontières de gens et venir chercher des histoires? Vous circulez dans tous ces recoins et c'est vous qui guidez ces assassins sur la populations. que l'etat fasse ds coins succeptibles de campement pour nos boboros et tout centrafricains doit le savoir et ceux qui traversent des frontières et cherchent des problèmes restent chez eux, ils livrent en camion et rentrent en avion pour mieux controler leur retour et bien surveiller la frontière avec le tchad. Car Déby a fait semblant de retirer ses soldats alors qu'il en a prepare un grand nombre qui sont rentrer foutre la pagaille et le feront encore si vous vous taisez comme ces nullards de politiciens à commencer par tiangaye,ziguélé et doleguele qu'on entend plus. ndouba parlait d'autisme par rapport à quelqu'un mais eux tous politiciens sont devenus autistes en plus grave

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués