NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: nouveau code électoral

Par Rfi - 12/11/2013

Le pays s'est doté en fin de semaine dernière d'un nouveau code électoral

 

Ceci représente une étape essentielle en vue d'un retour à la normalité constitutionnelle dans ce pays. Le code a été adopté par le Conseil national de transition (CNT) et promulgué par le chef de l'Etat. Au terme de ce code, le prochain président sera élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Tous les responsables de la transition, président, Premier ministre et membres du CNT, ne pourront briguer la magistrature suprême. C'est l'Autorité nationale des élections (ANE) qui est chargé par le nouveau code électoral de tout ce qui touche aux élections et referendums en RCA. L'autorité est un organe indépendant et neutre vis-à-vis de l'administration et des partis politiques. Elle est indissoluble et ses membres sont désignés pour sept ans. Un comité technique composé de représentants de l'administration, des partis et de la société civile sera chargé de choisir les membres de l'ANE qui seront ensuite nommés par décret présidentiel. L'ANE, organisera, supervisera et contrôlera tous les processus électifs à venir et ses membres ne pourront être limogés.

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Centrafrique: nouveau code électoral
Le code électoral reprend certaines dispositions constitutionnelles notamment la durée du mandat présidentiel qui est fixé à cinq ans, renouvelable une fois. Les artisans de la transition, à savoir le chef de l'Etat, le Premier ministre, ses ministres et les membres du Conseil national de transition, ne pourront se présenter. Pour se faire élire président, un citoyen centrafricain doit être âgé de 35 ans minimum et posséder une propriété bâtie en RCA. Il faut en outre ne jamais avoir été condamné pour escroquerie, vol, abus de confiance et détournement de biens publics ou encore pour des infractions aux lois sur les mœurs et stupéfiants.


 

 
MOTS CLES :  Code électoral   Centrafrique 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Un code taillé sur mesure pour les habituels mafieux

Par Ngarra

12/11/2013 17:42

Si on devait condamner tous ceux qui ont escroqué, volé la nation, abusé de la confiance du peuple, détourné les biens publics, etc, tous les anciens qui ont joué un rôle politique à un niveau élevé devraient être écartés. Malheureusement ces gens se sont grossièrement déguisés et vont se présenter aux prochaines élections. Par leur silence face au calvaire de leurs concitoyens, ils ont prouvé leur complicité dans la situation actuelle. Peuple centrafricain, " chat échaudé craint l'eau froide " ou " quand tu te fais mordre par un serpent, tu te méfieras de toutes ficelles ou cordes qui traînent ". Il ne faut plus faire confiance à ces loups. Il faut un homme neuf à la tête de ce pays...

malheureusement

Par simpliste

12/11/2013 20:42

c'est un constat de triste vérité. malheureusement nous autres centrafricains(es) avons la mémoire courte; ce qui nous empêche de progresser.
il faut une véritable mutation des mentalités. un vrai et sincère amour pour notre pays et les âmes qui y vivent
un profond respect pour tout un chacun comme nos arrières grands parents faisaient.
et non cet égoïsme et cette arrogance que certains affichent ostensiblement depuis les soit disant indépendances; non ces comportement qui ont perverti notre société.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués