SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Ange Félix Patassé: Un ange en politique?

Par Lucie Nkouka - 23/12/2010

Il a connu deux exils politiques et une condamnation. Cependant, il pense avoir été envoyé par Dieu pour accomplir son programme pour la Centrafrique

 

Les joutes politiques, il les connaît, puis qu’il a affronté les urnes pour la première fois sans succès il y a près d’une trentaine d’années. Las de jouer les seconds rôles et d’assumer les fonctions ministérielles, le natifs de Paoua dans la région de Ouham Pende se présente pour son galop d’essai à une présidentielle face à David Dako. L’on est en 1981. Il perd dans les urnes et l’ange qu’il est doit s’exiler pour le Togo pendant une dizaine d’année à la suite du coup d’Etat manqué du général Bozizé contre le président André Kolingba. L’ingénieur agronome zootechnicien qu’il est ne perd pas le nord et continue de cultiver ses stratégies pour revenir aux affaires. Il retente des urnes en 1993. Sous la bannière du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) il remporte les suffrages et s’installe à la tête de la Centrafrique. Son premier mandant très chaotique est marqué par un cycle de mutineries qui lui ôteront le sommeil. Mais, il est quand même réélu en 1999. Signe des temps, il sauve sa peau d’un coup d’Etat organisé par André Kolingba en mai 2001. Dix ans après son premier mandat présidentiel, il sera éjecté de son fauteuil par celui à cause duquel il avait connu son premier exil politique. En 2003, il reprend le chemin de l’exil pour la seconde fois au Togo.

 


© photos1.hi5.com
Ange Félix Patassé
Le retour de l’ange?
Accusé d'avoir détourné 70 milliards de francs CFA, «Patassé» a été condamné par contumace le 30 août 2006 par la cour criminelle de Bangui à 20 ans de travaux forcés. Amnistié par la suite, l’ange déchu revient au pays en 2008, cinq années après son second exil. Le premier ministre de Jean Bebel Bokassa (76-78) aura attendu son heure. Pour ces élections couplées de janvier 2011, il se présente comme candidat indépendant à la présidentielle et comme député pour la circonscription de Berberati 1. Il sait compter sur la machine de son parti de cœur le MLPC, dont les destinées sont conduites par Martin Ziguelé, son adversaire pour la présidentielle. A presque 73 ans, Ange Félix Patassé déclare être le «petit frère de Jésus». Il aurait été envoyé par Dieu pour exécuter son programme pour la RCA. Une conception un peu angélique de la démocratie et de ce qu'est un opposant politique. C’est peut-être la raison pour laquelle, histoire de gommer son côté "Ange anonyme", l’ancien président se fait toujours appeler Ange-Félix Patassé. Il est candidat aux élections présidentielles et législatives (Berberati 1) du 23 janvier 2011.

 

 
MOTS CLES :  élections   Politique   Dieu   Ange Felix   Patasse 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Né le 25 janvier 1937 à Paoua (Ouham Pende),
  • Ange Félix Patassé est candidat aux élections présidentielles et législatives (Berberati 1) de 2011.
  • Diplômé de l'Académie supérieure de l'agriculture tropicale de Nogent-sur-Marne (France),
  • Sous la présidence de Jean-Bédel Bokassa, il est plusieurs fois au gouvernement: ministre du développé entre janvier 1966 et avril 1968, ministre du Développement rural entre mai 1972 et avril 1973, ministre du Tourisme, de l'eau, des bois, de la chasse et de la pêche entre juin 1974et octobre 1975. Il devient Premier ministre le 8 décembre 1976 jusqu’en juillet 1978.
  • Président de la République le22 octobre 1993, réélu en 1999,
  • Il est renversé par un coup d’État de François Bozizé le 15 mars 2003.
  • Condamné par contumace le 30 août 2006 à 20 ans de travaux forcés

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués