NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique : la MISCA à Bangui en fin de semaine prochaine

Par Xinhua - 29/11/2013

Dotée de 3.652 militaires et civils, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique prendra la révèle de la Force multinationale de l'Afrique centrale

 

Selon les informations, d'ici la semaine prochaine ils seront déjà là, a déclaré le colonel Michel Narkoyo, ex-porte-parole militaire de l'ex-rébellion de la Séléka (au pouvoir) aujourd'hui patron de la gendarmerie nationale joint au téléphone après une patrouille dans la capitale de la République centrafricaine (RCA). Ainsi que le décrivait Nicolas Tiangaye, Premier ministre du gouvernement d'union nationale et de la transition de ce pays pauvre et enclavé d'Afrique centrale, dans son discours à l'ouverture de la 68e Assemblée générale des Nations Unies en septembre à New York, la MISCA est une opération destinée à participer à la sécurisation, la pacification et la protection des populations civiles.

 


© onutogo.org
la MISCA à Bangui en fin de semaine prochaine
Elle devra prendre le relais de la Force multinationale d'Afrique centrale qui s'est révélée incapable et impuissante à jouer ce rôle depuis plusieurs années, dans un contexte extrêmement difficile de dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire depuis la prise du pouvoir le 24 mars de Michel Djotodia et l'ex-coalition rebelle de la Séléka. Pour l'essentiel, les pays de la Communauté économique et moné taire de l'Afrique centrale (CEMAC), à savoir le Cameroun, le Congo, le Gabon et le Tchad, qui apportaient déjà leur appui à la mise en place de la FOMAC, seront les principaux contributeurs de cette force que Nicolas Tiangaye souhaite voir dotée d'un mandat clair et ferme du Conseil de sécurité de l'Onu, compte tenu de l'échelle de violences, de l'étendue des dégâts. Autre pays d'Afrique centrale, le Burundi a promis l'envoi d'un bataillon de 450 hommes pour la composition de la force dont l'opérationnalisation sera renforcée par un millier de troupes supplémentaires françaises, en plus des 410 déjà présentes dans ce pays où la France compte notamment une base militaire à l'aéroport de Bangui M'Poko issue d'anciens accords de défense avec son ex- colonie.

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

COMPLICE ET VOLEUR

Par sagèsse

29/11/2013 13:51

Djotodia a prévenu ses criminels de l'arrivée imminente de la misca et de l'armée française c'est pour cela qu'ils se dépèchent de finir le pillage et le néttoyage ethnique avant que ces forces n'arrivent. j'èspère que les frontières seront fermées afin qu'ils( Djotodia et ses complices ) ne quittent pas le pays sans etre juger.

Et pourtant l'armée française est là avec la séléka depuis le début...

Par Nomzamo

29/11/2013 18:35

de cette guerre. L'armée française a participé à l'installation des séléka avec à leur tête doto machin, président des musulmans vivant en RCA (cf sa lettre à la conférence islamique en arabie saoudite).

Voici les images des soldats français, des cons-eillers civils français, de doto machin avec sa femme et des traitres centrafricains, des sélékas dans leur pick up au sein de la Présidence Centrafricaine le 24 mars 2013.

"http://www.journaldebangui.com/galerie.php?gid=138
Complicité avec les forces étrangères aux premières heures de la victoire de M. Djotodia"

Ne faites pas semblant de nous dire que l'armée française est étrangère à l'installation des ces sauvages. Les soldats français sont obligés de se démarquer de leur camarade séléka avec l'arrivée des troupes africaines (MISCA). Le reste relève d'une escroquerie intellectuelle, d'une manipulation. Même les petits enfants en RCA savent quel rôle ont joué les soldats français en RCA.

Djotodia, Tiangaye et Ziguélé doivent être poursuivis

Par Pilipili

29/11/2013 19:06

Tous ceux qui ont apporté la mort, la souffrance, le viol, les vols, les destructions et l'humiliation et la désolation en Centrafrique doivent être arrêtés et jugés. Il s'agit des responsables directs de cette catastrophe, à savoir Djotodia et ses hommes (Nouredine, Ameth Saleh, Narkoyo, Arda Hakouma, le faux blanc Massi, Daffane, Gazambeti etc) et les complices qui nous ont déshonorés (Tiangaye, Ziguélé, Ndouba, Sendé, Djoubaye, Djono, Mamour, Binoua, etc). Une pétition doit être lancée à cet effet pour que justice soit rendue aux centrafricains qui ont tout perdu.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués