NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bangui: la feuille de route du Gouvernement de transition a été adoptée

Par journaldebangui.com et autres médias - 08/11/2013

Cette feuille de route avait précédemment été déclarée irrecevable par le CNT pour vice de procédure

 

Elle sera présentée ce 08 novembre aux partenaires de la RCA lors de la 3ème réunion du groupe international de contact sur la RCA (GIC). Selon Me Nicolas Tiangaye, «le coût estimatif global du financement de la période de transition est de 490 milliards de francs CFA, environ un milliard de dollars américains réparti comme suit: contribution de l'Etat: 50 milliards FCFA, et à rechercher auprès des bailleurs de fonds: 440 milliards FCFA». Cette feuille de route compte quatre piliers qui sont la restauration de la sécurité et la consolidation de la paix; l’assistance humanitaire; la politique et la gouvernance, et enfin la relance économique. Chaque pilier s'articule autour des objectifs principaux et spécifiques ainsi que des actions que le Gouvernement envisage de réaliser d’ici aux élections générales prévues à la fin d'une période de transition de 18 mois, d’août 2013 en Février 2015.

 


© fr.africatime.com
Le Président Alexandre Ferdinand Nguende, du CNT
"Le financement de la feuille de route du gouvernement sera pris en charge en partie sur le budget national. Face à l'ampleur des besoins du pays et à la faiblesse des ressources disponibles, le gouvernement, en concertation avec les bailleurs de fonds, envisage l'organisation d'une table ronde des donateurs après la finalisation du programme d'urgence", a expliqué le Premier ministre. La Centrafrique est plongée dans le chaos depuis le renversement du président François Bozizé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka, aujourd'hui officiellement dissoute par son chef, Michel Djotodia, investi comme président de transition le 18 août. Des combattants de l'ex-Séléka multiplient les exactions contre une population épuisée par des années de troubles, rébellions et coups d'Etat.

Avant la présentation de "la feuille de route", les autorités de transition - président, Premier ministre, président du CNT - avaient signé lors d'une cérémonie solennelle un "Pacte républicain". Dans ce catalogue de bonnes intentions, les pouvoirs publics s'engagent "moralement" à rechercher le "bien commun", "à ne jamais recourir à la violence", à respecter les "droits humains". Ce pacte a été établi par la communauté religieuse Sant'Egidio "durant des pourparlers de paix qui se sont déroulés du 6 au 7 septembre et qui ont impliqué des représentants du gouvernement de Bangui, du CNT, de la société civile et des confessions religieuses", a indiqué la communauté dans un communiqué.

 

 
MOTS CLES :

11 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Le ridicule ne tue pas

Par jojo

08/11/2013 16:39

On n' a que les hommes qu'on merite parfois dit-on. Cnt,Transion, Seleka. si le CNT est rempli de tous ceux que les centrafricains en savent assez sur eux au temps du parlement démocratique,le discours de budget national ne peut que faire sourire,surtout quand on connait la motivation de tous ces gens. Les gens de benz'vi doivent se rappeler de leur député nguendet l'homme aux multiples promesses non tenues qui a du fuir son arrondisement pour tenter d'aller flouer un peu plus loin en province:bambari? Le pacte qu'ils exhibent comme si c'est le pacte tout seul suffit à tout. depuis ce pacte,que voit -on sur le terrain? séléka continuent de tuer de violer de piller,a-t-on entendu ce président de mascarade condamner quelque chose? Quand les gens ne sont pas clairs eux memes,on ne peut y attendre rien,que des discours.
Tous ces gens qui parlent ou font semblant d'etre dans un pays normal,ne critiquant rien,jouant aux aveugles,ce sont pour nous peuple ce qu'on surnomme des cherche-manger. alors que le peuple centrafricain est avide de démocratie et de justice.Et encore plus aujourd'hui depuis qu'il est envahi par les mercenaires tchadiens de Déby qui veut nous endormir et imposer une conférence nationale. Une conférence nationale sans adhésion populaire est insignifiante. ils auront des figurants comme à leur habitude pour jouer un semblant d'applaudissement,mais quand on cherche la paix,ce qui est vrai,on ne peut jouer sur des tromperies car ça se ressentira vite sur le terrain,les jours qui suivent. la justice ,le vraie avant toute chose;

Les centrafricains veulent un Etat de droit donc veulent d'une Justice pour tout ce que ce peuple a subi et continue de subir et non cette diversion de ces tyrans du moyen age qui peuple l'afrique centrale. On verra ces traites qui vont s'asseoir avec ces tyrans. La roue tourne,demain d'autres centrafricains feront que des politiciens de la mangeoire ne puissent plus exister dans ce pays. Meme les oiseaux savent trier vers quelle mangeoire aller ,mais nos politiciens de merde sans honte,demain ,on verra certains qu'on n'a plus entendu depuis le 24 mars sortir et dire qu'ils vont parler au nom du peuple,quel peuple. Que le peuple dise à ces dictateurs qui se refont une santé avec l'affaire de la cenrtrafrique ou qui nous sorte la grande connerie utilisée à outrance avec tous ces dictateurs francophones,gachis en argent pour une non efficicaté problématique,qu'il ne se reconnait pas dans cette comédie et n'en veut pas.Si les organisateurs ont de l'argent à dépenser pour rien,qu'il paie les fonctionnaires.
Djotodia va soudoyer les centrafricains mendiants au burkina ,mais quelqu'un disat que quand djotodia parlait de paix en centrafrique qu'il suffisait que la communauté internationale presse djotodia de payer ces mercenaires et aussitot ils seraient rentrer. je ne suis pas d'accord. Ces gens sont à juger il faut un exemple dans ces merdes de gens qui viennent et tuent et trouvent que c'est normal parce qu'ils ne sont pas payer. pourquoi ne vont -is pas faire la meme chose à leurs propres elmployeurs. Si Djotodia prend l'argent de l'Etat centrafricain pour payer ces mercenaires et ceux de déby,cela n'engage que lui,alors il faudra que les centrafricains hypothèquent ses biens présents et à venir par rapport à la somme versée.Ces assassins séléka ont fait quoi pour ce peuple ,pour ce pays pour qu'un pays s'endette pour eux en plus qu'ils aient tué,violé et pillé les centrafricains à travers tout le pays et continuent de le faire?Ils ont servi Déby et djotodia qu'ils assument. Djotodia l'assume par ce qu'il vole déja assez depuis qu'il est là,si ça le pèse,il n'a qu'à se retourner vers Déby;
En même temps qu'un pays plongé dans le chaos, djotodia et son administration pressent les centrafricains de factures. toujours ce peuple centrafricain à subir djotodia et ses sélékas;les selekas abusent des services de l'Etat sans etre inquiétés dans les quartiers. ils font des branchements électriques sauvages sans compteur et réduisent la part de paisibles citoyens qui vivent de délestage nuit et jour. ils usent de l'eau sans souci d'installation de compteur. A partir du moment où il n' y a plus d'état,pourquoi ce harcèlement du peuple pour des factures qui ne vont certainement pas encore là dans la caisse de l'Etat ou pour un service quelconque ou regulier au citoyen.
Les politiciens du ventre sont en nombre là-bas ,ce désagrément que subit le peuple et le pillage de l'électricité de l'Etat par ces brigands hors compteur ne dérange personne et vous n'avez pas honte de parler de feuille de route de gouvernement votée,votée par attardés de la nation.Vivre en semblant d'un Etat,il n' y a que ces parvenus et opportunistes pour ne pas voir le ridicule de leur statut et des institutions qu'ils incarnent

Et c'est reparti !

Par Alpha

09/11/2013 17:37

Encore une fois, les centrafricains, fermez là, vous qui ne savez faire que l'aumône, qui gaspillez l'argent du monde pour le détourner, le voler...

Baissez la tête et tendez la main, et surtout arrêtez de parler, soyez au moins humble et discret...

Quand le petit immigré économique alpha se permet ..

Par Nomzamo

10/11/2013 13:48

d'ouvrir son museau alors qu'il devait le fermer.
Les carottes sont cuites pour les petits immigrés économiques gaulois en Afrique. Libye, Mali, Côte d'Ivoire, Centrafrique... tic tac. Bientôt, il n'y aura plus un seul endroit en Afrique où vous pourrez foutre les pieds.

Fermez là pendant que les Centrafricains essaient de nettoyer vos merdes sélékas et vos collabos CNT et gouvernement.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués