ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Corruption: les Africains jugent inefficace les méthodes de lutte adoptées

Par JDB et AFP - 15/11/2013

C’est le résultat du sondage effectué par projet de recherche indépendant, Afrobaromètre

 

Plus de la moitié des Africains estiment que leurs gouvernements luttent "mal" ou "très mal" contre la corruption, selon les résultats d'un sondage présentés mercredi à Dakar par un projet de recherche indépendant, Afrobaromètre, qui a enquêté dans 34 pays. Pour cette étude, au total 51.000 personnes ont été interrogées entre octobre 2011 et juin 2013 dans 34 pays, soit "la plus grande enquête d'opinion sur les perceptions et l'expérience des peuples sur la corruption en Afrique", et "la première enquête du genre ayant touché plus de trois-quarts des personnes qui vivent sur le continent", déclare Afrobaromètre dans un communiqué transmis à l'AFP. Le rapport fait la conclusion que les citoyens des pays africains considèrent que leurs gouvernements ont "failli dans leur lutte pour endiguer la corruption", 56% des citoyens [interrogés] estimant que leurs gouvernements luttaient "plutôt mal" ou "très mal" contre la corruption, seulement 35% jugeant qu'ils agissent "plutôt bien" ou "très bien".

 


© grandbaie.mu
Plus de 50% des Africains jugent inefficace la lutte anti-corruption de leurs dirigeants - See more at: http://fr.africatime.com/tchad/articles/plus-de-50-des-africains-jugent-inefficace-la-lutte-anti-corruption-de-leurs-dirigeants#sthash.vNlzeAnc.dpuf
De même source, la perception de la corruption est la plus forte vis-à-vis des policiers, suivis des responsables gouvernementaux et des agents du fisc. Les membres du bureau du président sont cependant perçus comme "les moins corrompus". Au Nigeria, par exemple, 78% des personnes interrogées considèrent que les policiers sont les plus corrompus, arrivant en tête devant le Kenya et la Sierra Leone (69%). Dans l'ensemble des 34 pays, une personne interrogée sur trois a indiqué "avoir versé au moins un pot-de-vin au cours de l'année passée pour obtenir un service ou éviter un problème", indique encore Afrobaromètre, qui constate aussi que "les citoyens les plus pauvres sont davantage" confrontés aux pots-de-vin que les plus riches.

Les mauvaises perceptions des Africains sur la lutte contre la corruption dans leurs pays "persistent en dépit du fait que l'éradication de la corruption et l'amélioration de la gouvernance en Afrique ont été des priorités pour la plupart des grandes organisations internationales et pour de nombreux dirigeants politiques depuis le milieu des années 1990". Afrobaromètre mène depuis 1999, périodiquement, des enquêtes d'opinion sur les attitudes des citoyens dans les pays africains, les sondages étant basés sur la méthode d'échantillonnage scientifique, représentant 84% de la population du continent. Des organisations spécialisées dans le développement, la recherche ou l'économie politique du Ghana, du Bénin et du Kenya ont participé à la collecte des données entre 2012 et 2013.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués