NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique : le déploiement de la MISCA vivement attendu

Par Xinhua - 29/11/2013

Le gouvernement affirme attendre l’arrivée de cette mission sous mandat de l'Union africaine, pour aider au redéploiement de l'administration

 

Depuis l'aggravation du climat sécuritaire et humanitaire suite à l'arrivée au pouvoir de l'ex-coalition rebelle de la Séléka, dirigée par l'actuel chef de l'Etat de la transition en République centrafricaine (RCA), les services administratifs, sanitaires et scolaires ont été abandonnés par les fonctionnaires et agents de l'Etat dans bien des localités de provinces du pays. Par exemple, les hôpitaux publics de Bria, Paoua, Carnot, Kabo, Batangafo, Ndélé, Zémio, Boguila et Bossangoa et une quarantaine de centres de santé centrafricains sont aujourd'hui gérés par Médecins sans frontières France (MSFF), selon Albert Caramés, chargé des affaires humanitaires de cette ONG internationale qui fournit à la population en détresse une assistance sanitaire. Les moyens de l'Etat ne permettent pas de supporter toute la situation du pays, a indiqué à Xinhua Guy Simplice Kodégué, porte-parole de la présidence, un aveu qui est celui de l'impuissance du nouveau pouvoir de Bangui à ramener la paix et la sécurité dans un pays qu'il a contribué à mettre en coupes réglées et enfoncé dans une grave crise sociopolitique sans précédent.

 


© Autre presse
le déploiement de la MISCA vivement attendu
Du coup, assure l'ex-porte-parole de l'ancien président Ange-Félix Patassé (renversé en mars 2003 par le chef de l'Etat déchu François Bozizé), le déploiement de la MISCA dont le début d'opération est annoncée pour les prochains jours, nourrit des espoirs pour permettre la restauration de l'Etat grâce notamment au redéploiement de l'administration. De manière générale, ces attentes sont exprimées pour la sécurisation et la pacification du territoire centrafricain, car, note en outre M. Kodégué, il manque cruellement des moyens logistiques de manière à permettre la prise en charge des forces de l'ordre et de sécurité en nombre très insuffisant. Composée de 3.652 militaires et civils, la MISCA, qui devrait être dotée d'un mandat fort pour faciliter le désarmement des groupes armés dont l'ex-rébellion de la Séléka elle-même, a été décidée pour prendre le relais de la Force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC) présente dans le pays depuis plusieurs années avec un rôle limité à l'interposition. Elle sera commandée par le général congolais Jean-Marie Mokoko.

 

 
MOTS CLES :

11 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Hà les traitres kodegué commence à ouvrir les yeux alors que lui ses complces tiangaye et cie ont refusé d'admettre cette trsite réalité.

Par Nomzamo

29/11/2013 15:19

Merci à Xinhua qui fait du journalisme et non pas de la PROPAGANDE comme ces laquais gaulois qui ont fermé hier les yeux sur la situation en RCA et qui se réveillent parce l'empire gaulois en déclin lance une expédition coloniale en nous répétant tels des perroquets: la france face au chaos centrafricain, la france veut intervenir pour mettre fin au chaos centrafricain, le chaos centrafricain etc... Si vous parcourez tous les médias gaulois, les mots "chaos centrafricain" sont servis à toutes les sauces.
Kodégué qui mentait comme un arracheur de dents est obligé de reconnaître l’impuissance de toute la clique au pouvoir: doto machin, tiangaye, nguedet, ndouba, sende, et cie.
Le temps est l'ami de la vérité. Quelle déchéance pour la RCA?

"Normal" que les moyens de l’État soient limités dans la mesure où selon des témoignages de nos compatriotes travaillant aux Impôts, les musulmans qui ont financé la séléka refusent de payer leurs impôts. Quand ils sont appelés, ils disent qu'ils sont au camp de roux avec le phacochère (en clair, ne me demander pas de payer les impôts). Pour eux, le refus de payer les impôts est considéré comme un retour sur investissement par rapport au financement des sélékas.
Que le camp de roux est rempli des nattes de la famille du phacochère est transformé en mosquée ETC...

Voilà ce que les traitres centrafricains ont permis d'installer dans notre pays.




"Les moyens de l'Etat ne permettent pas de supporter toute la situation du pays, a indiqué à Xinhua Guy Simplice Kodégué, porte-parole de la présidence, un aveu qui est celui de l'impuissance du nouveau pouvoir de Bangui à ramener la paix et la sécurité dans un pays qu'il a contribué à mettre en coupes réglées et enfoncé dans une grave crise sociopolitique sans précédent."

VIVE LA CENTRAFRIQUE SOUVERAINE ET LIBRE: nous devons oublier la FRANCOCOPHONIE car c'est elle et la france(avec un petit f)

Par Centrafricain

30/11/2013 06:48

Cher(es) compatriotes,

A bas la francophonie,
Celui qui veut aider la RCA l'aide de façon humanitaire mais on ne veut plus de cette france qui n'intervient que pour protéger ses intérêts.
Ils étaient où quand le peuple centrafricain leur demandait son aide? françois hollande( avec petit f et h) n'a t-il pas dit que la france n'est là que pour protéger ses ressortissants?
Question: Qu'elle est cet soudain intérêt de la france pour la RCA?
Réponse: parcequ'elle sait que l'ONU et les USA vont intervenir et qu'elle a peur de perdre son pré-carré.
N'a t-elle pas protégé le régime rwandais jusqu'à l'absurdité, le non sens et l'entêtement?
Rien ne sera plus comme avant en CENTRAFRIQUE. On sait qui est l'ami des centrafricain(es) et qui ne l'est pas.
Je lance un appel à tous les centrafricains de la Diaspora;« rentrer au pays pour le reconstruire et mettre hors d'état de nuire tous les traitres quelqu'ils soient».
Nos frontières vont êtres scellées; plus jamais des mercenaires soudanais, tchadiens ou ougandais.
La première chose qu'on va faire; c'est la reconstruction de notre armée nationale: les FACA; nous allons multiplier le budget de l'armée par 100 s'il le faut car sans une armée forte on ne pourra jamais sécuriser nos frontières et donc notre intégrité territoriale serait toujours hypothéquée.
Le service militaire serait obligatoire pendant 2 ans pour toute personne ayant eu 18 ans.
Ce n'est qu'avec une armée forte patriotique qu'on pourra garantir la sécurité au peuple centrafricain.
Il faut refuser le mot Afrique francophone: plus jamais ce terme.
A partir d'aujourd'hui si l'on vous demande de quelle région africaine vous êtes alors répondez que vous êtes : OUBANGUIEN.
Il nous faut une vraie révolution en Centrafrique; je suggère même le nom d'OUBANGUI par référendum.
On doit inculquer au peuple l'amour de la patrie et le travail.
Tous les étudiant(es) centrafricain(es) à qui l'état aurait attribué une bourse d'étude à l'étranger devraient signer un engagement( ou contrat) qui est celui de travailler au moins 5 ans au pays(c'est la moindre de chose que votre pays vous demande);en cas de violation de cette règle on perdrait des privilèges comme se présenter aux élections pendant au moins 25 ans.
Connait-on le nombre de centrafricain(es) diplômé(e)qui sont resté(es) à l'étranger après la fin de leurs études.
Quelqu'un pourrait t-il quantifier cette fuite et perte de cerveaux?
Regarder comment le Rwanda a pris son envol depuis qu'elle s'est débarrassée de la CACOPHONIE OU FRANCOPHOLIE je ne sais pas! En moins de 20 ans elle a changé en tout; et les rwandais de l'étranger commencent à rentrer chez eux pour la reconstruction.
La RCA a tout: la terre fertile; les minerais et les hommes.
Il nous faut la moralisation du peuple; le patriotisme et le civisme afin qu'on puisse sortir du gouffre où on s'est entrainé.Ne suivons plus les marchands des illusions, nous sommes capables. Malgré tout le mal qu'on pourra dire sur BOKASSA, au moins en son temps nous étions respectés et notre intégrité territoriale a été garantie; la sécurité était partout. Nous avons dépassé beaucoup des pays africains en cet temps: N'avons nous pas eu la 1ÈRE TÉLÉVISION en Afrique centrale? Et après qui a manipulé tous ces coups d'état?=LA fRANCE ! Et les pillages qui sont venus avec? Et le tribalisme qui s'en est suivi; bref.
Y- a-t-il un leader de la trempe de NOTRE PÈRE FONDATEUR BARTHÉLEMY BOGANDA?
Moi je vous dit qu'il y en a ce leader; mais à nous de le dénicher.
Enfin je propose que tous les prochains candidats à la députation et à l'élection présidentielle devraient signer et déclarer tous leurs biens à l'état centrafricain qui les comptabilisera; on fera le calcul à la fin du mandat de l'élu(e). Après ça sera facile de faire la différence et récupérer le surplus volé à l'état.
On ne laissera plus jamais un ministre ou un président s'enrichir sur le dos de la population.
LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION DEVRAIT ÊTRE INSCRITE DANS LA CONSTITUTION et 'est la priorité no 1 !
LA CONSTRUCTION DES ROUTES (no 2); L'EDUCATION(no 3), LA SANTÉ(no 4) etc...
Et VIVE LA CENTRAFRIQUE ET À BAS À LA FRANCOPHOLIE.
Je rends hommage aux vrai(e)s patriotes en la personne de SOROKATÉ, FAMOUNDJOU,et sans oublier bien sur notre consoeur la très patriotique NOMZAMO(que je propose comme candidate à la députation) même si parfois elle est trop radicale dans ses propos mais c'est une vraie battante et vaillante: WALI A SON.

@ mon compatriote Centrafricain

Par Nomzamo

30/11/2013 08:33

Bienvenu au club de "l'ultra nationalisme"! et merci pour cet hommage. Plus nous sommes nombreux à prendre conscience de l'importance de notre pays, de ses richesses (humaines et naturelles), du fait que nos richesses attisent la convoitise des pays pauvres comme la france et ses supplétifs tchadiens et soudanais, plus nous pourrons changer très rapidement notre destin pour éviter d'être à la merci de ce pays en déclin qui a basé sa puissance économique sur le pillage de ses colonies (oui, je dis bien colonies, parce que dans aucun pays au monde, ce pays ne peut se comporter ainsi surtout au 21ème siècle)

Vos propositions sont intéressantes et tombent sous le sens. Notre pays ne peut vivre cette invasion barbare franco-sahélienne et se comporter après comme si de rien ne s'était passé. Plus rien ne sera plus comme avant.
La diaspora jouera pleinement son rôle de RECONSTRUCTION de notre pays. Chaque Centrafricain(e) est touché(e) dans la sa chair par cette déchéance de notre pays avec la complicité des collabos qui ne risquent rien d'attendre.

J'irai très loin dans les propositions le moment venu.
Pour ce qui me concerne, je serai très utile autrement qu'en faisant de la politique.

WALI A SON NDALI TI A MOUNDJOU SO LA KWE ALA KE GA TI FA A MELENGUE TI KODRO TI I. A LA KE NDJI A KOUNGBA TI KODRO TI I TI GWE NA NI NA KODRO TI A AlA. ALA KE A SINONI A ZO. ALA YE A ZOVOKO NA KODRO TI ALA PE. ALA BA TENE A ZOVOKO A KE GUI A NGBA TI ALA LA KWE LA KWE.

MBENI ITA TI EBURNIE (Cote d'Ivoire) A TENE:

"La france n'est rien sans l'Afrique.Pour que l'Afrique soit libre et prospere, la france doit etre chasser du continent Africain.Il n'y a pas d'autre solution.

Dilliwai-Nai"

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués